Ecrittératures

22 octobre 2014

« Le Concert arménien ou le Proverbe turc »

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 7:42

tract-capt-turquie

1 – Écrite par Gérard Torikian et Isabelle Guiard, la pièce Le Concert arménien ou le Proverbe turc s’apparenterait au théâtre à message si elle n’était portée par une scénographie orchestrant avec subtilité la langue, le corps, l’image et le son. Toile de fond sur laquelle l’unique personnage, Mardiros, se démultiplie au gré d’une mémoire humiliée, le génocide des Arméniens est interprété moins comme fait historique que sous forme d’aporie psychique, d’enfermement et de quête. La pièce voudrait montrer que l’héritage des problématiques liées à un génocide peut tuer à petit feu les fils des victimes comme ceux des bourreaux s’ils ne procèdent en urgence à une révolution des comportements.

2 – Pour arriver au génocide, les auteurs ont choisi le détour de l’Odyssée, Ulysse dans son périple vers Ithaque symbolisant l’obsession du retour qui anime les peuples déracinés. Présentateur protéiforme, Mardiros se métamorphose tantôt en pianiste (Armen Arminian), tantôt en vieille femme turque (Gül), en enfant (Kilim), en clown, en mère arménienne (Vartouhi) et en marionnettiste (L’HOMME)… Au fur et à mesure, la trame odysséenne cède la place au drame génocidaire, d’abord par petites touches, puis d’une manière plus manifeste, révélant au spectateur les véritables enjeux de la pièce : le passage dans la mort qui préside à la nécessité de rester vivant.

3 – Héritier pathologique du peuple arménien, Mardiros laissera échapper les signes de sa propre confusion mentale. Tout à tour pris de fureur (Armen Arminian jouera Rugoso barbarioso la Marche de Polyphène, ce Ankégh arménien, véritable machine à tuer… à l’instar de ces « Turkér »), pétri de nostalgie (« Ô, Ararat, pourrai-je un jour me recueillir auprès de ton mont sacré »), pathétique (quand il chante un « Dele Yaman » déchirant), victime de troubles de la parole (avec ces Hhay ou TrrKrr inquiétants et grotesques), il cherche désespérément à quitter l’enfer de sa mort, « toute cette souffrance intense, immense, non reconnue qui [poursuit] […]les descendants des survivants ». Mais, proteste la mère, tremper « dans le jus de mort du passé », c’est continuer « l’œuvre des criminels ».

4 – Non content d’être le co-auteur de la pièce, Gérard Torikian met en scène ses talents de comédien et de pianiste autant qu’il réussit à transposer dans l’ordre du symbolique le mal reçu en héritage d’un anéantissement qu’on voudrait anéantir en le niant. C’est que détruire par la négation la destruction même du peuple arménien conduit à le faire toujours exister par la souffrance de ses survivants. De la sorte, Gérard Torikian devient le seul comédien possible de la pièce, car il conjugue avec ses compétences artistiques la violence de son deuil.

5 – Mis en scène par Serge Avédikian, auteur du documentaire de création Nous avons bu la même eau  et partisan du dialogue arméno-turc, Le Concert arménien ou le Proverbe turc fut présenté en Turquie, en novembre 2009, au Théâtre Municipal de Diyarbakir et au Garajistanbul d’Istanbul, grâce à Osman Kavala, mécène atypique et fondateur de l’ONG Anadolu Kültür. En mars 2010, la pièce sera jouée à Erevan pour le Festival ARMMONO et pour les Journées de la Francophonie. De fait, pour Gérard Torikian, la vocation du spectacle était de se produire en Turquie et en Arménie, afin qu’il contribue à ouvrir une voie où chacun puisse « se mettre à la place de l’autre » et à rendre une rencontre enfin possible.

© Denis Donikian

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :