Ecrittératures

2 août 2013

Sauve qui peut ! L’Arménie pue…

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 1:00
Tags:

DSC00612

Sur RFi, émission concernant l’émigration des Arméniens. 

Publicités

10 commentaires »

  1. Mais non , il ne faut pas désespérer ! la diaspora , au moins , est très vivante , la preuve : nous commémorons religieusement tous les 24 avril , nous  » produisons  » un Badarak par an ( presque folklorique , si , si , belle musique , belles chorales , beaucoup de parlottes pendant l’office , aucun contenu spirituel , mais çà n’est important…. ) et , dans le meilleur des cas un tacht antès afin de se revoir une fois par an , au moins . Que les arméniens d’Arménie soient obligés de quitter leur terre si chèrement méritée afin de pouvoir survivre ne peut pas nous concerner…

    Commentaire par Donig . — 2 août 2013 @ 4:17 | Réponse

  2. Ce reportage, bien fait, démontre clairement la position de l’Arménie par rapport à la Russie. Un pion sur l’échiquier géo-politique et un réservoir de (bons) travailleurs.
    Quand on n’a plus d’autre solution en interne, on est obligé d’aller voir ailleurs et comme le dit une personne vers la fin, c’est un moyen d’apporter des devises.
    Un autre dit que cela devrait s’arrêter un jour, mais quand ? Ierp ?
    Heureusement que la diaspora n’oublie pas ses aghparigs de là-bas, même si quelquefois, elle a l’impression de remplir un seau sans fond.
    L’espoir fait vivre non ?

    Commentaire par antranik21a — 2 août 2013 @ 4:30 | Réponse

  3. J’ai écouté l’émission qui confirme ce que nous savons tous : l’hémorragie démographique terrifiante de l’Arménie.

    Denis a trouvé une formule qui devrait tous nous interpeller : « la mort des vivants continue… ».

    Même si le pays cumulait beaucoup de handicaps quand il a recouvré son indépendance, les grands responsables de ce cauchemar catastrophique sont les différents gouvernements qui se sont succédé. Par leur cupidité et leur courte vision, ils ont découragé et dégoûté la diaspora qui seule, pouvait aider au développement économique de l’Arménie avec un meilleur équilibre vis à vis de sa dépendance géopolitique avec la Russie.

    Dans nos pays régis par la loi du marché, nous pouvons déplorer que « l’homme » est parfois un peu trop réduit à un simple rôle d’agent économique. En Arménie, les Arméniens ne sont même pas cela ! Pour l’Etat, ils n’existent pas ! Ils sont les oubliés…

    Commentaire par Dikran — 2 août 2013 @ 5:34 | Réponse

    •  » La mort des vivants continue » , c’était le premier titre.

      Commentaire par denisdonikian — 2 août 2013 @ 7:08 | Réponse

  4. Ce qu’il est important d’ajouter et de ne jamais oublier : c’est le hasard de nos destins respectifs qui fait que nous soyons ici, en France ou bien dans un autre pays privilégié et, qu’eux, ceux qui émigrent, sont en Arménie. Nous aurions pu être à leur place et inversement. Et si nous étions à leur place, n’en doutons pas, nous fuirions aussi malgré le rêve que chaque Arménien, n’en doutons pas, garde quelque part dans sa tête et dans son coeur…

    Commentaire par Dikran — 2 août 2013 @ 5:55 | Réponse

    • C’est pourquoi je ne juge pas ceux qui partent. Mais je trouve scandaleux qu’on les oblige à partir. Ce n’est pas parce que le génie arménien ne sait pas construire d’usine, mais parce que ce même génie a conçu l’idée que l’émigration ça permet de renflouer le budget national, quitte à occasionner quelques petits drames de famille ici ou là. Voilà au moins un cas où le catholicos s’il était vraiment le représentant du Christ devrait être en désaccord avec l’homme à deux têtes du pays, à savoir Sarkissian et Sarkissian.

      Commentaire par denisdonikian — 2 août 2013 @ 6:30 | Réponse

  5. Et pourtant , ce petit pays , cette petite nation dont nous faisions partie , a permis à beaucoup d’individualités , en Arménie et en diaspora , d’émerger et au monde de reconnaître leurs qualités parfois ou souvent exceptionnelles ; que ce soit dans les sciences , dans la recherche , en économie , dans le monde des affaires , en médecine , dans toutes les disciplines culturelles et en politique également .
    Il a fallut beaucoup d’orages , d’immenses drames et beaucoup de chances également afin que des vents favorables nous fassent naître ici , en France , dans ce pays qui nous a tant donné . Que peut-on faire aujourd’hui , à la place qui est la notre , pour aider l’Arménie de manière utile et efficace ?

    Commentaire par Donig . — 3 août 2013 @ 1:52 | Réponse

    • Il y a quelque chose en nous qui nous retient de dire que les Arméniens sont des veaux comme le dit De Gaulle des Français. Le musicien Aram Khatchatourian disait qu’il n’aurait pas atteint la notoriété mondiale s’il n’était pas venu à Moscou. Paradjanov doit toute son éducation cinématographique à Kiev et à Tbilissi. Pas à L’Arménie. Mais les Arméniens l’ont récupéré une fois qu’il était mort et qu’on disait de lui combien il était original. Il faut savoir que Couleur de la Grenade a été censuré en Arménie par des apparatchiks arméniens. Quant à notre grand Aznavour, il ne doit rien à l’Arménie non plus. C’est le cas de beaucoup d’autres personnes qui ne se sont épanouies qu’à l’étranger et dans tous les domaines. Sauf pour les échecs. Mais en matière d’échecs, l’Arménie est championne. On constate en tout cas que tout est affaire de terreau culturel et éducatif. Actuellement, il est meilleur à l’étranger qu’en Arménie. D’ailleurs, les Arméniens d’Arménie le savent bien qui estiment que leurs enfants ne réussissent que s’ils ont fait des études à l’étranger. L’inverse n’est pas vrai sauf à une époque pour les Syriens, les Libanais etc. Pour ce qui est du terreau en Arménie, il est facile d’en déterminer la qualité par les grands hommes qu’elle a donnés ces vingt dernières années : Des Kotcharian, des Sarkissian, des Karékine2, et toute la clique des mafieux. Car dans le domaine de la ruse mafieuse, nous avons du génie. D’ailleurs, des Calabrais viennent maintenant en stage à Erevan.

      Commentaire par denisdonikian — 3 août 2013 @ 2:10 | Réponse

  6. Ok , Denis , tu as encore raison. Pour le jeux d’échecs ( djadrag ) également , nos grands Pétrossian et Kasparov sont….russes !

    Commentaire par Donig . — 4 août 2013 @ 6:43 | Réponse

  7. en même temps… pour ce qui est de la fabrique d’hommes remarquables, le statut de paria est un facteur positif déterminant. Et en fonction de l’éducation, ça donne beaucoup de grands scientifiques, hommes de musique, de culture… ou bien businessmen, sportifs (l’éducation est alors moins un facteur).
    Voilà pour moi la grande recette du succès juif ou des arméniens diasporiques dans les domaines « haute éducation » parce que ce sont des communautés valorisant traditionnellement énormément les études et les valeurs « bourgeoises » on va dire.
    Mais ce mécanisme de « parias conquérant la plus haute place » fonctionne également hors de ce contexte : Cassius Clay/Mohamed Ali, Tiger Woods, Eminem (dans le sens inverse : un blondinet chétif dans un milieu presque exclusivement Noir), etc etc

    enfin bon de toute façon l’Arménie est trop petite et trop homogène… c’est un bantoustan
    Il paraît évident qu’il faut en sortir pour se faire un nom : et c’est vrai de pays bien plus grands aussi. L’essentiel étant d’aller dans les grands centres multiculturels : actuellement l’Occident russe, européen ou américain, jadis Byzance, Bagdad, la Perse ou l’Egypte (en ce qui concerne les Arméniens).

    Commentaire par Jean — 8 août 2013 @ 10:41 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :