Ecrittératures

17 août 2013

Il est nécessaire de penser et de réfléchir

KII

Par Moussa Mikaelian

L’Eglise apostolique arménienne s’est une nouvelle fois manifestée par des bruits nés autour d’elle. Comme celui qui fait la fête n’est jamais à cours de festiviés,  ces derniers temps, l’Eglise apostolique arménienne a fait l’objet de certains bruits.

A l’égard de ces bruits, devant les observations et les critiques qui ont été formulées et les demandes adressées à  l’Eglise et à ses responsables de changer leur conduite aussi bien socialement qu’individuellement,  cette Eglise ainsi que ses soutiens semblent avoir répondu par des réflexes d’autodéfense au lieu de mener une réflexion raisonnable et lucide.

Certes, il arrive souvent que mécontentements et critiques, exigences et observations dépassent les limites d’une réflexion et d’un bon sens qui soient empreints de lucidité. Mais ce sont à coup sûr des exceptions dans la mesure où ces bruits et ces critiques sont fondés sur des preuves et reposent sur des faits vérifiables. Et dans ce cas, la réplique de l’Eglise doit être orientée vers ce qui constitue l’essentiel et non l’exception. Cependant, on dirait que de toute évidence l’Eglise n’a rien à dire, qu’elle n’a aucun contre-argument à présenter, aucune réponse valable étant donné que déjà depuis fort longtemps sa manière de vivre se situe à l’opposé de la vie publique, se déroule selon un mode d’existence totalement imperméable.

Et donc dans ces conditions, il n’est ni déraisonnable ni anormal que les protestations et les mécontentements aillent jusqu’à

exiger la démission

du catholicos de tous les Arméniens. De fait, il faut comprendre cette exigence plutôt dans sa profondeur philosophique, à savoir que la société exige du catholicos de tous les Arméniens et des conseils ecclésiastiques qu’ils soient impliqués dans la vie publique, qu’à l’égard des problèmes sociaux ils cessent de jouer aux spectateurs indifférents ou aux juges hautains et deviennent des partenaires,  des associés,  des confidents, ou pour le moins des observateurs objectifs surtout quand le pays a un grand besoin d’instances

En réalité, tant le catholicos que les responsables des conseils ecclésiastiques ont de leur propre chef

démissionné de la vie publique et se sont retirés pour continuer à mener une existence luxueuse, qu’elle soit individuelle ou clanique. L’exigence de démission de la part de la société revient en fait à demander au catholicos et aux conseils ecclésiastiques qu’ils se consacrent aux choses réelles et qu’ils reviennent à la vie publique. Dès lors, le catholicos et les responsables des conseils ecclésiastiques, au lieu de se réfugier dans un réflexe d’autodéfense,  seraient bien avisés de se mettre à analyser cette profonde réalité, d’en examiner les tenants et les aboutissants, afin de mieux comprendre la société, de comprendre les mentaliés et les effets psychologiques qui découlent des changements dus à l’évolution moderne, l’influence morale de la consommation des biens technologiques, et ainsi qu’ils orientent leur conduite et leurs rapports avec la vie publique afin de participer à cette vie et de lui donner du sens.

Dans le cas contraire nous allons perdre le soutien d’un système au potentiel déterminant, qui découle de l’organisation en cours de notre vie nationale et administrative, lequel système peut nous permettre de nous inscrire dans la compétition internationale. Mais en raison d’appréhensions disproportionnées nous voici devant le danger d’un discrédit, d’une exclusion par rapport aux exigences de notre existence nationale et administrative, d’obstacles qui peuvent constituer autant d’interdits pour le développement de notre vie.

Le 17 aout 2013

 

Source : http://www.1in.am/arm/armenia_analysis_207083.html

 

Voir également : : http://www.lragir.am/index/arm/0/society/view/86889#sthash.H3Byfh51.dpuf

Publicités

2 commentaires »

  1. Si les églises continuent à se dépeupler de fidèles, vous verrez si ces gens pleins de morgue ne finiront pas par vite perdre leur contenance…De toute façon le « grand ménage » se fera tôt ou tard, c’est inévitable. Dans le meilleur des cas par le moyen de clercs courageux et déterminés à défendre la dignité d’une institution vénérable. Au pire ce sera les fidèles qui déserteront les églises en faisant la « grève des messes ».

    Commentaire par Philippe Martins — 18 août 2013 @ 5:17 | Réponse

  2. Vraiment, cher Philippe Martins, puisque vous êtes niçois nous aimerions que vous vous fassiez connaître auprès de la paroisse historique de Nice. Celle qui a été « disqualifiée » par le Catholicos. Nous avons besoin de gens comme vous.

    Dikran TIMOURDJIAN

    Commentaire par Dikran — 7 novembre 2013 @ 7:40 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :