Ecrittératures

18 octobre 2014

Imprescriptible, base documentaire sur le génocide arménien

bandeau-imprescr

1 – L’initiative du site Imprescriptible (http://www.imprescriptible.fr/) revient à Arsène Kalaidjian, en réaction à la campagne négationniste menée sur les sites turcs francophones de l’Internet et consécutive à la loi de la République française du 29 janvier 2001 portant sur la reconnaissance du génocide des Arméniens de 1915. Il s’agissait alors de mettre à la disposition des internautes francophones documents et témoignages relatifs à ce génocide. D’abord sous-domaine du site Armenweb en 2001, Imprescriptible a été officiellement créé en 2004. Il recevra l’appui du Professeur Yves Ternon, spécialiste du génocide des Arméniens, qui l’autorisera à mettre en ligne son livre Enquête sur la négation d’un génocide (Éditions Parenthèses, 1989).

2 – En termes juridiques, est considéré comme imprescriptible une action ou un droit lorsqu’il ne peut s’éteindre par l’écoulement du temps. Ainsi les droits naturels sont imprescriptibles dans la mesure où ils échappent à toute prescription. Prenant acte des crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale, l’ordre juridique français a affirmé, le 26 décembre 1964, la volonté que les criminels ne puissent bénéficier de la prescription. La charte du tribunal international de 1945 et la résolution des Nations unies du 13 février 1946, permirent à son Code pénal de déclarer les crimes contre l’humanité comme « imprescriptibles par leur nature ». C’est dire qu’ils peuvent être jugés sans aucun délai dans le temps.

3 – Les quelques centaines de visiteurs par jour, avec des pics à 2 000 à chaque 24 avril, montrent l’intérêt des étudiants, des chercheurs et des journalistes suscité par les documents proposés. Les messages des enseignants autant que les insultes des négationnistes témoignent eux aussi de l’importance du site. Étranger au monde arménien par ses origines comme le professeur Ternon, Alain Gérard en a longtemps assuré la maintenance, l’enrichissant de sa sensibilité, de ses lectures et de ses découvertes. Quant à Ayşe Günaysu, militante des droits de l’homme en Turquie, elle a traduit en langue turque une cinquantaine d’articles publiés dans le New-York Times durant la période du génocide.

4 – La partie Connaissance du site éclaire le profane grâce à un résumé historique écrit par Jean Guréghian, une chronologie et la brochure élaborée par l’historien Claude Mutafian en 2005. Des citations et des portraits de personnalités, hier ou aujourd’hui aux côtés des Arméniens au nom de la justice, viennent clore cet ensemble. Par ailleurs, Imprescriptible permet l’accès direct aux textes originaux comme les numéros de la Revue d’Histoire Arménienne contemporaine dirigée par Raymond Kévorkian et l’étude fondamentale du juriste André Mandelstam : La SDN et les puissances devant le problème arménien. Enfin, la rubrique Le recyclage des criminels révèle la filiation entre l’Empire ottoman et la Turquie moderne au regard du génocide de 1915.

5 – Dans la partie Documents, sont numérisés d’autres textes d’époque souvent rares et parfois introuvables, comme Le Traitement des Arméniens dans l’Empire Ottoman du Vicomte Bryce et les Mémoires de l’Ambassadeur Morgenthau. Les archives de l’Association ARAM complètent celles du site. S’y ajoute une rubrique Iconographie comportant photographies, témoignages et cartes. Ainsi, la fiabilité et la richesse de son contenu font d’Imprescriptible un outil pédagogique et une arme de combat au nom de la vérité historique et des droits de l’homme, à telle enseigne que les négationnistes n’auront de cesse de vouloir sa perte soit en le copiant, soit en le piratant comme en 2008 et 2011. En vain…

© Denis Donikian

Publicités

Un commentaire »

  1. Ce site est particulièrement riche par tous les éléments vitaux qu’il contient dans la chronologie d’un génocide planifié.
    Il met à jour des preuves irréfutables du mobile et de l’intention d’anéantissement du peuple dont les terres ont été spoliées après avoir été vidées de leur population sédentaire.
    Tout son corpus en fait un dossier à charge en attente d’un tribunal universel.

    Commentaire par antranik21 — 18 octobre 2014 @ 9:56 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :