Ecrittératures

15 novembre 2017

Trente-six vues de mont Tarara (12) 

Filed under: ECRIT EN COURS — denisdonikian @ 5:03

 

21_7SZPR

Le point de vue du publicitaire

 

Voyons, voyons… Qu’est-ce qui pourrait me servir d’accroche à un produit pareil ? Il faut que ça pète, que ça gicle, que le badaud en prenne plein les yeux. Mais en même temps, calme, grandiose, contenu. Zen. Puissant et zen, c’est ça ! Pas facile, pas facile… Si j’en parle à Nounée, elle va me dire de choisir un parapluie. Et noir, en plus. Non… Il me faut quelque chose de national, dur, droit et sécurisant. Tiens ! Notre drapeau. Pas plus national que notre drapeau. Oui, pas plus national qu’un drapeau. Dur et droit, c’est le bâton, là, je veux dire ce qui maintient le drapeau, quoi ! Je ne sais pas comment on appelle ça, déjà. Ouais ! Pas mal, un drapeau. C’est juteux, un drapeau. Ça te met un type au garde-à-vous. Salut du soldat. Et qui dit soldat, dit retenue, discipline. On ne tire pas n’importe où, ni n’importe comment. Et puis, on est généralement couvert. Casque, casquette, képi, béret… Toujours couvert. Et puis nos femmes aiment bien nos petits gars. Ils sont en protection. S’ils font le coup de feu, c’est pour protéger nos femmes et nos enfants. Sur l’image, il ne me restera plus qu’à coller mon petit rond de caoutchouc à côté de notre drapeau, avec pour tout slogan : J’AIME, JE PROTÈGE… Tiens justement, voici Nounée.

« Alors ton accroche, c’est trouvé ?

– Notre drapeau.

– Notre drapeau ? Mais tu es complètement fou. Les femmes vont croire qu’on leur demande de peupler la patrie ! Elles qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, à nourrir leurs gosses, tu voudrais qu’elles remettent ça ? Non, tu vois, ton drapeau, ce n’est pas très sexy.

– Mais alors quoi ?

– Mais prends le Tarara ! Il n’y a pas plus sexy que le Tarara. Un bordakar(1) géant. Toutes les femmes rêvent de s’y frotter le ventre.

– Mais tu n’y es pas Nounée, le bordakar servait aux femmes stériles.

– Aucune d’entre nous n’est stérile, tu m’entends ! Jamais ! C’étaient vous les stériles ! Je te dis le Tarara ou rien… N’est-ce pas mon petit Massis (2) ?

 

1) Le bordakar est une rocher lisse se situant au bord de la route entre Sissian et Goris en Arménie. Les femmes stériles qui espéraient un enfant y venaient pour se masser le ventre en se couchant dessus.

2) Le petit Massis est la montagne qui jouxte l’Ararat, autrement appelé Massis par les Arméniens.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :