Ecrittératures

30 novembre 2014

L’ACTU QUI TUE

Filed under: CHRONIQUES à CONTRE-CHANT,L'ACTU QUI TUE — denisdonikian @ 5:26

en-chine-des-criminels-detournent-la-loi-en-affamant-des-tigres-jusqua-leur-mort-afin-de-produire-du-vin1

 

Les Turcs ont Tayyip Erdogan, les Arméniens ont Kim Kardashian. Car si le premier vient de découvrir le nouveau monde, l’autre découvre son corps au monde en permanence.

*

En Arménie, les bébés tigres courent les rues. Après ça, dites que ce n’est pas la jungle.

*

Avec ses tigres en cage et autres bestioles, l’Arménie pourrait bientôt battre le record des pays ayant le plus d’êtres vivants en voie de disparition au m2, Arméniens compris.

*

Depuis qu’on a vu un bébé tigre courir dans les rues d’Etchmiadzine, les mauvaises langues se demandent qui est le père : l’ancien ministre de la défense ou le dernier ministre de Dieu ?

*

Si en Arménie les tigres restent dans leur cage, c’est qu’ils ont peur d’en sortir.

*

Dans cette affaire de trafic de bêtes sauvages, l’environnementaliste arménienne Silva Adamian affirme que la loi sur la faune ne fonctionne pas du tout. Forcément, les tigres humains ne peuvent que défendre les tigres sauvages. C’est une question d’aghpéroutioun.

*

 

Bonne nouvelle : l’Arménie est en pleine croissance. La pauvreté en 2013 (indice de pauvreté à 5,9%) a battu le record de 2008 (indice à 5,1 %). Mais les tigres et les lions en cage à Etchmiadzine et à Erevan sont toujours correctement nourris.

*

Heureusement, on a retrouvé les douze piliers de l’identité arménienne. Ils étaient enterrés quelque part. Ce sont eux qui soutiennent la nation. Mais les pauvres d’Arménie n’en ont rien à foutre. Ils ne sont soutenus par personne. D’ailleurs, ils seraient prêts à manger du tigre ou du lion si on leur en donnait au petit déjeuner. Reste à savoir si les gardiens de ces tigres et lions voudraient les faire abattre. Je veux dire abattre ces tigres et ces lions, pas ces Arméniens affamés.

*

Au contact des plus grandes civilisations d’Orient et d’Occident les Arméniens auraient créé une culture originale d’une richesse surprenante. Leur génie les a conduits à mettre en cage des animaux sauvages pour leur épargner de mourir de faim ou d’être dévorés par les plus grands prédateurs de  la nation arménienne.

*

 

En Arménie, l’industrie du tourisme a besoin de spécialistes pour épargner aux visiteurs d’être arnaqués par des spécialistes ou agressés par l’industrie de la pauvreté.

Métaphorisme 5

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:23

15

( Collage d’Alain Barsamian)

*

Si profond est le réel qu’il étonnera toujours la science, si étroite.

26 novembre 2014

Métaphorisme 4

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 4:53

2

 

(oeuvre d’Alain Barsamian)

*

 

Mes organes me pensent et me dépensent.

24 novembre 2014

Kertenkele ( le lézard)

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 8:02

23491_1

 

« Kertenkele » d’Ozgur E. Arik ( le lézard) avec Hüseyin Aksen, Bertan Dirikolu (2009) est une adaptation de l’histoire racontée par Hrant Dink, journaliste arménien et écrivain sauvagement assassiné . Anatolie, 1918: un homme sans voix qui s s’échappe de tout ce qu’il a vécu et dont il a été témoin, se réfugie dans le village d’İsmail. Avec un nouveau nom, il mène une nouvelle vie. Cependant, les graines de la haine et l’hostilité sont encore en vie entre les gens, et notre héros doit payer de sa chair pour être l ‘ »autre » ….

CLIQUER     ICI

 

( à regarder jusqu’au bout)

 

23 novembre 2014

Pour qui roule le Fonds Pan-Arménien « Hayastan » ?

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 2:56

Communiqué de Renaissance arménienne.

 

« Il est indispensable de réexaminer l’activité du Fonds Pan-Arménien Hayastan»

La déclaration du Pré-Parlement sur la nécessité de réexaminer l’activité du Fonds Pan-Arménien  Hayastan et de créer un système efficace de donation nationale.  

 

Le système de donation nationale est un moyen indispensable pour la réalisation des intérêts nationaux, en particulier dans le cas des peuples qui ont une diaspora, comme c’est le cas des Arméniens.

Mais un instrument pareil ne peut être efficace sur le plan national, humain, moral et juridique, que s’il est dirigé par un organisme gouvernemental respectant ces objectifs et/ou s’il est contrôlé par une commission de surveillance pan-arménienne.

Cependant, le régime au pouvoir en Arménie et l’élite politico-économique ne poursuivent que des intérêts financiers personnels et de groupe, mettant en danger non seulement la souveraineté de l’État, mais aussi l’existence de la patrie et de la nation. Pour sa part, la diaspora est dépourvue d’une réelle possibilité d’intervenir sur les activités de ce régime concernant les questions pan-nationales.

Dans de telles conditions, il est évident que «les dons nationaux» collectés par le Fond Pan-Arménien, serviront non pas les intérêts de l’État ou de la Nation, mais plutôt les intérêts économiques et politiques du régime oligarchique.

Voici pourquoi ces collectes de fonds ont été bien plus dommageables que bénéfiques.

1- Ces collectes font prospérer la corruption. La qualité des travaux réalisés ne correspond pas aux sommes allouées. Il suffit de se souvenir, de la construction il y a plusieurs années, de la « colonne vertébrale » ou de la route Nord-Sud de l’Artsakh et des révélations à cet égard honteuses liées au volume et à la qualité de la construction.

2-  Au lieu d’exiger du régime des explications sur le gaspillage du budget de l’Etat (selon les données de 2012, plus de 750 millions de dollars, soit 7% du PIB),  ces collectes de fond donnent au régime une opportunité supplémentaire pour réaliser des « affaires noires » et par là-même conforte la gestion illégale et inepte du gouvernement.

3- Dans certains cas ces collectes finissent à équivaloir en fin de compte à des dons de plusieurs dizaines de millions de dollar gratuits à l’élite oligarchique dans leurs projets de nouveaux plans de pillage de la population et du pays.

 

C’est le cas, en particulier, du projet en cours de la transformation de la route reliant Vartenis à Martakert passant par la région de Karvadjar, une voie jusqu’à présent relativement difficile d’accès, en une autoroute moderne. Ce projet, dont le coût selon  le Fond Pan-Arménien s’élèverait à 33 millions de dollars, fut soudain jugé prioritaire par la direction de ce Fond, en faisant valoir son importance « stratégique »,, et il fut décidé de consacrer les collectes de 2013 et de 2014 à sa réalisation.  Or, la signification stratégique de cette route est chose connue depuis 1993, année de la libération de la région de Karvadjar. D’autre part, la route sud-nord des régions libérées, celle qui mène de Pertsor à Karvadjar, à une signification stratégique beaucoup plus importante et un accès davantage difficile. Donc si l’aspect stratégique avait vraiment été le facteur prépondérant, cette deuxième route aurait due être choisie.

En réalité, la route Vartenis-Martakert est devenue prioritaire pour le régime en place par ce que l’oligarchie est sur le point d’exploiter les riches mines d’or de Gashen dans la région de Martakert et par conséquent le transport des millions de tonnes de minéraux extraits nécessite une voie « fiable ». En finançant, dans de telles conditions, l’autoroute en question,  la diaspora non seulement crée les moyens matériels pour le pillage des riches réserves d’or et d’autres métaux du pays par la couche exploitante, mais lui fait de surcroît un don gratuit de plusieurs dizaines de millions de dollars.

4- Ces collectes de fond créent l’illusion, auprès des donateurs arméniens, qu’ils participent « au développement de la Patrie ». En réalité les donateurs contribuent involontairement à la légitimation artificielle du régime, puisque finalement le régime utilise cette illusion pour demeurer au pouvoir et assurer sa reproduction.

5- Bien souvent les fonds collectés sont utilisés non pas pour régler des problèmes d’envergure nationale mais des problèmes locaux, qui peuvent être résolus et sont de toute façon souvent résolus à l’aide de petits projets appropriés réalisés indépendamment du Fond Pan-Arménien. D’autre part, en l’absence de transformations radicales globales dans le pays, les petits travaux d’infrastructure rurale, tels que la construction et la réparation des écoles et des jardins d’enfants, perdent de plus en plus de leur signification, car ces villages se vident en raison de la gestion criminelle du régime.

6- Pour les raisons mentionnées ci-dessus, les collectes organisées par le « Fond Pan-Arménien » discréditent l’idée même de la donation nationale. Ce fait explique également le constat honteux que durant ces 22 dernières années, le montant moyen des collectes annuelles dépasse à peine les 10 millions de dollars, très peu au vu des moyens financiers du peuple arménien tout entier. Cependant, dans le cas d’un système de gestion étatique représentant les intérêts de la population et  une surveillance des intérêts nationaux, ces donations auraient pu être et seront beaucoup plus importantes.

Par conséquent, le Fonds Pan-Arménien « Hayastan » n’est donc plus un outil pour faire progresser la Patrie par des donations nationales. Il sert tout particulièrement aux intérêts d’une clique oligarchique et criminelle, sur le compte de la Diaspora.

A la suite de tous ces éléments exposés, le Pré-Parlement appelle à cesser les donations aux dirigeants criminels et antinationaux, à mettre ces donations en contribution de la lutte visant à mettre fin au régime actuel et à la formation d’un nouveau système légitime. En parallèle, il faudra créer un nouveau système d’imposition afin de consacrer et d’utiliser l’immense richesse de la nation pour l’établissement et le renforcement d’un système étatique arménien servant les intérêts de la patrie et du réseau arménien mondial.

Yerevan, 11 Novembre 2014

 

Cordialement

Renaissance Arménienne Paris

Métaphorisme 3

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 7:32

 

3

 ( Oeuvre d’Alain Barsamian)

*

Nous allons vers la nourriture comme des prédateurs,

non comme les partenaires d’un même plaisir.

22 novembre 2014

Métaphorisme 2

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 7:16

11

( Oeuvre d’Alain Barsamian)

*

L’esprit et le corps suivent des parallèles qui se recoupent en permanence.

21 novembre 2014

Métaphorisme 1

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:34

12

 

(Oeuvre d’ Alain Barsamian)

*

Mon corps est une rivière où jamais ne plonge  le même homme.

12 novembre 2014

« Atatürk dans l’imaginaire nazi »

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 7:02

9780674368378

un livre de Stefan Ihrig à paraître le 20 novembre 2014 aux Presses Universitaires d’Harvard.

http://www.hup.harvard.edu/catalog.php

A noter, la critique qu’en fait Thomas Weber, de l’Université d’Aberdeen:

« Il s’agit d’un ouvrage original, à la fois important et novateur, concernant une source d’influence jusqu’ici inconnue, bien que centrale pour Hitler et les national-socialistes. Ses conclusions révélatrices vont changer la façon dont nous pensons l’Histoire allemande et européenne, ainsi que la Shoah. »

*

Traduction de la présentation de l’éditeur:

Tôt dans sa carrière, Adolf Hitler s’est inspiré de Benito Mussolini, son collègue plus expérimenté dans le fascisme – ce fait est largement connu.

Mais un modèle tout aussi important pour Hitler et les nazis est resté presque entièrement négligé: Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne. La convaincante présentation que fait Stefan Ihrig de cette histoire inédite promet de réévaluer notre compréhension des racines de l’idéologie et de la stratégie nazies.

Hitler s’intéressa en profondeur aux affaires turques de l’après 1919.

Il a non seulement admiré, mais aussi cherché à imiter la construction radicale d’une nouvelle nation sur les cendres de la défaite de la Première Guerre Mondiale.

Hitler et les nazis ont observé avec attention la manière dont Atatürk a défié les puissances occidentales pour s’emparer du pouvoir et ont largement calqué leur putsch de Munich sur la rébellion d’Ataturk à Ankara.

Plus tard, Hitler fit remarquer que dans la foulée de la Grande Guerre, Atatürk fut son maître, Mussolini et lui ses étudiants.

Cette fascination a perduré. Tandis que les nazis luttaient pour la prise du pouvoir dans les années 1920, Atatürk restait pour Hitler une « étoile dans l’obscurité », son inspirateur pour reconstruire l’Allemagne selon une ligne nationaliste, laïque, totalitaire et ethniquement exclusive.

La manière impitoyable avec laquelle les gouvernements turcs ont traité les minorités arménienne et grecque eut une influence directe sur le sort que les nazis firent subir aux Juifs allemands.

La nouvelle Turquie, ou du moins ses aspects que les nazis ont choisi de voir, devint un modèle pour les plans et les rêves d’Hitler dans les années qui ont précédé l’invasion de la Pologne.

11 novembre 2014

A.R.A.M.

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 6:26

garbis-artin

Jean Garbis ARTIN

*

1 – L’Association pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire Arménienne, sise à Marseille, est née en 1997 de la volonté de Jean Garbis ARTIN qui souhaitait sauvegarder tous documents relatifs à l’histoire de l’Arménie et des Arméniens. Éduqué par son père dans le respect de l’imprimé arménien et refusant la destruction à laquelle il était voué, Monsieur ARTIN eut l’idée de créer un lieu où recueillir, restaurer et archiver livres et documents. Déclarée à la Préfecture des Bouches-du-Rhône en 1998, l’association (loi 1901), outre son travail de collecte, numérise depuis 2011 les documents les plus fragiles, non seulement pour les préserver mais encore pour permettre un accès libre au plus grand nombre, grâce à son site Internet : http://www.webaram.com.

2 – L’intérêt de ce fonds documentaire est de constituer une source d’informations sur les évènements, personnalités et lieux qui ont illustré la vie en diaspora autour des activités arméniennes, qu’elles soient sportives, politiques, culturelles et cultuelles, de la fin du XIXe siècle à nos jours. A l’heure actuelle, les archives comprennent journaux, périodiques, livres, cartes, affiches, photos, documents d’état civil, témoignages manuscrits et documents sonores. Ce patrimoine, à la fois matériel et immatériel, est surtout destiné à être transmis aux nouvelles générations, en le faisant vivre par des prêts, des publications ou des expositions.

3 – Parmi les dates importantes de l’association ARAM figurent la publication de l’ouvrage Témoins de génocides impunis, Arménie 1895-1909-1915, Grands textes (2002), les expositions Dib ou Dar (Marseille – BMVR Alcazar), Trames d’Arménie (Arles – Museon Arlaten), Loin de l’Ararat (Marseille – Musée d’Histoire – Mucem) à l’occasion de l’Année de l’Arménie en France (2007), la disparition de Jean Garbis ARTIN (2012), la mise en relation avec les équipes du Madenataran (Erevan – Arménie) (2012), l’exposition de portraits de rescapés du génocide des Arméniens dans la ville de Dyarbakir en Turquie: 99 portraits de l’exil ( avril 2014).

4- Chaque année, l’association accueille de nombreux visiteurs issus du monde de la recherche (historiens, sociologues, ethnologues…), mais également des particuliers qu’ils soient étudiants, journalistes, éditeurs, réalisateurs, photographes, écrivains, conservateurs, archivistes et responsables d’institutions muséales ou d’établissements scolaires… Les demandes proviennent autant de l’hexagone que d’autres pays. La richesse du fonds permet à l’équipe de constituer des expositions thématiques et itinérantes. En novembre 2014, l’association aura lancé la première « Semaine de la Mémoire Arménienne », cycle de tables rondes, rencontres et conférences sur le concept de mémoire, s’inscrivant dans le cadre des commémorations du centenaire du génocide des Arméniens de 2015.

5- Le fonds ARAM possède des collections importantes dont certaines sont numérisées. On y trouve le Domar, composé des archives de la Prélature des Arméniens du sud de la France de 1880 à 1925, le registre du camp Oddo (Marseille) 1922 à 1927, des certificats de baptême et de naissance de 1926 à 1930, des certificats de mariage de 1926 à 1930, des actes de propriété datant de l’époque ottomane, les correspondances de la Prélature avec les églises arméniennes de France, toute la littérature génocidaire tant en français qu’en arménien. De nombreux journaux et périodiques, comme Haratch, Martgotz, Mchag, Hentchak, Abdag et autres, sont également représentés et constituent une documentation précieuse pour la recherche. Aujourd’hui l’association s’est enrichie d’une photothèque et d’une sonothèque.

© Denis Donikian

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.