Ecrittératures

9 février 2015

Métaphorisme 33

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 7:32

images

Pitié pour l’homme qui ne voit de l’homme

ni ses racines ni ses branches,

ni sa terre ni son ciel.

Publicités

3 commentaires »

  1. Très asiatique ce Métaphorisme.

    Commentaire par Alain BARSAMIAN — 9 février 2015 @ 8:23 | Réponse

  2. Moi je dirais très arménien ce Métaphorisme !

    Un arménien en désarroi , oublié de soi-même, est une des choses plus triste de l’Univers.
    L’Argentine -où je vie- est pleine des héritiers d’italiens et d’espagnols migrés surtout aux temps de la Seconde Guerre. Ils me font pitié quand ils ne se rappellent de leur origine ou ne s’intéressent pas à elle. Mais je sens le pathétique quand je rencontre un arménien éperdu, effacé dans l’histoire, englouti par une indifférence travaillant comme un virus invisible qui attaque les gens distraits.
    Ah oui, disent ils, mon père, ma grande mère, maman, ils étaient d’origine arménienne…
    Si parfois ils parlent un peu la langue, leur accent est plat, déterminé par la moule hispanique..
    Ah que c’est bonne la cuisine arménienne, nous mangeons du lahmédjoun…

    Rien plus triste et pathétique que les contours effacés d’un arménien.

    Commentaire par Hermine Kozanlean — 9 février 2015 @ 8:58 | Réponse

    • Pourquoi pas Hermine, peut être même que les citations, en générales, sont universelles, ce que je crois, puisqu’elles s’adressent à tout le monde.
      Vous remarquerez paradoxalement que lorsqu’une ethnie est un peu trop attachée à ses racines, on la traite avec agressivité, en l’obligeant à s’intégrer et donc de se fondre dans la masse du pays où elle a trouvé refuge.
      Et plus une personne est attachée à ses racines et plus elle est sujet au racisme et au rejet.
      A cause de ses coutumes, de ses habitudes, de ses croyances.
      Et donc, être fidèle à nous même implique de prendre des risques.
      Je suis tout à fait pour…mais pour certains, ce n’est pas indispensable, l’essentiel pour eux est de s’intégrer à tous prix.
      Maintenant sont ils heureux pour autant, il n’y a qu’eux qu’ils le savent, ce n’est pas à nous de les juger.

      Commentaire par Alain BARSAMIAN — 9 février 2015 @ 9:50 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :