Ecrittératures

19 mai 2013

ACTU 9

Voici résumé l’état actuel du peuple arménien.

Les riches cherchent le pardon de Dieu en construisant une église.

Et l’Eglise bénit leur œuvre.

En bénissant cette nouvelle église, elle bénit aussi l’argent.

Mais quel argent ?

Celui qui oblige le peuple à se contenter des restes.

Quel Arménien de la diaspora peut encore trouver une excuse à cette honte nationale ?

Publicités

17 commentaires »

  1. J’avais vue petite partie de ce reportage il y a quelques jours. J’en avais été horrifié. La totalité du reportage est encore pire. Dégoûtée, écoeurée, révoltée. Non pas parceque la population de la région essaie de ramasser des miettes,mais par le comportement indécent des gouvernants de Zaroukian, et du Catholicos. Mais gouvernants, mécènes,religieux de qui de quoi? Il faut diffuser ce reportage des milliers de fois. Certes la diaspora ne peut rester indifférente: la seule chose qu’elle puisse faire est de ne pas donner de l’argent à la construction d’églises qui abritent des richesses matérielles et non pas spirituelles. Mais je sais qu’en Arménie aussi, des jeunes, des intellectuels, des artistes, des gens simples se révoltent. Quant à savoir ce qu’ils peuvent faire …

    Commentaire par Vivi Basmadjian — 19 mai 2013 @ 9:57 | Réponse

  2. Mieux vaut ne pas avoir d’argent que de ne pas avoir d’âme.

    (proverbe arménien)

    Commentaire par george — 19 mai 2013 @ 12:29 | Réponse

  3. Il faut dénoncer, sans relâche.

    Commentaire par Dzovinar Melkonian — 19 mai 2013 @ 1:16 | Réponse

  4. Ça a toujours été scandaleux en Arménie la construction de tant d’églises alors que le peuple vit dans la misère.

    Commentaire par Louise Kiffer — 19 mai 2013 @ 2:43 | Réponse

  5. Si quelqu’un avait l’obligeance de traduire ce qui est dit et montré dans le reportage. Merci.

    Commentaire par Rui — 19 mai 2013 @ 3:50 | Réponse

    • En gros :

      Après l’inauguration de l’église Sourp Hovannès ( voulue et construite par Gagik Tsaroukian), et la bénédiction des autorités écclésiastiques, les invités ont trinqué et mangé du khachlama. Après la cérémonie, ces invités n’ont pas assisté à des scènes épouvantables où les gens affamés sont venus manger les restes, emportant des bouteilles et tout ce qu’ils pouvaient.
      – Où emmènes–tu ces bouteilles ? demande la journaliste.
      – C’est pour boire.
      Les gens étaient venus d’Abovian et même d’Erevan.
      – Vous avez vu l’église ,
      – Non. Je n’ai pas pu.
      – D’où venez-vous ?
      – De Erevan ? Je suis croyant et j’aime beaucoup l’architecte. Je remercie Tsaroukian pour tout ce qu’il fait pour le peuple.

      Commentaire par denisdonikian — 19 mai 2013 @ 4:39 | Réponse

  6. Louise a tout à fait raison. J’avais été très choquée de voir la nouvelle cathédrale, érigée pour le 1700e anniversaire du christianisme (1700 places et marbre partout à l’intérieur – pour le coup le péché d’orgueil (m’as-tu vu dans ma belle cathédrale ?) ne gêne pas les religieux . C’est beau, c’est vrai, mais peut-on s’en réjouir au regard de toute cette misère permanente !

    Commentaire par Dzovinar Melkonian — 19 mai 2013 @ 4:25 | Réponse

  7. Une question, faisons nous ici le jugement du riche, de l’Eglise ou des deux ou bien d’autre chose ?
    Car nos ancêtres construisaient des églises partout où ils allaient, ainsi que des khatchkars.
    C’est le signe pour eux d’être de bon arméniens (car beaucoup se disent chrétien sans connaitre le sens réel ou ce que cela implique)
    Car il est dit chez les Arméniens que le fait d’avoir été parrain 7 fois cela équivaut à avoir construit une église seul.
    Il est vrai qu’il y a en Arménie surtout des ruines d’églises et cela m’énerve car on ne les rénove pas (mais en fait cela revient plus cher à rénover que de détruire et reconstruire)
    Il faut être honnête c’est un coup de pub pour un oligarque, il s’achète une virginité et je vois mal l’Eglise refuser car elle-même cherche à avoir une meilleur image et ainsi avoir aussi de l’argent (il n’y a qu’à voir avec les témoins de Jéhovah comment ils convertissent les gens avec de l’argent)
    Bien sûr le mécène au lieu de construire une église aurait pu donner à manger aux pauvres mais au bout d’un mois ils auraient oublié qui les a nourris, alors que ce qui est gravé sur la pierre restera.
    Pour moi nous ne pouvons avoir aucun jugement sur ce qui se passe la bas car la diaspora arménienne ne vaut rien aux yeux de l’Arménie.
    Nous somme là pour envoyer de l’argent ou faire du tourisme, mais en fait c’est eux qui nous jugent car nous nous somme partis de l’Arménie, mais eux sont restés.

    Commentaire par Hacik BARDIZBAN — 19 mai 2013 @ 9:40 | Réponse

    • Les questions soulevées par Hacik Bardizban semblent assez pertinentes pour qu’on s’y arrête. Il ne s’agit pas d’accuser les uns et les autres quand ils sont dans leur rôle. Il n’empêche : cette video suscite un vrai malaise.
      Il est vrai que Gagik Tsarukian est proche du peuple et qu’il est homme à distribuer une part de sa richesse : aux étudiants, aux agricultueurs ( en leur payant des semences), aux personnes qui ont de graves problèmes de santé, etc. C’est un personnage politique très aimé par le peuple. Mais force est de reconnaître que ces ditributions ont un goût de clientélisme et qu’il joue dans son fief le même rôle que les agha d’hier, dans un contexte de neo-féodalité. Par ailleurs, ses largesses, tant qu’elles ne sont pas encadrées par un système social met sur le côté ceux qui n’en bénéficient pas ( je pense aux agriculteurs en colère contre cette manière de faire). Enfin, il faut savoir que, quoi qu’il fasse, Gagik Tsarukian fait partie des oligarques honnis par les Arméniens car ils perturbent l’émergence d’une véritable démocratie.
      Par qui étaient construites les églises dans le passé ? Certainement aussi par des riches. Mais dans le cas présent, cette construction n’a rien à voir avec la foi. On est loin du cas de ces églises construites par des moines dans des lieux perdus ( comme Girants, ou Anapat, près de Datev). Ce qui en dit long sur létat de la foi des Arméniens.
      L’Eglise ne pouvait pas faire moins que de bénir cet édifice religieux financé par Tsarukian. Mais ce qui choque, c’est la collusion de l’Eglise avec les nouveaux maîtres du pays, c’est-à-dire avec l’argent. Un argent dont le Catholicos a certainement besoin pour la construction de son nouveau complexe en plein centre de Erevan, rue Abovian. Ce même catholicos qui répugne à vouloir rénover les églises qui tombent en ruine sauf celles qui font venir les touristes et rapportent ( comme Khor Virab ou même Tatev). Ce qui choque, c’est qu’il construit des églises en croyant œuvrer pour la foi mais pas des restaurants pour les pauvres. D’ailleurs cette église est fortement critiquée en Arménie même pour sa collusion avec le politique, en l’occurrence le parti républicain.
      Ce qui choque un Arménien de la diaspora, c’est le spectacle de ces pauvres gens se contentant des restes et ayant perdu toute dignité. Cette diaspora se demande alors si l’argent qu’elle donne a servi à quelque chose, voyant de ses yeux que les riches se sont enrichis et les pauvres se sont appauvris. C’est un tableau qui fait honte. Mais cette même diaspora, qui ne vit pas en Arménie par la force des choses et qui n’a pas choisi son destin ( ceux qui l’ont fait en 1947 sont restés un exemple à ne pas suivre) oublie peut-être ou ignore que lors du tremblement de terre, les milliers de vêtements qu’elle a offerts à l’Arménie ont été revendus et non distribués. Le bruit court que parmi ces revendeurs se trouvait même un membre du comité Kharabagh, un grand croyant du protestantisme ( dont je tairai ici le nom).
      En tout cas ce tableau montre la faillite des différents gouvernements qui en vingt ans ont abouti ce résultat. A savoir d’avoir créé des oligarques et d’avoir fait de l’Eglise d’Arménie une institution plus laïque que religieuse, avec tous les compromis que cela suppose.

      Commentaire par denisdonikian — 20 mai 2013 @ 5:56 | Réponse

  8. Il est incontestable qu’un grand malaise s’instaure en nous à la vision de cette vidéo. Et le commentaire de Denis résume bien un état des lieux très objectif.
    Ce pays a gardé un caractère féodal très marqué et se résume à une classe de politicien et un clergé en binôme flagrant.
    Il lui manque une classe sociétale, des décideurs et acteurs économiques, libres de toute attache avec le pouvoir.
    Cela demandera probablement du temps et une prise de conscience intérieure, car la diaspora n’a que peu d’influence dans l’avenir politique et se contentera d’apporter une « assistance respiratoire ».

    Commentaire par antranik21a — 20 mai 2013 @ 9:30 | Réponse

  9. Dans un monde où la spiritualité ne serait pas amputée de la raison et du bon sens, « notre malaise » face à cette déshumanisation mise en scène avec la rigueur d’un rituel et la perversion d’un processus d’affirmation de pouvoir tyrannique devrait nous amener à nous poser quelques questions.
    Quelques questions qui amènent quelques réflexions, quelques prises de conscience qui appellent des actions.
    L’action de la diaspora embrigadée ? Vaut mieux ne rien faire qu’être supplétifs de kapos.
    L’action du peuple que l’on dit arménien et qui est composé de millions de personnes qui, comme des milliards d’autres en d’autres lieux similaires (partout sacrée, partout bafouée la vie), sont dans l’impossibilité de prendre en main leurs vies, d’être qui ils sont, de mourir d’avoir vécu ?
    Ils continueront d’aller gagner leur pain ailleurs (pour ne pas avoir à mendier les reliefs rognés de porcs repus, avec ou sans soutane).
    Mais ils seront de plus en plus nombreux ceux qui marcheront vers la reconquête de leurs vies, hic et nunc.
    Et s’il faut envoyer chier Aznavour et pisser dans le bassin des sons et lumières si peu républicains, mettre du goudron et des plumes aux papes et ses vicaires oligarques, renvoyer à leurs crépusculaires orgies de « soudjouk-rotage de slogans rances les nervis du là-bas-c’est-notre véritable-chez-nous-malheureusement souillé par ces rebuts pas morts au bon moment-vivants mal pendant que nous mourrons si bien » les fed-haïs-haineux haytouguiens…

    …alors les Arméniens du pays réel le feront et vivront leurs vies, prêts à payer le prix qu’il convient. Ils en ont peut être assez que tous se torchent sur leurs âmes blessées et leurs corps fatigués.
    Ils ne sont ni vaches à lait, ni chair à canons, ni lèche-soutanes, ni distributeurs d’identité à bas cout. Ce sont des hommes. Et ils font ce qu’ils peuvent pour vivre.

    Alors qu’est « notre malaise » face à cette vidéo comparé au sort maléfique qu’on leur impose là-bas dans ce chez eux dont tous les dépossèdent -en plus de les déposséder de leurs vies ?

    La fiction cinématographique, parfois, nous montre la vie dans sa pleine et cruelle réalité.
    Ici, dans cette scène de « Le Voleur de Bicyclette », de Sica nous montre la blessure et l’humiliation qu’impose la misère, l’offense et la souffrance d’un enfant pour qui le monde s’écroule et qui doit en plus partager la honte du père. Les pauvres savent partager. Le pire comme le meilleur.

    http://site-image.eu/?page=film&id=31&partie=decoupage

    Commentaire par Rui — 21 mai 2013 @ 11:56 | Réponse

  10. Jérome Ferrari , LE SERMON SUR LA CHUTE DE ROME , Actes Sud .

    Donig .

    Commentaire par Donig — 21 mai 2013 @ 12:37 | Réponse

  11. Désolé , voici les quelques lignes que je voulais vous proposer :

    Jérome Ferrari , LE SERMON SUR LA MONTAGNE , Actes Sud .

    Commentaire par Donig . — 21 mai 2013 @ 4:35 | Réponse

  12. Bonjour Denis , cela fait deux fois que j’ajoute les mêmes lignes que je voulais proposer sur ton intervention de ce jour , et elles  » sautent  » sans que je sache pourquoi . Peux-tu m’aider ?

    : Nous ne savons pas en vérité , ce que sont les mondes ni de quoi dépend leur existence . Quelque part dans l’univers est peut-être inscrite la loi mystérieuse qui préside à leur genèse , à leur croissance et à leur fin . Mais nous savons ceci : pour qu’un monde nouveau surgisse , il faut d’abord que meure un monde ancien ….Chaque monde est comme un homme , il forme un tout dans lequel il est impossible de puiser à sa guise et c’est comme un tout , qu’il faut le rejeter ou l’accepter , les feuilles et le fruit , la paille et le blé , la bassesse et la grâce .

    Jérome Ferrari , Le Sermon sur la Chute de Rome , Actes Sud .   Amitiés , Michel Chirinian .

    ________________________________

    Commentaire par Michel CHIRINIAN — 21 mai 2013 @ 4:49 | Réponse

  13. Qu’en pensent nos braves diguines au pays (yerguir) ?

    – Zavez vu, ma bonne Takouhie, la dernière du Gaguik ? toutes ces belles pierres, rouges comme des pommes ! ça en donnerait faim ! pas vrai ?
    – Oh moi, savez, ma pôvre Loussig, depuis qu’y nous zont démoli tout notre vieil Erevan,chsuis comme une extraterrestre, une vraie ardayérgratsi !
    – Ah non, nous lâchez pas ! comment on va faire sans vous, qui avez tout vu !
    – Ben justement, j’ai pu envie d’voir tout ça ! et d’abord le Gaguik j’vais lui envoyer une belle lettre pour lui dmander de tout nous donner (dal) ! on est krisdonéagan, pas vrai ?
    – Sauf que y en a qui le sont un ptit peu plus que les zautres ! être privilégié (arantsnachenorhial), paraît qu’ça s’mérite ! si si ! c’est notre bon yeretz Parsegh qui nous l’a encore dit à la messe (hadarak), pas plus tard qu’hier !
    – Ah bon ? mais alors, pourquoi on nous a pas invitées avec ceux d’la haute (harousdsi) ?
    – Zavez besoin d’eux, vous ? moi pas du tout (penav) ! et puis finalment toutes ces pierres, hein (intch), une de plus ou de moins, croyez qu’ça change quelque chose, vous ?

    suite au prochain épisode (tervak)

    Commentaire par george — 21 mai 2013 @ 8:38 | Réponse

  14. Bien, bien George ! C’est presque du Donikian !

    Commentaire par Dzovinar Melkonian — 22 mai 2013 @ 11:30 | Réponse

  15. En regardant cette vidéo , je me retrouve en Arménie à partir du 12 décembre 1988 . Alors que nous participions à des distributions de secours et de nourritures nous déplorions la même attitude sur tous les sites touchés . Nous enragions de peine et de tristesse à constater dans quel état d’abandon étaient nos compatriotes . Mais la situation était exceptionnelle . Vingt cinq années se sont écoulées depuis et rien ne semble avoir changé….Apsoss !

    Commentaire par Donig . — 22 mai 2013 @ 5:11 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :