Ecrittératures

22 septembre 2015

Le livre des chuchotements

Filed under: GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 9:32
Tags:

varujan

1 – Traduit du roumain, Le livre des chuchotements (Éditions des Syrtes, 2013) de Varujan Vosganian embrasse dans leur totalité les évènements du XXe siècle qui ont bouleversé le peuple arménien tant en Anatolie qu’en Roumanie. Mariant habilement chronique historique et récit familial sur le ton du conte pour restituer des « états de conscience », Le livre des chuchotements reste « plutôt un recueil de psaumes, car il parle surtout des vaincus ». En effet, l’auteur réussit à évoquer sur le mode d’un humour teinté de nostalgie et de compassion l’histoire d’un peuple poussé par la haine des hommes à la connaissance des gouffres.

2 – C’est pour se démarquer du Livre des lamentations de Grégoire de Narek, que Vosganian, né dans un siècle où « pour chaque larme versée coula autant de sang que pour un siècle de guerres jadis », choisit de parler des « pleurs étouffés » vers un Dieu qui ne semble plus disponible. Ce récit où la vie des uns s’imbrique dans la vie des autres, où le conteur se raconte à travers les siens tandis que la matière de son livre se transforme « en une réalité qui se multiplie elle-même », ne serait que chaos de faits et de souvenirs si l’auteur ne suivait le filigrane d’énigmes obsessionnelles : le caveau vide de Seferian, le cheval de bois de Missak Torlakian, les armes cachées de Dro ou la déesse Némésis.

3 – Chronique en douze chapitres « de choses témoignées », le livre se développe à partir des figures centrales des grands-pères Setrak Melikian et surtout Garabet Vosganian, qui permettront le déroulement de l’histoire sans fin des Arméniens. Suit une galerie de portraits singuliers : Minas l’aveugle, Anton Merzian l’interrogateur, le bon monsieur Bougepazian, le commandant Onik Tokatlian, le communiste Messia, eshek Simon, Hartin Fringuian et son testament, et tant d’autres vivant à Focşani. A ces histoires dans l’histoire, Vosganian ajoute celles de Mikaël Noradounguian, « le mage des cartes », de Levon Zohrab, leur gardien, du justicier Missak Torlakian qui assassina Bekhboud Khan Djivanshir et surtout de Drastamat Kanayan, dit général Dro.

4 – Soucieux d’inscrire ses personnages dans l’ère tragique des Arméniens, Varujan Vosganian va jalonner son récit de ses catastrophes les plus marquantes : les massacres de 1894-1895, la prise de la Banque ottomane, les sept cercles de la déportation (Mamoura, Islahiye, Bab, Meskene, Dipsi, Rakka, Deir-ez-Zor), l’assassinat de Talaat par Solomon Tehlirian, le rapatriement des Arméniens sur le Rossia au milieu des années 40, la répression bolchévique ou l’utopique Légion arménienne levée par le général Dro. Sans oublier les trahisons des uns, les générosités des autres, leurs actes de bravoure ou leurs rêves. « Les Arméniens de mon enfance vivaient plus dans les photos que parmi les hommes », écrira-t-il.

5 – Dépourvu de personnages imaginaires, comme si son auteur, à la manière de son grand-père Setrak, « entretenait une conversation avec son propre sang », Le Livre des chuchotements fait des va-et-vient constants entre le réel et l’invisible, le témoignage et la légende, la blessure et le souvenir de la blessure. Comme un film composé de flashbacks, de ruptures, de fondus enchainés, le roman cherche à rendre par l’accumulation, couche sur couche, des faits et des personnages, des lieux et des époques, le flux et le reflux des mémoires personnelle de l’auteur et collective du peuple arménien.

Publicités

6 commentaires »

  1. Je recommande vivement ce livre. Qui me paraît aussi important que « Le conte de la pensée dernière » d’Edgar Hilsenrath. Pour qui veut embrasser de l’intérieur la totalité des événements qui ont marqué l’histoire arménienne du dernier siècle, c’est le livre à lire. Parfois, ça frise la crème pâtissière, mais ça passe.

    Commentaire par denisdonikian — 22 septembre 2015 @ 9:48 | Réponse

  2. Merci Denis, je viens de le commander !
    Mon commentaire viendra après lecture.

    Commentaire par antranik21a — 22 septembre 2015 @ 10:13 | Réponse

    • Tu verras Antranik, c’est un livre superbe. Et puis on en apprend beaucoup sur la Légion arménienne de Dro. Une erreur s’est glissée dans le livre. Vosganian fait arrêter Krikor Zohrab le 24 avril 1915, alors qu’il le fut en juin avec Vartkès.

      Commentaire par denisdonikian — 22 septembre 2015 @ 12:58 | Réponse

  3. En effet, c’est un livre qu’on a envie de commander séance tenante ! Merci pour ce résumé passionnant.

    Commentaire par Kiffer Louise — 23 septembre 2015 @ 7:07 | Réponse

  4. J’ai rarement été captivé par une telle lecture !
    C’est un récit d’une richesse peu commune où tous les personnages ont une place de choix.
    Même les morts semblent aussi vivants !
    Des passages m’ont rappelé ma propre enfance et le rituel du café en est un point marquant.
    Nous voulions donner quelques tours de manivelle au « deirmin » tout chaud et parfumé, ce qu’on nous accordait avec parcimonie.
    L’après guerre avec le « Nerkarht » a créé des sujets de disputes entre les partants et les non-partants.
    C’est ainsi que très peu de lettres ont filtré disant « On a retrouvé Hagop, le cousin, Archag un autre cousin, mais qui en fait, étaient morts depuis longtemps. On a vite compris.
    Il y a aussi une phase qui m’a frappé : « Les Turcs ont tué notre corps, les bolchéviks le feront pour notre âme »
    Malgré toutes ces catastrophes, le peuple arménien a démontré sa vitalité et ses facultés de survie.
    C’est un livre exceptionnel qui tisse les histoires et la poésie dans l’Histoire.

    Commentaire par antranik21a — 31 octobre 2015 @ 11:20 | Réponse

    • Ah ! Ah ! Je savais Antranik que tu aimerais ce livre. Et je suis content que tu l’aies apprécié.

      Commentaire par denisdonikian — 31 octobre 2015 @ 5:07 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :