Ecrittératures

5 mars 2015

Métaphorisme 42

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 6:58

AB0_4835

*

La moindre pièce donnée à un pauvre est une graine capable de produire une forêt.

*

(Graphisme d’Alain Barsamian)

Publicités

5 commentaires »

  1. Et le plus important, n’est pas sa valeur, mais celle du geste…

    Commentaire par antranik21a — 5 mars 2015 @ 8:29 | Réponse

    • Antranik, tu m’as précédé et en même temps, ôté le pain de la bouche, comme on dit.
      Je pense également que le geste est essentiel car il fait appelle au cœur et à la conscience.
      Mais il n’empêche que lorsque j’ai l’occasion de donner et plus précisément « de main à la main », ce don qui devrait satisfaire ma conscience crée en moi une culpabilité d’autant plus grande qu’est le fossé qui me sépare de celui à qui j’ai l’impression d’avoir apporté un plus provisoire.
      Celui qui ne donne pas ne se pose pas ce genre de questions.
      Quand aux dons en générale, qui se totalisent par millions dans le monde, ne suffisent pas pour alimenter les besoins de tous.
      Ne parlons pas des nantis qui s’enrichissent un peu plus en détournant les dons destinés aux nécessiteux.
      L’homme étant ce qu’il a toujours été, il y aura toujours des riches et surtout et malheureusement des pauvres.

      Commentaire par Alain BARSAMIAN — 5 mars 2015 @ 9:29 | Réponse

      • Mon cher Alain, le geste est essentiel…de part et d’autre, car celui qui reçoit ne doit pas juger la valeur du don, celle de l’intention.
        Malheureusement, comme tu le dis, il y aura des extrêmes qui vont en s’éloignant, de plus en plus.

        Commentaire par antranik21a — 5 mars 2015 @ 11:29

  2. Quand ma petite-fille était toute petite et que je l’emmenais promener, dès qu’elle voyait un mendiant elle voulait que je lui donne une pièce. Un jour j’en ai eu assez, et
    je lui ai dit: il y a des faux pauvres. Alors elle m’a demandé: comment on reconnais un vrai pauvre d’un faux pauvre ?

    Commentaire par Louise Kiffer — 6 mars 2015 @ 7:33 | Réponse

    • Cher Louise,
      A mon sens, avoir le courage de s’exposer au public et de mendier est déjà un signe de pauvreté.
      Non seulement matériel mais moral.
      Quand on a passé ce cap, c’est qu’on doit être dans une situation de détresse totale.
      Je me demande s’il y a de vrais faux mendiants…
      Je ne pense pas que l’on fasse la manche pour le plaisir.
      Quant à ceux qui le font pour le compte d’un maître, c’est pire encore.
      Mais il est vrai qu’on ne peux pas donner systématiquement et chaque fois que l’on met le nez dehors, à moins d’amputer volontairement une belle somme sur nos revenus mensuellement.
      Alors on fait des choix selon notre instinct et notre conscience.

      Commentaire par Alain BARSAMIAN — 6 mars 2015 @ 7:52 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :