Ecrittératures

17 octobre 2014

La faim du baobab

Filed under: CHRONIQUES à CONTRE-CHANT,Denis Donikian m'agace — denisdonikian @ 5:33

Baobab_Morondava_Madagascar

« Il y a des femmes où s’implanter

est aussi difficile

que de vouloir introduire un baobab au Groenland,

même en temps de dégel ».

Anatole de Quercampois,

Publicités

7 commentaires »

  1. En recevant le mail de notification j’ai souri car il est écrit « se planter » au lieu de s’implanter. Mais en allant voir de plus près j’ai découvert la véritable orthographe.
    Néanmoins les deux verbes sont assez proches l’un de l’autre, tout dépend du style d’écriture ou de la femme en question.
    Dans les deux cas c’est une constatation juste , mais nous les hommes nous y sommes un peu pour quelque chose.
    Depuis la nuit des temps que le machisme existe…et qui perdure.
    Mais diantre! quel beau baobab!!! Lol!

    Commentaire par Alain BARSAMIAN — 17 octobre 2014 @ 8:00 | Réponse

  2. Rayon femmes et glaciations, ne pas oublier la volcanique Catherine (number 2, tsarine of Toutes les Russies), qui s’y connaissait en baobabs et en dégels…
    Voir son cabinet érotique : http://next.liberation.fr/design/2011/01/26/le-mobilier-erotique-de-catherine-ii-de-russie-dans-le-detail_710099?photo_id=238197

    Commentaire par George — 17 octobre 2014 @ 8:23 | Réponse

    • Pfff ! Ce n’est rien à côté du fauteuil d’amour d’Edouard VII.

      Commentaire par denisdonikian — 17 octobre 2014 @ 8:40 | Réponse

  3. Vous êtes incollables sur ces sujets bande de rigolos !

    Commentaire par Dzovinar — 18 octobre 2014 @ 4:31 | Réponse

  4. Pour les addicts du mobilier érotique : http://www.artmajeur.com/fr/artist/marcmajoullier/collection/chaise-erotique-erotic-chair-mobilier-erotique/1303483
    Bon, pour ce qui est de la sus-dite (j’ai bien écrit : sus-dite) Catherine II, on hésite encore sur l’authenticité; ce serait peut-être celui d’Alexandre II ou III : http://www.connaissancedesarts.com/design-decoration/actus/le-mobilier-erotique-est-il-vraiment-celui-de-catherine-ii-88777.php
    Comme quoi, tous les chemins mènent à ce que vous savez.

    Commentaire par George — 18 octobre 2014 @ 12:47 | Réponse

  5. Ou l’art de s’introduire dans les lieux les plus inhospitaliers.

    Mes amitiés à toi, cher parrain.

    Commentaire par Thomas Vartanian. — 24 octobre 2014 @ 3:40 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :