Ecrittératures

22 avril 2017

MYSTERE DURIAN

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 2:11

 

baoshengdurianfarm2

N’en déplaise aux fanatiques d’arménolâtrie, et j’en connais qui pissent en trois couleurs, celles du drapeau arménien, qui sont à l’affût de la moindre goutte de sang pour chercher à savoir si telle personnalité en est ou pas, à savoir des nôtres ou des autres, non, dis-je, le durian, autrement nommé Durio zibethinus,n’est pas arménien. Tout ce qui se termine par IAN, ou qui éructe façon baudet contrarié : « I-AN ! I-AN ! I-AN ! » n’est pas forcément de chez nous. Par exemple, Indonesian Airlines n’a rien à voir avec Sarkissian, mon président préféré, ou Tchemkiderintchian philosophe arménien pratiquant le scepticisme à outrance.

 

C’est dommage, me direz-vous. Effectivement, le durian est un fruit à nul autre pareil qu’affectionnent les gorilles et qui est géant comme eux.

 

Et pourtant, à mes yeux, ce fruit « paradoxal » a quelque chose d’arménien. Il pue la merde quand on s’approche de trop près. Et ce n’est pas le cœur comestible du fruit, lequel est gouteux comme un beurre concentrant tous les parfums des fruits exotiques, qu’on pourrait assimiler à l’âme arménienne.

 

Je m’explique. Ce fruit qu’on trouve beaucoup en Indonésie, mais aussi en Thaïlande et à Madagascar, est interdit de transport par les passagers ayant choisi Indonesian Airlines. Son odeur risque d’incommoder les profanes. Mais les Indonésiens l’adorent.

 

Anecdote sur mes relations à ce fruit auquel j’ai été initié par mon épouse qui n’est pas arménienne mais qui sait faire le beurek. Il se trouve que je suis un des rares étrangers, de surcroît arméniens, à ne pas sentir l’odeur repoussante qu’éprouvent les autres. A ce titre, c’est un privilège car je me situe ainsi dans la même catégorie que les gorilles, les vrais, lesquels s’y connaissent en gâterie bio, paléo et naturo. Les pâtisseries industrielles du genre  Fauchon, Ladurée et Pierre Hermé peuvent toujours s’accrocher. Et donc, un jour, cédant à la tentation de m’offrir un exemplaire de cette rareté qui m’interpellait tandis que je déambulais dans le quartier chinois de Choisy, je n’ai pas hésité. Le marchand, fort prudent et qui savait combien le voyage de ses fruits pouvait nuire à leur réputation autant qu’à celle de leur consommateur, emballa l’objet du délice non dans un mais deux sacs plastiques, histoire de prévenir toute impression nauséabonde de la part des non-gorilles que j’étais censé côtoyer jusqu’à atteindre mon domicile. Tout se passa bien dans le train jusqu’au moment où deux jeunes filles se mirent à renifler quelque chose qui rappelait l’excrément. «  Tu as marché sur une merde ? demanda l’une à l’autre. Ça pue ». Et voilà les jeunes filles en train d’inspecter leurs semelles. Rien. De mon côté, j’étais pas dans la merde. Il me fallait filer doux. Heureusement, le train arrivait à destination et sitôt la porte ouverte, je jaillis sur le quai pour ne pas m’attirer l’opprobre des demoiselles aux narines délicates. De fait, elles n’étaient pas de la race des gorilles, c’est tout.

 

Il faut dire que le durian a du caractère et ne se livre pas au tout venant.

 

Il se présente extérieurement comme une arme de guerre moyenâgeuse, une grosse boule avec des piquants redoutables qu’on balance au bout d’une chaine afin d’en frapper l’ennemi. Mais cette écorce couleur cuivre ou bronze, épaisse comme une peau d’éléphant, se fend à mesure qu’elle mûrit. C’est alors que le durian dégage son odeur de WC. Histoire d’éloigner ceux qui n’ont ni la force ni la foi pour en atteindre le cœur. Mais les avertis n’y vont pas par quatre chemins. Ils savent qu’autour des noyaux, la chair qui s’est développée mérite toutes les attentions de votre palais. Alors, vous entrez au paradis. C’est que Dieu, en son immense sagesse, a créé à l’intention des hommes de petites portes qui sont un avant-goût des merveilles qu’Il réserve dans l’au-delà à ceux qui ont assez de foi pour forcer les murs et les armures, le dur de ce monde afin d’atteindre le doux de l’autre.

 

A ce titre, les Arméniens ne sauront jamais manger du durian. Car ils veulent du comestible immédiat comme l’abricot ou le raisin, des fruits à peau fine en quelque sorte. Non, ils ne sauront jamais, même si Sarkissian et consorts ne se déplacent jamais sans leurs gorilles. Ces gorilles là ne connaissent que le dur et ignorent le doux.

 

 

Denis Donikian

Publicités

3 commentaires »

  1. Quelques mots pour te dire que j’en avais entendu parlé par un ami qui les savourait et que ce n’est pas une découverte.
    Mais les comparaisons, les images et les sous-entendus m’ont bien fait rire !

    Commentaire par Barsamian Alain — 22 avril 2017 @ 2:35 | Réponse

  2. Il était une fois, et il n’existait pas, un village de Banians, regorgeant de savoureux durians, qui suscitaient parfois bien des convoitises, quelque feu fenian difficile à éteindre… Quoi qu’il en soit, il se trouvait toujours quelque guardian qui, d’un oeil médian, rappelait à ses congénères ce fameux proverbe nigérian : « Qui touche au précieux parian s’attire infailliblement un funeste pian ! » Il est en effet des porcelaines fort urticantes, sur lesquels pas même un pluvian n’étendrait son aile… Quoi qu’il en soit, munissez-vous en toutes circonstance d’un utile radian, grâce auquel tout ruffian que vous croiserez ne pourra vous opposer le moindre stéradian. Ainsi, à l’heure du tian, la sagesse accompagnait les Banians.

    Commentaire par George — 24 avril 2017 @ 8:36 | Réponse

  3. Bien que je pourrai me croire dans mon univers proche et familier à coup de gardian , de tian , de ruffian et même de boumian , je découvre ici une nouvelle facette originale de Denis , il est le seul européen (? ) à ma connaissance à pouvoir supporter l’horrible  » parfum  » des durians . Tu m’épateras toujours Denis….

    Commentaire par Donig — 24 avril 2017 @ 1:21 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :