Ecrittératures

14 février 2012

Itinéraire avant l’oubli (38)

Filed under: Uncategorized — denisdonikian @ 2:49

Adieu le ciel Adieu les sables

Adieu les palmes sur la mer

Les souvenirs sont des vertiges

Qui empoisonnent l’air vivant

Ma vie captive d’une machine

Ma vie n’est rien qu’avec le vent.

6 commentaires »

  1. J’ai lu et relu ce poème, je dois comprendre que certains peuvent être prisonniers de leur passé, dans ce sens où un vécu reste immuable et plus il est riche plus il est fort et plus il nous grandi durant toute notre existence.
    Avec le temps, avec les expériences que l’on accumulent, sans pour autant ressasser le passé et tout en regardant vers l’avenir, le quotidien vous ramène toujours à vos souvenirs.

    Je n’ai plus l’habitude d’analyser un texte et encore moins un poème , mais l’expérience donne des idées..;et tant pis si je me trompe.

    Housamte lav es Denis ?

    Commentaire par Alain BARSAMIAN — 14 février 2012 @ 3:16 | Réponse

  2. C’est un beau poème, par le rythme d’abord . Ce n‘est pas majestueux comme en alexandrins, mais c’est gai, léger, très agréable à entendre.
    Le regret des bons instants passés, ça se comprend. Tout le monde n’a pas les mêmes souvenirs, les mêmes instants de bonheur. Par exemple, je n’ai pas ces regrets de Denis, j’ai eu d’autres plaisirs, surtout la lecture. Je ne peux plus lire autant maintenant, ça je le regrette. Je pourrais aussi dire, adieu la chorale, tout ce qu’on ne peut plus faire.
    Mais il faut être philosophe. Chaque âge a ses avantages, même le grand âge, croyez-moi…

    Commentaire par Louise Kiffer — 14 février 2012 @ 6:13 | Réponse

  3. Je peux me tromper, mais je n’ai pas l’impression que ce poème est à proprement parler un regret des choses passées. c’est plus complexe que cela…
    et je crois que ces 8 petits vers libres, mine de rien, contiennent énormément de choses qu’il faut pouvoir décrypter.

    Commentaire par Alain BARSAMIAN — 14 février 2012 @ 6:25 | Réponse

  4. Ce fut très agréable de te voir la semaine dernière. Je t’avais dit que je ne voulais pas faire de commentaires et pourtant, avec ce poème le style a changé.
    Tout simplement très beau poème que chacun peut appréhender comme il l’entend, avec sourire ou nostalgie… c’est parfait.

    Commentaire par Vivi — 14 février 2012 @ 6:47 | Réponse

  5. Tant que le souffle de la vie nous pousse encore, malgré les aléas, les conditions de notre existence, il faut se dire
    que beaucoup de bonnes et moins bonnes circonstances sans doute nous apporteront de quoi alimenter l’inextinguible besoin de ressentir toutes les émotions si nécessaires pour exister vraiment.

    Commentaire par dzovinar — 14 février 2012 @ 7:57 | Réponse

  6. Denis Donikian in « L’enfer fleuri du Tavoush », Erévan, 2011 (je me suis permis un libre agencement de cet extrait):

    « Au bout des mots, qui viendra? Me prendre, m’étreindre ou me combler ?

    Je marche pour sortir de mes pas.

    Malheureusement trop fiévreux pour les choses terrestres
    et pas suffisamment pour ce qu’elles sous-entendent.
    Comme ces églises qui vous arrêtent au piège de leurs propres ruines.

    Je les regarde

    sans me laisser vraiment interroger.

    Même s’il m’arrive de sentir qu’au plus fort de leur mort physique
    reste vive encore l’ancienne lumière de leur puissance. Je voudrais la boire.

    Mais je ne suis qu’un voyeur sans fond ni foi.
    Qu’un marcheur de chair qui a perdu l’objet de sa soif.

    Un marcheur de vanité
    qui n’ose pas marcher

    à l’essentiel.

    En esprit. »

    Suite (?), 2012:

    « Ma vie n’est rien qu’avec le vent. »

    Et qui pourrait arrêter le vent ? Jamais aucun dieu n’étouffera le souffle divin de l’Homme.
    La vie
    encore
    Et vivement demain

    Commentaire par Ruy — 16 février 2012 @ 2:40 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :