Ecrittératures

3 avril 2013

Vivre en écriture (10)

Filed under: VIVRE en ECRITURE — denisdonikian @ 2:27

 Atelier-4

Emotions courtes : les arts plastiques

C’est probablement à Paradjanov que je dois mon entrée tardive dans le domaine de l’expression plastique. A Tbilissi, j’ai vu comment il transformait le quotidien en activité artistique : une carte poste fraîchement reçue, une déambulation au centre de Tbilissi, un film documentaire devenaient avec Paradjanov une œuvre de Paradjanov. Il n’arrêtait pas. La maison de sa sœur était devenue un véritable musée. De mon côté, j’ai commencé par de petites aquarelles jusqu’au jour où j’ai travaillé sur des formes de peinture et de sculpture  jusque-là inexplorées. En art, j’ai compris qu’il faut saisir un hasard et suivre le chemin qu’il indique jusqu’à son terme. Comme Jakson Pollock exploitant la tache faite par hasard sur un tableau posé au sol. De mon côté, j’utilise essentiellement des pigments très chargés en vernis et donc très fluides. Je les dépose sur un support ( toile, verre, plaque d’aluminium) et joue sur la déclivité pour créer des mariages de couleurs. En réalité, je ne fais pas le tableau, mais c’est le tableau qui se fait lui-même à mon insu. Cela donne des formes proches de ces coulées d’eau, de boues, de laves, etc. qu’on peut voir du haut d’un avion et photographiées par Yann Arthus-Bertrand. J’ai appelé cette forme de peinture l’abstraction géonirique. En sculpture, le matériau de base est la colle à pistolet. Soit je la colore, soit je l’utilise telle quelle pour agglomérer des objets, soit je recouvre mes pièces montées de peinture à base de vernis. ( L’usage du vernis et de la colle chaude m’a d’ailleurs valu un cancer dont je ne suis toujours pas sorti).

Mais d’une manière générale, chez moi, les formes plastiques ne vont pas sans les mots. Que ce soit pour des expositions ou des installations, le texte est toujours partie prenante de l’ensemble. Généralement, il est écrit après, soit à partir d’une peinture ou d’une sculpture. Il m’est même arrivé d’y associer la voix comme pour Sismographie (exposé à Saint-Chamond), ou la musique comme avec Musique des sphères ( à Lyon, avec le kamantchiste Gagik Mouradian et des joueurs de duduk). Certains travaux ont fait l’objet de livres confectionnés en Arménie ( comme Poteaubiographie, en édition bilingue français-arménien), ou en France ( comme Fragments de figures apatrides) ou bien d’expositions comme (Un cercle d’histoire, Un  Nôtre pays).

Mais depuis ma maladie, j’ai totalement abandonné mon travail de plasticien et fermé mon atelier pour me consacrer essentiellement à l’écriture. Mon premier roman, Vidures,  vient d’être sélectionné au festival du Premier Roman de Chambéry qui aurai lieu les 23-26 mai prochains.

Atelier

(à suivre)

Publicités

5 commentaires »

  1. Je continue de m’interroger sur ton silence concernant le film documentaire qui a été réalisé sur ton oeuvre et toi …Est-ce un problème technique ? Si c’est le cas, il faut seulement s’inscrire sur youtube et peut-être fractionner le film en plusieurs vidéos d’une quinzaine de minutes chacune …

    Commentaire par Dzovinar — 3 avril 2013 @ 5:42 | Réponse

    • Il faudrait que je m’y mette. Mais j’ai trop à faire. Je suis impardonnable.

      Commentaire par denisdonikian — 3 avril 2013 @ 9:00 | Réponse

  2. Une autobiographie vaut dix films !

    Commentaire par Louise Kiffer — 3 avril 2013 @ 7:28 | Réponse

  3. Sans doute, mais voir l’artiste dans son univers présente un intérêt d’une autre nature : celui de l’instant capté sur le vif , de l’expression fugitive d’un sourire, d’un regard, fixés pourtant et qui en dit long sur l’être. Alors Denis, au travail !

    Commentaire par Dzovinar — 3 avril 2013 @ 10:15 | Réponse

  4. Première fois, où Pierre et moi sommes entrés dans ton atelier : pris dans ce vertige, ces tourbillons, comme dans un temple vivant, peuplé de totems et de masques, de surfaces et de volumes, où chaque seconde palpitait. Je m’y suis de suite reconnu, territoire familier où se perdre pour mieux se retrouver, tels les piliers de la grande mosquée de Cordoue ou les ors du Vatican. Avec en plus l’humour et la convivialité ! Atelier porte, atelier invitation, atelier signe.

    Commentaire par george — 4 avril 2013 @ 5:16 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :