Ecrittératures

29 octobre 2014

Ravished Armenia (1)

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 5:22

Ravished-Armenia-The-Story-of-Aurora-Martiganian

 

1 – L’article de Vartan Matiossian intitulé : A la recherche d’Aurora : à propos de Ravished Armenia et du fragment qui a survécu (in The Armenian Weekly du 15 avril 2014) relate son enquête à propos du film muet Ravished Armenia [Le Viol de l’Arménie] (ou Auction of Souls [Ames à l’encan]) dans lequel Aurora Mardiganian (1901-1994) jouait sa propre histoire comme survivante du Medz Yeghern (Grand Crime). Un des amis de Matiossian, Eduardo Kozanlian, de Buenos Aires, avait découvert, 75 ans après la première projection du film en 1919, un fragment d’environ 15 minutes. Quant à l’histoire d’Aurora Mardiganian, sa traduction en espagnol avait paru en feuilleton en 1965 dans l’hebdomadaire indépendant arméno-argentin Hamazkayin.

2 – Une copie du fragment présentée par Kozanlian aux États-Unis fut « piratée » en vue d’une diffusion commerciale en 2000. Puis un DVD fut mis en vente en 2009 par l’Armenian Genocide Resource Center of Northern California, comprenant le fragment sous-titré d’après les titres du livre, avec l’Adagio pour cordes, de Samuel Barber et l’ajout d’un diaporama photo. La première projection du film au Plaza Hotel, à Manhattan, en février 1919, intitulée « Photo-drame officiel du National Motion Picture Committee of the American Committee for Relief in the Near East [Comité National au Cinéma du Comité Américain au Secours pour le Proche-Orient] » ne donna lieu à aucune mention dans la presse arménienne.

3 – Les journaux Hairenik, Azk et Yeridasart Hayastan font état de problèmes de censure, dus à la nature graphique des images, à la veille de sa diffusion commerciale. D’après Anthony Slide, ( in Early American Cinema, Lanham (Md.) et Londres: Scarecrow Press, 1994) qui réussit à interviewer Mardiganian en 1988 : « Il n’y eut pas d’exploitation plus pénible d’un évènement tragique, dans l’histoire mondiale, par l’industrie du cinéma, que le tournage d’Auction of Souls. » L’Armenian National Union, une organisation-cadre, fondée en 1917 à Boston, au service de la cause arménienne, fit pression pour arrêter la représentation d’Auction of Souls, sous prétexte que le film blessait les sentiments arméniens.

4 – Cependant, Karekin Boyajian écrit dans Hairenik, qu’un film (qu’il ne nomme pas) est promu au sein de la communauté comme une représentation du « tableau réel de la tragédie arménienne ». D’autres protestèrent contre l’Armenia Film Company disant : « Honte à ces Arméniens, qui se proposent de montrer à nouveau à l’opinion arménienne et étrangère la barbarie éhontée que les Turcs ont infligée à l’honneur de nos vertueuses sœurs ! » De fait, la compagnie avait probablement loué et projeté Ravished Armenia à des fins commerciales.

5 – Par ailleurs, l’ensemble des réactions négatives était probablement dû à une mise en scène qui révélait les transgressions sexuelles dont furent victimes les femmes et les filles arméniennes, réduites à l’état d’objets et qui minimisait ainsi la gravité des crimes commis. La violence sans limite du Medz Yeghern enfreignait toutes les normes morales. Représenter des scènes de ce genre, c’était une manière de prolonger cette violence.

© Denis Donikian

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :