Ecrittératures

7 octobre 2016

Un plagiat vivant

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 1:33

haroutioun-samuelian-2

 

 

Loin de moi toute volonté de dynamiter la cohésion communautaire en dressant les Arméniens les uns contre les autres, les adversaires de mes modestes opinions contre ceux qui les approuveraient. Nous savons bien dans le fond, que malgré leurs divergences, les Arméniens constituent une famille nationale dont il faut défendre tous les membres, à commencer par les plus faibles, et qu’il convient de soutenir dans sa pérennité, de porter au présent et de faire croître vers l’avenir. L’unité est la garantie d’une efficacité dans le combat pour que ces objectifs soient atteints.

Cela dit, unité ne signifie pas uniformité, loin s’en faut, sans oublier qu’elle constitue en temps de paix une utopie, en temps de guerre une nécessité. Les Arméniens sont-ils dans une situation de paix ou un contexte de guerre ? Là est toute la question. Paix relative ou guerre larvée, toujours est-il que la vie politique en Arménie montre à la fois des moments d’unité comme durant l’agression du mois d’avril, et des temps d’accalmie qui ont permis à la contestation de descendre dans la rue ou même d’occuper une caserne avec les conséquences que l’on sait.

Au vrai, tout ce qui fait débat dans la vie politique d’un pays autorise ce pays à aller vers plus de vérité, plus de justice et plus de bonheur. Un pays sans débat est un pays mort, un pays résigné, un pays étouffé. Ceux qui prônent l’unité en la confondant avec l’uniformité négligent trop souvent le fait que chaque personne constitue une entité propre qui exprime une liberté individuelle au sein d’une entité plus grande, la liberté d’agir et de penser dans un cadre défini et qui caractérise une nation démocratique.

De fait, certains s’opposent farouchement à tous ceux qui critiquent l’état présent du pays, fût-il calamiteux et indigne au regard des critères sociaux et des marqueurs politiques. Cette tendance à l’approbation du pouvoir en place, qui frise l’aveuglement et l’obscène complaisance envers des dirigeants arrogants et immobiles, profiteurs et immoraux, qui gangrènent le pays, n’aura pas permis en 25 ans d’indépendance d’améliorer les conditions de vie, bien au contraire. En réalité, s’abstenir de dire du mal de l’Arménie qui bon an mal an se développe sur les ruines d’une soviétisation qui avait exclu le débat, conduit là encore, d’une manière tacite, à encourager le pouvoir dans son machiavélique obsession de vouloir garder la main sur tous les rouages de la vie politique et sociale.

J’en sais même qui s’évertuent à expliciter auprès des sceptiques l’intelligence de ce pouvoir, à répercuter ses actes, à traduire en progrès ce qui provoque des souffrances, des frustrations, des suicides et des velléités d’exil. L’évidence des étouffements, des résignations, des pauvretés ne peut suffire à désengluer leur aveuglement pour qu’ils reviennent à une saine lucidité.

Une nation saine et lucide, qui défait les manoeuvres  pour les intérêts privés au profit d’un débat pour le bien public, n’est pas une nation mimétique, à savoir une nation dont les membres calqueraient leur conduite et leurs opinions sur celles du pouvoir. Aucun citoyen digne de ce nom ne saurait sans dommage pratiquer l’esprit de corps au détriment de la raison critique et du sens commun. On voit encore aujourd’hui des hommes de parti (mais sont-ils encore des hommes sinon des jouets mécaniques ?) répercuter un état d’esprit dont la rigidité le dispute à l’ancienneté, et qui au nom de l’unité, de la sauvegarde de la nation, sont prêts à sacrifier des personnes, des frères qu’ils ont tôt fait d’ostraciser en les taxant de traitres. En réalité, ces gens qui reproduisent ce que d’autres  ont pensé avant eux, sont à mes yeux des plagiats vivants, à savoir des gens incapables de renouveler la réflexion sociale en la plaçant dans le contexte d’une actualité changeante et qui exige une intelligence d’adaptation.

C’est l’esprit de géométrie opposé à l’esprit de finesse, la première appliquant des critères idéologiques sur le vivant, jugeant le fluctuant et le divers selon des aprioris sectaires et prétendument salvateurs. Un Arménien qui souffre vaut attention et passe avant toute image abstraite et exaltée du pays, car c’est en réduisant le scandale de la pauvreté qu’on pourra restaurer la justice et l’égalité, et par là rétablir la confiance, produire de la force, accéder à la grandeur.

 

Denis Donikian

(Dessin de Haroutioun Samuelian)

Publicités

Un commentaire »

  1. Cet exposé est sans doute une vue éclairée pour ce qui concerne les Arméniens de là-bas.
    La dualité de notre peuple en fait le problème central.
    D’un coté des descendants de rescapés, de l’autre, des rescapés d’un régime obsolète. Mais ces derniers ne connaissent pas encore leur perspectives d’avenir si ce n’est que celui du bon vouloir d’un protecteur qui peut se montrer quelquefois malveillant.
    Il ne faut pas s’attendre a des concessions d’un « grand frère » qui veille au grain et place ses pions sur un échiquier dont un des « fous » et l’Arménie. C’est ainsi que se joue une partie qui dure depuis des décades, voire plus d’un siècle.
    Dans ce contexte, on comprend le désarroi du simple citoyen tiraillé entre sa foi patriotique et son instinct de survie.
    Quant à nous, nous n’avons pas beaucoup d’influence sur ce qui se trame là-bas.
    Il ne faut pas rêver en imaginant qu’un jour le parti principal implanté en diaspora puisse un jour changer le cours des choses.

    Commentaire par antranik — 7 octobre 2016 @ 6:13 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :