Ecrittératures

14 juin 2016

Du vote du Bundestag en faveur du génocide arménien (7)

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 7:11

 

Bundestag

7 – L’effet boule de neige.

 

En décidant de riposter au vote du Bundestag, la Turquie vient montrer par là même que des sanctions à l’égard de l’Allemagne pourraient dissuader d’autres pays de faire comme elle. Or, cet effet boule de neige de la reconnaissance est effectivement à redouter. De fait, à l’exemple des députés allemands, les pays qui souhaiteraient par la reconnaissance du génocide se situer au regard du négationnisme et donc prendre leur responsabilité vont devoir désormais annoncer leurs couleurs, à savoir de quel côté ils se placent par rapport au fléau. Les Turcs, en dévoilant le scénario de leurs sanctions ridicules après toute reconnaissance du génocide, viennent de permettre à ces mêmes pays de révéler s’ils sont une extension du négationnisme par la peur ou une démocratie par le courage de la désapprobation. En ce sens, les ratiocinations indignes de la part de Barak Obama montrent, qu’on le veuille ou non, et surtout après la reconnaissance du Bundestag, que les États-Unis sont en quelque sorte une extension de la Turquie puisqu’ils se plient devant le chantage d’Erdogan sur une question aussi grave. Oui, grave, car la démocratie la plus puissante au monde, qui prétend donner le la du Droit et de la Justice, se trouve aujourd’hui en porte-à-faux avec ses propres idéaux au point de donner l’image d’un pays pour qui les intérêts stratégiques restent supérieurs aux valeurs éthiques. Nous savons bien que toute politique réaliste oblige parfois à une diplomatie de la circonspection, mais les Arméniens n’ignorent pas que la Turquie s’est toujours jouée de cette même circonspection, d’autant plus qu’elle lui a permis de chasser les Kurdes du jeu démocratique et de les harceler sur les territoires où ils ont toujours été présents. Le silence par lequel les puissances ont laissé faire les Turcs n’est rien d’autre qu’un silence complice de leurs méfaits.

De plus, comme il a déjà été dit ailleurs, le vote massif du Bundestag en faveur de la résolution n’a étonné que les Turcs et particulièrement Erdogan. D’abord, en ce sens que les députés d’origine turque ont fait preuve d’une remarquable autonomie politique par rapport aux injonctions du président turc. En émettant des doutes sur le sang de ces mêmes députés, celui-ci a révélé sa propre conception de la démocratie, à savoir une démocratie fondée sur l’unicité ethnique. Eux, en revanche, ont donné à Erdogan une véritable leçon de maturité politique en s’affirmant comme les représentants d’une démocratie fondée sur la conscience éthique. Or, la déconvenue d’Erdogan est d’autant plus grande qu’il pourrait craindre que parmi les trois millions de Turcs vivant en Allemagne, considérés comme une extension de la Turquie en Europe, il en est qui seraient tentés de se positionner selon des valeurs politiques plutôt que des injonctions ethnocentriques. Cette crainte d’Erdogan fut d’autant plus exacerbée qu’il aura brandi à demi-mot l’idée que ces députés en agissant contre leur sang étaient des traitres à leur patrie et que leur patrie saurait les punir à travers leurs parents restés au pays. Ce chantage est d’autant plus efficace qu’aucun Turc démocrate ne voudrait causer de torts aux siens.

Enfin, on ne peut s’empêcher de penser que les députés allemands, exacerbés par l’arrogance d’Erdogan prétendant que l’Europe a plus besoin de la Turquie que celle-ci n’avait besoin de celle-là, mais aussi par son peu de respect pour ses députés comme pour leurs humoristes, ont probablement eux aussi voulu donner une leçon au dictateur. Il s’agissait d’aller dans le sens d’une opinion publique peu encline à faire des concessions à une Turquie de plus en plus insolente et qui prétendait dicter aux Européens une conduite contraire à leurs idéaux, comme celle de supprimer les visas aux ressortissants turcs sans avoir à satisfaire l’ensemble des critères définis. De fait, Erdogan a cru qu’il pouvait jouer avec les Européens et il a dû convenir que les députés allemands se situaient au-dessus d’Angela Merkel pour les grandes décisions à prendre.

En bref, le vote du Bundestag n’a pas fini de faire son tsunami dans l’esprit des Turcs. Et c’est tant mieux…

D.Donikian

Publicités

3 commentaires »

  1. Juste quelques mots pour confirmer que j’ai pris connaissance de cet article. Merci Denis pour cette analyse.

    Commentaire par Alain Barsamian — 14 juin 2016 @ 8:10 | Réponse

  2. Enfin un « pan » sur le nez d’un dictateur en puissance puisqu’il veut imposer sa volonté à tout le monde !
    Non seulement il y a des doutes sur ses études mais il semble qu’il n’ait jamais eu connaissance de ce que fut l’empire ottoman.
    Un récent article sur la réaction de Hasan Djémal le petit-fils du trio infernal vient aussi confirmer que le temps l’idéologie de pureté de la race est un leurre.
    Je rends hommage au Bundestag et particulièrement à ces 11 députés qui ont une conscience juste.

    Commentaire par antranik21a — 14 juin 2016 @ 9:28 | Réponse

  3. moi aussi

    Commentaire par Dzovinar — 7 juillet 2016 @ 6:45 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :