Ecrittératures

30 mai 2014

NOUS FAISONS UN REVE, ENSEMBLE

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 2:32

arara10

 

Paru ce jour dans LIBERATION ( rubrique Rebond)

Mais aussi dans AGOS, ACORT, RADICAL, TURQUIE EUROPEENNE,  DEMOCRAT HABER, NOR HARATCH, MEDIAPART, GARIWO ( en italien),

 **

Version française :

 

 

 

Nous, signataires de ce texte, faisons le rêve commun qu’une ère de paix entre Arméniens et Turcs s’ouvre dans le respect de l’histoire et de chacun des peuples.

Bien trop longtemps, la culture politique de la République de Turquie a voulu protéger un crime fondateur en barrant l’accès au passé, empêchant par là même un Etat de droit durable de se construire. Mais personne n’a en son pouvoir d’effacer l’évènement monstrueux qui a eu lieu en 1915, ni ses conséquences. Depuis une dizaine d’années, émergent de forts engagements humains dans bien des domaines : la recherche académique, les manifestations culturelles, les restaurations de monuments, la recherche personnelle des origines, les rassemblements de commémoration dans l’espace public. Un travail de mémoire sérieux, sincère et constant est possible, afin de réparer une partie de ce qui a été détruit, aider ceux qui ont subi un tort immense, leur reconnaître un droit particulier. Les fils de la mémoire et de la vie ont commencé à se renouer. Notre volonté prolonge ces initiatives et suppose que l’Etat turc non seulement ne les gêne pas, mais y prenne sa part.

Cent ans après, les Arméniens de la diaspora sont irrités d’être contraints à répéter un débat factice sur l’Histoire. Ils sont tenaillés par l’envie de voir les terres de leurs origines, de les montrer à leurs enfants. La Turquie d’aujourd’hui ne les en empêche pas. Mais seule une parole de vérité des autorités de l’Etat les aidera à panser les plaies de leur mémoire. Seule une parole forte d’invitation leur permettra de créer de nouveaux liens avec les villes et les villages dont ils ne peuvent entendre les noms sans être bouleversés. Et « l’eau creusera de nouveau son sillon », comme le disait Hrant Dink.

Nous faisons donc un rêve, ensemble. La mémoire de la Turquie, à travers ses récits et ses lieux, honore les morts arméniens en admettant qu’ils ont été victimes d’un génocide, et en désignant les hommes et les idées qui en ont été la cause. Ses livres d’histoire et ses noms de rue louent les Justes qui ont sauvé des Arméniens plutôt que les dirigeants et les exécutants de leur annihilation. Elle rend à l’Eglise et aux fondations arméniennes les monuments dont celles-ci étaient propriétaires. Les Turcs et les Arméniens s’enorgueillissent de ce patrimoine commun.

 Dans notre rêve il y a aussi une citoyenneté pleine et entière dans la république laïque de Turquie : les non-musulmans peuvent accéder aux fonctions publiques, les procès de leurs assassins vont jusqu’au bout, les discours de haine sont bannis par la loi. Enfin, Arméniens et Turcs ont trouvé les moyens, chacun à leur façon, d’accueillir les Arméniens musulmans qui veulent vivre ces deux identités.

Nous faisons le rêve ensemble que ce sillon coulera jusque dans la jeune Arménie indépendante, qui abrite aujourd’hui une grande part de la vie arménienne. Plutôt que de l’étrangler par un blocus, le gouvernement turc entend les demandes venues de sa région limitrophe, ouvre sa frontière, aide au désenclavement de cette Arménie. Il accorde aux Arméniens un accès privilégié à un de ses ports de la Mer noire, proche de l’Arménie, Trabzon ou Samsun. Et à un autre port en Cilicie, sur la Méditerranée, Mersin ou Ayas, qui, au-delà de facilités économiques, devient un foyer de rayonnement du patrimoine médiéval et d’une nouvelle vie multiculturelle.

Enfin pour symboliser cette nouvelle ère, nous faisons le rêve que les deux pays partagent la montagne de l’Ararat spirituellement. Le mont Ararat se transforme en grand parc naturel, inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, et ouvert comme une sorte de zone franche que Turcs et Arméniens mettent ensemble en valeur. Ce lieu des origines de l’Humanité devient un phare de la paix.

 Pour commencer à réaliser ce rêve commun, les signataires de ce texte s’engagent à aider les Arméniens de par le monde qui souhaitent se recueillir sur les chemins de l’exode. Dès 2015, ils iront ensemble sur les terres de leurs aïeux pour retrouver leur mémoire et les traces de leur histoire.

*

Signataires :

Samim Akgönül, Cengiz Aktar, Gorune Aprikian, Ariane Ascaride, Sibel Asna, Serge Avedikian, Ali Bayramoglu, Marie-Aude Baronian, Rosine Boyadjian, Anaîd Donabedian, Denis Donikian, Claire Giudicenti, Nilüfer Göle, Robert Guédiguian, Defne Gürsoy, Ahmet İnsel, Ali Kazancıgil, Jacques Kebadian, Ferhat Kentel, Raymond Kevorkian, Michel Marian, Gerard Malkassian, Umit Metin, Aravni Pamokdjian, Manoug Pamokdjian, Isabelle Ouzounian, Armand Sarian, Betül Tanbay, Gérard Torikian, Serra Yılmaz.

 

*

 

Version arménienne :

Paru dans 168 jam : CLIQUER ICI

*

Version turque :

Paru ce jour dans RADICAL :Notre rêve dans Radikal

 

Ortak bir rüyamız olsun

 

Bu metni imzalayan bizlerin ortak rüyası Ermeniler ve Türkiyeliler arasında, her iki halka ve tarihlerine saygı çerçevesinde, bir barış döneminin başlamasıdır…

Türkiye Cumhuriyeti siyasal kültürüyle çok uzun bir süre, kurucu bir suçu koruma altında tutmak için geçmişe ulaşmanın önünü tıkadı ve kalıcı bir hukuk devleti kurulmasına engel oldu. Ancak 1915’de vuku bulan korkunç olayı ve sonuçlarını silmeye kimsenin gücü yetmez. Son 10 yıl bu konuda pek çok alanda yol alınmasına tanıklık yaptı. Akademik araştırmalar, kültürel etkinlikler, anıtların restorasyonu, bireylerin köklerini araması, kamusal alanda anma toplantıları düzenlenmesi gibi önemli adımlar birbirini takip ediyor. Yıkılmış olanların bir kısmını tamir etmek, çok büyük bir mağduriyet yaşamış olanlara yardım etmek, onlara özel bir hak tanımak amacıyla ciddi, samimi ve sürekli bir bellek çalışması yapmak artık mümkün. Yaşamın ve belleğin izleri birbirleriyle kesişmeye başladı. Girişimimiz bunun bir devamıdır ve Türkiye Cumhuriyeti devletinin, engellemek bir yana, bu kesişmede yerini alacağını varsaymaktadır.

 Diaspora Ermenileri tarih konusunda yüzyıl sonra hâlâ sahte bir tartışmaya mahkum olmaktan rahatsızlar. Köklerinin yer aldığı toprakları ziyaret etmek, bunları çocuklarına göstermek arzusuyla tutuşuyorlar. Bugünün Türkiye’si onları bu konuda engellemiyor. Ama devlet sorumlularının tek bir hakikat sözü, onların belleklerindeki yaraları sarmaya yardımcı olabilir. İsimlerini sarsılmadan duymaları mümkün olmayan köy ve kentlerle yeni ilişkiler kurabilmeleri, ancak böyle güçlü bir davetin gelmesiyle mümkün olabilir. Ve Hrant Dink’in dediği gibi böylece “su çatlağını bulur”.

Ortak rüyamız şöyle: Öyküleriyle ve mekânlarıyla Türkiye’nin belleği ölmüş Ermenileri, bir soykırımın mağduru olduklarını kabul ederek onurlandırır. Buna yol açan kişi ve fikirleri teşhir eder. Tarih kitapları ve sokak adları, Ermenilerin yok olmasını yöneten ve bunu uygulayanların isimlerini değil, Ermenileri kurtarmış olan vicdanlı ve adil insanları över. Türkiye devleti Ermeni kilisesi ve vakıflarına, sahip oldukları anıtları iade eder. Türkiyeliler ve Ermeniler bu ortak kültürel varlıktan kıvanç duyarlar.

Rüyamızda laik Türkiye Cumhuriyetinde eksiksiz ve tam bir yurttaşlık da var. Müslüman olmayanlar kamu görevlerinde yer alıyor, onları katledenlerin yargılanmaları eksiksiz yürütülüyor, yasalar nefret söylemini suç ilan ediyor. Ermeniler ve Türkiyeliler, kendi uslupları içinde, iki kimliklerini de yaşamak isteyen Müslüman Ermenileri kucaklıyor.

Rüyamızda Hrant’ın işaret ettiği su çatlağının, bugün Ermeni dünyasının büyük bir kısmını barındıran genç bağımsız Ermenistan’a kadar ulaşabileceği de bulunuyor. Rüyada Türkiye hükümeti, onu ambargoyla boğmak yerine, sınır boyundan gelen talepleri dinleyip, sınırı açıyor, Ermenistan’ın izolasyonunun son bulmasına yardım ediyor. Ermenistan’a Karadeniz’deki limanlarından birine, Trabzon veya Samsun’a, ayrıcalıklı ulaşım olanağı tanıyor. Ve eski adıyla Kilikya’da Akdeniz kıyısında Mersin veya Ayaş (Yumurtalık), iktisadî bir kolaylığın ötesinde, ortaçağdan beri varolan kültürel mirasın parladığı, yeni bir çok kültürlü yaşamın merkezi oluyor.

ki ülkenin Ağrı Dağını manen paylaştığı rüyasını görüyoruz, yeni dönemi de bu simgeliyor. Ağrı Dağı, UNESCO tarafından dünya kültürel miras listesine dahil edilen büyük bir doğal parka dönüşüyor ve Türkiyelilerle Ermenilerin birlikte değer katacakları bir tür serbest bölge oluyor. Beşeriyetin köklerinin yer aldığı Ağrı bir barış feneri oluyor.

Bu rüyayı gerçekleştirmeye başlamak üzere, bu metni imzalayanlar, 1915’in tehcir yolu üzerinde anma düzenlemek isteyen dünyanın dört bir yanındaki Ermenilere yardım sözü veriyorlar. 2015’de, atalarının topraklarına, onların hatırasını ve tarihsel izlerini bulmak için birlikte gidecekler.

 

Samim Akgönül, Cengiz Aktar, Gorune Aprikian, Ariane Ascaride, Sibel Asna, Serge Avedikian, Ali Bayramoglu, Marie-Aude Baronian, Rosine Boyadjian, Anaîd Donabedian, Denis Donikian, Robert Guédigian, Claire Guidicenti, Nilüfer Göle, Defne Gürsoy, Ahmet İnsel, Ali Kazancıgil, Jacques Kebadian, Ferhat Kentel, Raymond Kevorkian, Michel Marian, Gerard Malkassian, Umit Metin, Aravni Pamokdjian, Manoug Pamokdjian, Isabelle Ouzounian, Armand Sarian, Betül Tanbay, Gérard Torikian, Serra Yılmaz.

 

*

 

 

 

3 mai 2014

Discours du 24 avril 2014 à NICE

Filed under: Uncategorized — denisdonikian @ 7:38

Q6taZNP106HtP-7MhNI-Mjl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Armand Sammelian

*

Discours du 24 avril 2014 à NICE, écrit par ARMAND SAMMELIAN et prononcé par   Edouard Kassighian

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

*

Monsieur le Président du Conseil Général,

Monsieur le député maire,

Mesdames et Messieurs les élus,

Messieurs les représentants des Autorités administratives, civiles et religieuses,

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

24 avril 1915 – 24 avril 2014

Quand le droit ne rend pas la justice,

Quand la loi ne sanctionne pas l’Histoire la plus barbare,

Quand la loi ne limite même pas la liberté d’expression,

Alors les troubles de mémoire favorisent le foisonnement des monstres qui vomissent un venin négationniste que rien n’arrête.

Mais qu’on le dise ou qu’on le taise, qu’on s’en souvienne ou pas, qu’on le nie ou qu’on le reconnaisse, le fait est que ce n’est pas sur les champs d’honneur que les Turcs ont choisi d’anéantir le peuple arménien.

Non ! C’est dans les chemins de traverse, contre des villageois sans défense, des paysans, des boutiquiers, des artisans, des enfants et des vieillards de tous âges et de tous sexes, massacrés, démembrés, égorgés, noyés, ferrés, souillés et détroussés bien sûr.

Ils les ont islamisés de force quand ils ne les ont pas déportés sans retour.

C’est au cœur de la nuit qu’ils ont choisi de décapiter leurs élites politique, intellectuelle, artistique, économique.

C’est dans la haine qu’ils ont incendié leurs églises et assassiné leurs prêtres.

Ainsi, quoi qu’on en pense, qu’on le veuille ou non, qu’on le récuse ou le confesse, le fait est qu’en 1915 les Jeunes‐Turcs ont planifié l’extermination du peuple arménien afin de l’effacer de la surface de leurs terres ancestrales.

Un million et demi d’entre eux disparaitront dans ce bestiaire à relents raciste, ethnique et religieux.

C’était il y a 99 ans aujourd’hui et les deux tiers d’un peuple antique à forte identité, était rayé de la carte dans le vacarme de la 1ère guerre mondiale.

Après Jaurès, Millerand, Anatole France, Aristide Briand, ou Clémenceau, Winston Churchill a pu dire dès cette époque :« En 1915, le gouvernement Turc commença et mena à bonne fin, sans ménagement, une œuvre infamante : le massacre et la déportation générale des Arméniens d’Anatolie. La suppression de ce peuple d’Asie mineure fut à peu‐près aussi complète qu’un tel acte pouvait l’être, à une aussi grande échelle.

Il ne fait aucun doute que ce crime fut planifié et exécuté pour des raisons politiques. ».

Toul était dit il y a un siècle par les plus grandes voix du moment sans parler des tribunaux militaires turcs qui dès 1919 condamnèrent à mort par contumace les principaux dirigeants Jeunes‐Turcs.

Et nous voilà, nous, citoyens français d’origine arménienne, descendants des quelques rescapés de cet enfer, à espérer, en gémissant, l’impossible aveu d’un état barbare qui, inlassablement, truque et dissimule, verrouille et occulte une vérité insoutenable.

Ce déni de réalité méconnait la pitié et le remords.

Il confisque inlassablement les preuves, maquille les archives quand il ne les détruit pas, camoufle l’horreur à coup de bakchichs ou de menaces afin d’éviter le jugement des hommes et l’opprobre qui va avec malgré le rapport Whitaker de la sous‐commission des droits de l’homme de l’ONU de 1985 mentionnant le génocide des Arméniens par 14 voix contre une et quatre abstentions.

Il vide sans état d’âme les valeurs humanistes universelles au nom, prodige des prodiges, d’une liberté d’expression que la Turquie bafoue tous les jours elle‐même en enfermant ses propres intellectuels, universitaires, historiens, journalistes, écrivains, en bâillonnant le peuple de la Place Taxim, tout en s’habillant d’un droit qui organise l’arbitraire. Ainsi, cette Turquie, construite sur une montagne de cadavres, décrédibilise les conventions et traités, disqualifie les instances internationales civiles et pénales, tout dernièrement encore à travers la décision inique opposée à la Suisse par la Cour Européenne de décembre 2013 – Arrêt Perinczek.

Caressée par un panthéon de négateurs et de leurs officines enfiévrées en tête desquelles le fameux institut du Bosphore, la Société d’histoire turque et le fumeux Comité Talaat, la féérique Turquie peut sereinement afficher sa satisfaction d’un crime parfait commis au nom de la supériorité de la race turque et d’un islamisme nationaliste conquérant.

En foulant au pied la reconnaissance préalable du génocide des Arméniens pour entrer dans l’Union Européenne, ce pays d’épouvante continue tranquillement à signer des nouveaux chapitres d’adhésion alors même que le génocide des Arméniens constitue un chapitre non résolu de l’histoire de l’Europe.

C’était le temps de la première guerre mondiale où les cadres de l’armée allemande de l’Empereur Guillaume II, constituaient l’État‐Major de l’armée Ottomane, un temps où l’Allemagne suivait jour après jour, dans le détail, le déroulement des carnages en laissant faire !!!

C’est ainsi que le chancelier Bethmann Hollweg a pu dire à Metternick, ambassadeur d’Allemagne à Constantinople, dans un télégramme codé en date du 17 décembre 1915 : « La proposition d’une condamnation publique d’un allié en pleine guerre serait contraire à toute notre histoire. Notre seul

objectif est de garder la Turquie de notre côté jusqu’à la fin de la guerre, QUE LES ARMÉNIENS PÉRISSENT OU PAS. Que la guerre se prolonge et nous aurons encore besoin des Turcs. ».

En avouant son immense crime, la Turquie aiderait l’Allemagne à exorciser ses démons d’un passé où la Shoah n’existait pas encore !!!

C’est pourquoi l’Allemagne s’honorerait à ouvrir ses archives pléthoriques…

En attendant, protégé par un statut d’intouchable, courtisé envers et contre tout, subventionné par l’Europe depuis des années, le régime islamo‐policier turc a beau jeu de faire miroiter les contrats juteux afin d’aiguiser l’appétit des fonds de pension et des grands groupes industriels internationaux, toutes ces belles âmes qui nous gouvernent et qui n’ont cure du sang versé par le peuple arménien.

C’est pourquoi notre indignation n’a d’égale que notre profonde gratitude pour cette France des Lumières qui se souvient… contre celle qui s’accommode par connivence et qui parle encore « d’événements tragiques », de « drames » ou de « grand crime » mais pas de GÉNOCIDE alors que la qualification est inscrite explicitement dans la loi du 29 janvier 2001.

Mesdames et Messieurs,

Ce rituel annuel n’est pas seulement un acte compassionnel de piété filiale les larmes retenues, mais une commémoration revendicatrice vouée à nous confronter à une abomination passée à la trappe depuis le malheureux traité de Lausanne de 1923 qui consacre le soutien inconditionnel de l’Occident à la Turquie face à la montée du Bolchévisme.

Ce rituel se veut un moment de dénonciation d’une vaste entreprise de mystification internationale qui se joue de la vérité historique afin d’exonérer l’allié turc de sa culpabilité et l’Allemagne de sa complaisance qui, à elle seule, justifie l’acquittement de Tehlirian l’exécuteur à Berlin du grand Vizir Talaat Pacha ordonnateur en chef du génocide.

Nous appelons complaisance le mutisme, la désinformation et l’absence d’accusation que l’Allemagne aurait pu proférer pendant l’extermination du peuple arménien afin de le dénoncer pour l’atténuer ou le stopper.

Nous sommes ici pour dire que le véritable progrès doit reposer sur la justice et qu’une humanité construite sur le seul profit serait une tare fatale.

Nous sommes ici pour rappeler que l’archaïsme de notre temps réside encore dans la combinaison explosive du nationalisme, du consumérisme et du fondamentalisme religieux.

Cette pression de la mémoire vise à dénoncer la barbarie contre les principes de démocratie et à répéter que l’humiliation du racisme demeure l’antichambre de la violence.

Aussi, ce rassemblement n’est pas une réunion fermée de quelques nostalgiques ou excités, mais une manifestation de citoyens du monde qui proclament haut et fort que les bornes de l’inacceptable sont aujourd’hui transgressées par un état turc totalitaire à la justice soumise et à la presse muselée, mais qui ose parler au nom des droits de l’homme, alors qu’année après année, depuis 99 ans

maintenant, il ajoute une strate nauséabonde à l’épaisseur de son déni parce que l’occident le lui permet !

Mesdames et messieurs,

De fait, ce déni ne tue pas la vérité mais la régénère.

Écoutez, dans le murmure du vent, ces cris arrachés à ce passé monstrueux…

Ce sont nos martyrs qui nous parlent et nous obligent, qui nous appellent et nous réclament justice.

Ils nous imposent le devoir d’histoire car ces innocents ont été sauvagement renvoyés au néant par des loups en meute assoiffés de sang et de convoitise.

Ces héros sont notre famille, nos viscères, notre peuple anéanti au nom d’un hyper nationalisme jubilatoire préfigurant la barbarie de la 2e guerre mondiale, une barbarie relayée aujourd’hui par une mondialisation financière qui achète et corrompt tout ce qu’elle touche, piétinant la dignité des hommes.

Face à ce défi historique, il nous reste l’essentiel, une mémoire qui n’est pas à vendre et permettra la victoire de la vérité, tout simplement parce que cette vérité n’existe pas seulement dans la tête de quelques Arméniens qui la pensent mais dans la réalité d’une Histoire que la Turquie tente vainement d’exclure du monde civilisé depuis 99 ans.

Combien la mauvaise conscience a mauvaise mémoire, elle qui permet au négationnisme de s’exprimer impunément sur le sol français et européen alors même que dès 1987, le Parlement Européen faisait de la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie un préalable incontournable à son entrée dans l’Union Européenne.

C’est la raison pour laquelle nous attendons fermement une loi qui n’a pas pour objet de faire taire les hommes, mais leur interdire de nier la vérité à travers l’extension de la loi Gayssot au génocide des Arméniens. C’est une question de vérité historique, de morale, de droit et non d’opinion.

Nous vaincrons aussi, la douleur au cœur parce que partout où se trouve l’homme, il y a forcément de l’humanité, celle des « Justes » de naguère auxquels nombre de survivants doivent la vie, ou celle de tous ces démocrates turcs d’aujourd’hui, épris de justice et de liberté qui refusent que le mensonge et le mépris perdure plus longtemps. Nous pensons singulièrement au livre repentir du courageux Hasan Djemal petit‐fils de Djemal Pacha l’un des trois responsables du génocide.

Mais nous pensons aussi à tous ces Turcs qui apprennent que leur grand‐mère était arménienne et dont l’exigence de vérité se fait de plus en plus entendre.

Dans l’attente, restons vigilants car«le ventre de la Bête immonde est encore fécond», les Arméniens du village syrien de Kessab pourraient aujourd’hui en témoigner.

Je vous remercie pour votre attention.

 

Vue générale

1 mai 2014

CENT ANS de SOLITUDE pour UN JOUR de COLERE

mustafa-aga-azizoglu

 

Je dédie cet article à Moustapha agha Aziz oglou

Maire de Malatia en 1915

 

En politique, celui qui croit toucher les cœurs peut les révulser. Avec ses subtiles et tardives condoléances à l’adresse des « petits-enfants des Arméniens tués en 1915 », Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre turc, vient de siffler le début du match qui opposera les commémorations du génocide de 1915 au négationnisme turc. Les Arméniens du monde entier savent désormais que leur deuil sera un combat contre l’amnésie génocidaire. Car leur deuil, loin d’être un abattement de l’âme arménienne, revêtira tous les aspects d’une guerre mémorielle menée contre la kémalisation par laquelle tous les gouvernements turcs confondus ont caramélisé leur peuple depuis un siècle sur la question arménienne.

Or, contre le mensonge de l’Etat négationniste, il ne faudra pas s’attendre à une simple levée de boucliers. Ces boucliers sont levés depuis déjà cinquante ans et même davantage. Non, il faudra s’attendre à un véritable déferlement de la colère mondiale, arménienne et humaniste. Ce que Monsieur Erdogan ne sait pas, c’est que chaque Arménien né en diaspora voudra jouer sa part de vérité dans cet Hymne à la Justice qui animera les nations et assiègera le pays qui s’entête dans ses bottes d’accusé. Car « tous les petits-enfants des Arméniens tués en 1915 » voudront rendre hommage à leurs grands-parents contre le crime sans nom ni criminel où la turcité erdoganesque veut les confiner. Il en est qui se préparent déjà depuis des années, qui fourbissent leur indignation pour la rendre plus éclatante que jamais. Chacun de ces petits-enfants ne voudra pas rater ça, faire du mouvement, donner de la voix, montrer, argumenter. Donner la parole aux morts dont on a défoncé la bouche. Et contre ÇA, personne ne parviendra à faire barrage. On pourra contre manifester, crier à la supercherie. En vain. La tempête est déjà en route. Elle sera légion et contagieuse. Les indifférents seront touchés. Les contaminés de la propagande turque se réveilleront tels qu’en eux-mêmes fleurira leur conscience. La jeunesse turque ouvrira les yeux et le cœur. C’est humain. C’est mathématique. Déjà chaque Arménien se tient fermement dans les starting-blocks pour grossir la vague anti-négationniste dont seront témoins toutes les nations du monde. J’en connais et des meilleurs. Car le génocide turc a pourvu le monde entier de petits-enfants d’Arméniens tués en 1915. Des petits-enfants qui y pensent chaque jour. Et qui chaque jour ajoutent au précédent une idée, une force, un désir de justice.

Déjà avec la saillie de ses condoléances, Erdogan les a agacés, ces petits-enfants arméniens. Ceux qui dormaient fort se sont même redressés. Ceux qui s’assimilaient se sont brutalement décillés. Ils ont ouvert les yeux et ils ont ouvert leur gueule. Erdogan ne pouvait pas mieux faire pour siffler le début du match. Il croyait abattre les Arméniens comme des mouches d’un revers de main faussement compassionnel. Mais non. Il croyait que la mort des Arméniens en 1915 avait rendu amorphes leurs petits-enfants. Non encore. Il les a poussés au commentaire indigné comme si les morts parlaient encore en leur bouche. Du plus réactif des petits-enfants comme Louise, Michel, Dzovinar ou Antranik au plus actif comme Manoug, Osman, Ayse, du plus comique comme Madinian au plus connu comme Aznavour. Des commémorations comme on n’en aura jamais vues, partout dans le monde mais aussi en Turquie même. Des commémorations telles que le croissant de lune en tremblera dans son propre lit de sang. Et il va les recevoir en plein dans ses condoléances, Erdogan. Que même s’il se fourrait du lokum dans les esgourdes, ça va passer très fort et très dur. Ça lui fera des otites et des acouphènes à vie.

Car oui, contre ÇA, la Turquie ne pourra rien. Rien pour maintenir contre ÇA cette bassesse de l’histoire qu’elle perpétue bassement. Incapable qu’elle sera de lancer ses tchétés contre les défilés qui lui jetteront sa honte à la figure. Sans même la possibilité cette fois de rafler de nuit les intellectuels arméniens, ni ceux qui fraterniseront avec eux, pour les faire taire par l’exil, le chantage ou la mort. Ses soldats n’arriveront pas à fusiller les hommes valides, ni à torturer les prêtres, ni à noyer les enfants, ni à les brûler dans les églises pour éteindre leurs cris. Tous auront l’âme en feu et la parole libre, la parole vivante, la parole européenne pour dire à Monsieur Erdogan que ces Arméniens tués en 1915 l’ont été par les vôtres hier et le sont encore par vous-même aujourd’hui.

Les commémorations liées à la bataille des Dardanelles le 25 avril ne parviendront même pas à étouffer ces voix multiples et mondiales. Au contraire, elles mettront davantage en lumière le trou béant qui déchire une histoire de barbaries que la Turquie n’ose pas regarder en face. On le sait bien pourquoi. Dans ce trou noir qui a pour nom Frendjelar, Dara, Kharpout et autres, où sèche le sang des Arméniens tués en 1915, mais aussi des Grecs et Assyro-Chaldéens, la Turquie pourrait être entraînée tout entière, coupable d’avoir manipulé son peuple durant cent années.

Grâce à Dieu, pour éviter ce genre de gouffre, les pays qui ont mauvais genre ressortent de leurs placards une bonne commémoration pour redonner au peuple l’estime de soi. Cela se comprend. Celle des Dardanelles se fera pour que la fierté d’être turc soit sauve et échappe à l’opprobre que les commémorations arméniennes feront peser sur la turcité. Mais ce sera du pur théâtre, pas de la douleur humaine. Ce sera une commémoration de carton, pas une commémoration humaniste. Et aux yeux du monde la Turquie telle que la rêve Erdogan en sortira plus amoindrie que jamais. Car il n’y a pas d’autre issue à la fierté d’être turc que de reconnaître la déraison qui est à l’origine de la douleur arménienne.

C’est que Monsieur Erdogan n’est pas moderne. Monsieur Erdogan n’est pas européen. Sa récente réélection a donné de la Turquie une image incompatible avec les idéaux qui animent l’Europe. Sa répression des manifestations passées, soldée par huit morts et huit mille blessés, l’emprisonnement des journalistes, la suppression de YouTube et Twitter, etc. font de la Turquie un anachronisme dans la modernité et de ses velléités européennes une injure à l’Europe.

Certes on doit reconnaître les efforts du gouvernement Erdogan. Mais les rouages de sa mécanique mentale se grippent d’autant plus facilement qu’il reste un homme politique aliéné par sa culture, son éducation et son entourage. On ne peut pas désirer l’Europe sans perdre un peu de sa morgue nationaliste. Ni avancer d’un pas vers elle pour s’en éloigner de dix. Dès lors, que valent ces gesticulations destinées à virginiser une politique répressive et négationniste qui se répète depuis cent ans ? Aujourd’hui, on lâche du lest tandis que dans le même temps on matraque en coulisses. On permet aux ONG et aux Arméniens de l’étranger de commémorer 1915 sur le territoire turc, mais on emprisonne les journalistes. On reconstruit Aghtamar mais combien d’édifices arméniens on laisse encore détruire ! On accorde de publier voici un mois le Parmi les ruines de Zabel Yessayan en turc, mais on aura assassiné Hrant Dink, emprisonné Ragib Zarakolu, conspué Oran Pamuk, sans parler du reste.

De la même manière, pour se montrer européen, on formule maintenant des condoléances aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915, mais on ne dit pas comment, ni par qui, ni pourquoi ils l’ont été. Or Monsieur Erdogan sait bien par qui, comment et pourquoi. C’est comme si Monsieur Erdogan vous invitait à sa table pour un manti dont la pâte et la viande seraient absentes. Il a beau jouer les prudes en proclamant solennement : «Nous sommes un peuple qui pense qu’un génocide est un crime contre l’humanité et jamais nous ne fermerions les yeux face à un tel acte», il ne trompe personne. Car, voyons un peu, c’est bien en Turquie que ces Arméniens ont été tués puisque c’est le Premier ministre turc qui exprime ses condoléances ? Et il doit bien savoir qui les a tués et comment et pourquoi, le Premier ministre turc ? Mais non ! Il ne veut pas qu’on sache qu’il le sait. C’est qu’il ne veut pas être celui qui ouvrira le gouffre béant où toute la nation turque pourrait être précipitée. Car ce serait admettre que le génocide est consubstantiel à l’histoire turque. Que c’est dans la mort en masse des Arméniens que la Turquie a puisé la substance de son économie aux premiers âges de son histoire. Et ce crime massif ne s’efface pas avec des condoléances. Il pèse et il pèsera encore longtemps. Et plus la jeunesse turque sera portée par une éducation européenne, plus ce crime pèsera de son poids dans sa conscience. C’est humain, et c’est mathématique. C’est que Erdogan en niant comme il le fait la substance génocidaire de l’histoire turque joue avec la santé mentale de ses citoyens, et en particulier de sa jeunesse. Car les mécanismes éthiques de l’individu qui accède à la conscience de sa liberté s’accommodent mal des mensonges politiques qui hypertrophient la fierté nationale. La kémalisation de la jeunesse turque a pris fin avec les manifestations de la place Taksim. Elle a déjà commencé à céder du terrain devant les impératifs moraux de sa mue européenne. De sorte que tôt ou tard, il deviendra inéluctable que le pourquoi et le comment des tueries de 1915 viennent au grand jour remplacer les atermoiements de Monsieur Erdogan. Oui, tôt ou tard, ils viendront.

Quant aux Arméniens, ils ont devant eux une année pour tenir parole. Ils feront des choses, mais ils feront aussi des paroles. Or les paroles seront le seul baromètre qui déterminera leur manière d’honorer les morts de 1915. Car leur douleur centenaire devra tenir aux yeux des autres hommes le langage de la dignité contre tout débordement agressif à l’égard des sceptiques, des opposants, des fatigués, des hédonistes et même des négationnistes. Sur les forums, les réseaux sociaux, dans les conférences et ailleurs… L’intégrisme génocidaire est la pire des défenses pour maintenir la vérité historique hors de l’eau. Faute d’universaliser le génocide de 1915, les Arméniens risquent de faire mourir leurs morts d’inanité. C’est pourquoi, toutes les occasions pour jeter des ponts entre la diaspora arménienne et la société civile turque bénéficieront à l’une et à l’autre pour que les événements de 1915 émergent dans les consciences comme une nécessité éthique de réconciliation, de dialogue et de partage. L’heure est à l’ouverture des esprits pour que puisse commencer l’ouverture des premiers gestes de réparation. Les Arméniens ont beaucoup à faire, à commencer par ranger leurs gants de boxe destiné au combat auquel les invite Erdogan. Et par comprendre que le peuple turc, de génération en génération, a été forcé de grandir dans le mensonge alors qu’eux-mêmes baignent depuis cent ans dans la solitude de leur génocide oublié et de leurs grands-parents traumatisés.

Dans cette perspective, pourquoi ne pas mettre à l’honneur durant les commémorations de 1915 les Justes turcs qui ont sauvé des Arméniens ? Ils ne devraient pas être oubliés. Car ainsi ce serait l’occasion de montrer que les Arméniens n’ont pas élaboré leur haine autour de la figure fantasmée du Turc sanguinaire, et que les Turcs n’ont pas à être confondus avec un Etat qui ne cesse de les tromper. Et qu’ils se posent la question ces Arméniens, de savoir avec quel genre de Turcs ils voudront construire la reconnaissance du génocide : des Turcs braqués ou des Turcs éclairés ?

Je serais tellement heureux si, en avril 2015, une rue de Malatia, à Erevan, était baptisée du nom de Moustapha agha Aziz oglou, maire de Malatia en Turquie en 1915, qui a sauvé tant d’Arméniens et que son fils, au retour de la guerre, assassinera pour l’avoir jugé trop favorable aux Giavurs.

Denis Donikian

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.