Ecrittératures

13 janvier 2018

VACCINS : campagne de propagande de l’INSERM

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 11:19
Tags: ,

 

unnamed-3

Par Eric Müller

Chère lectrice,
Cher lecteur,

Ça y est ! Depuis le 1er janvier 2018, le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires pour tous les nouveau-nés de France est effectif.

Les protestations des Français sont toujours aussi vives. Et le gouvernement continue de les ignorer façon dictature.

Depuis juin dernier, le gouvernement mène d’intenses campagnes de propagande par l’intermédiaire des médias. Mais ça ne trompe plus personne… Les Français voient bien leurs manœuvres.

La différence ici, c’est qu’ils s’en prennent à nos enfants. Et ça, c’est lâche !

Plutôt que de débattre, ou de conduire des études sérieuses, la ministre de la santé Agnès Buzyn continue d’accabler les opposants à l’obligation vaccinale.

Tout ça avec la bénédiction d’Emmanuel Macron…

Le dernier coup bas vient de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), qui vient de publier une « note de synthèse [1] » au sujet des 11 vaccins obligatoires.

Devinez qui est le directeur de l’INSERM ? –vous allez rire

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) est une institution publique placée sous la tutelle des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur.

Le président directeur général de l’INSERM n’est autre qu’Yves Lévy, médecin immunologiste et (accessoirement) mari d’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé [2].

Je ne m’étendrai pas davantage sur ce conflit d’intérêt flagrant parce que l’arnaque est déjà connue, et que les époux Lévy-Buzyn n’en sont pas à leur coup d’essai.

Pendant ce temps, les médias évoquent sans rougir « l’indépendance de l’INSERM » [3] pour donner du crédit à cette note de synthèse censée faire taire les opposants à l’obligation vaccinale. De qui se moque-t-on ?

Comment ils ont détruit la réputation que l’INSERM se forgeait depuis 1964 !

Le premier argument avancé par l’INSERM pour défendre les 11 vaccins est celui de l’efficacité :

Ils protègeraient les enfants contre la maladie à 90%…

Cela laisse (au moins) 10% de risques, pour une pratique qui n’est pas anodine !

Rien de neuf ici : cet argument a déjà été avancé et réfuté [4].

L’INSERM reconnaît que « des effets indésirables mineurs sont communs à tous les vaccins injectables ».

Il est question de douleurs musculaires ou articulaires, de fièvre, de rougeurs et de gonflements… ainsi que des cas d’allergies graves et imprévisibles qui nécessitent un traitement d’urgence.

Au passage, les « experts indépendants » (hum…) de l’INSERM réaffirment qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et le vaccin contre la rougeole.

Leur preuve n’a rien de scientifique, dans la mesure où aucune étude sérieuse n’a été conduite pour vérifier l’innocence du vaccin. C’est l’absence de lien avéré qui sert d’argument, ce qui ne constitue en rien une preuve !

Les médias s’empressent de souligner que l’auteur de l’étude qui suggérait un lien entre autisme et vaccin contre la rougeole a été radié de l’ordre des médecins britanniques et son article rétracté…

On ne saura pas s’il s’agissait d’une fraude scientifique, ou d’une découverte qui dérangeait des intérêts trop puissants ?

Les mêmes conclusions hâtives sont tirées concernant le lien entre sclérose en plaques et vaccination contre l’hépatite B. Bien sûr, personne ne donne aucun détail sur les études qui permettraient d’« éliminer tout lien » de causalité entre vaccination et sclérose en plaques. On n’en saura pas plus.

L’aluminium, un adjuvant « inoffensif » ???

L’INSERM n’hésite pas à se discréditer pour protéger le projet gouvernemental.

Dans leur note, les chercheurs de l’Institut affirment sans ciller que l’aluminium utilisé dans les vaccins pour irriter le système immunitaire et augmenter la production d’anticorps – est TOTALEMENT INOFFENSIF.

Si nos défenses immunitaires lancent une contre-offensive dès qu’elles détectent de l’aluminium… comment l’INSERM peut-il déclarer l’aluminium inoffensif ???

Là encore, on est loin du raisonnement scientifique…

L’INSERM spécule sur les statistiques : depuis 90 ans que nous utilisons des vaccins, les adjuvants ne se sont pas révélés toxiques.

Comment peuvent-ils en être sûrs puisque les médecins ne rapportent presque jamais les effets indésirables liés aux vaccins ?

D’autant qu’on a tout de même recensé des cas de troubles musculaires ou cognitifs attribués à l’aluminium des vaccins, et cela suffit à l’INSERM pour décréter que l’aluminium en soi n’est pas dangereux.

Cette mauvaise foi scientifique est grave. L’injection de métaux lourds dans l’organisme encore fragile des nourrissons va devenir une norme, sous prétexte que « dans l’ensemble, ça marche ».

Mais cela marchera-t-il toujours quand 11 doses de vaccins chargés d’aluminium seront injectées à votre enfant, au lieu de 3 ?

Seriez-vous prêts à parier sur la santé de vos enfants parce que les médecins rapportent peu de complications ?

Comme l’ont montré les grands scandales sanitaires français : Médiator, Vioxx, Levothyrox, Lyme, statines…, le système français de pharmaco-vigilance est complètement défaillant.

Ces affirmations sont d’autant plus dangereuses qu’un groupe de chercheurs français, dont le travail repose sur de vraies études, a récemment conclu à la dangerosité de l’aluminium vaccinal, même en petites doses.

Cela n’intéresse sûrement pas l’INSERM. Tout ce qui compte, c’est d’écraser les « arguments catastrophistes des lobbys anti-vaccins ».

Ce qui devrait être un débat scientifique éclairé par des preuves devient un procès politique où la médecine n’a plus de valeur, où seules comptent les statistiques.

L’obligation vaccinale, une exception française

L’INSERM regrette que la France soit un des pays au monde où la défiance vaccinale est la plus forte… Mais il oublie de préciser qu’il s’agit aussi d’un des rares où la vaccination est obligatoire !

Il est donc normal que nous en parlions plus que dans les pays où il n’y a pas d’obligation vaccinale :

  • Royaume-Uni
  • Irlande
  • Allemagne
  • Autriche
  • Pays-Bas
  • Suède
  • Danemark
  • Norvège
  • Finlande
  • Islande
  • Lituanie
  • Lettonie
  • Estonie
  • Suisse
  • Luxembourg
  • Espagne
  • Portugal
  • Chypre

Ces pays sont-ils pauvres, sous-développés ? Ces pays sont-ils privés d’accès aux recherches médicales de pointe ? Les populations de ces pays sont-elles en mauvaise santé ? Absolument pas.

Ce sont des populations riches et développées, comme la nôtre. Ces pays ont pourtant décidé de ne pas rendre les vaccins obligatoires car la liberté est une valeur cardinale de nos régimes politiques, à plus forte raison quand il s’agit de protéger ses enfants.

Et pourtant, l’INSERM s’obstine, et décrète que l’obligation vaccinale est la seule chance pour la France d’éviter les épidémies.

Avez-vous entendu parler d’épidémies récentes en Irlande, en Allemagne ou en Suède ? Moi non plus.

Une injonction à rentrer dans le rang

L’INSERM transforme une question citoyenne en un débat politique. Il schématise la pensée de ceux qui critiquent l’obligation vaccinale : ce n’est pas qu’une question de « pro » et d’« anti » ! Vous pouvez faire vacciner vos enfants et être contre l’obligation.

C’est le caractère obligatoire des vaccins, et pas le principe de vaccination en lui-même qui suscite le plus de débats.

Mais ça n’a pas d’importance pour l’INSERM, trop occupé à relayer la propagande du gouvernement. Leur note de synthèse n’apporte rien de neuf au débat. Il ne s’agit pas d’un effort pédagogique, ni d’une contribution scientifique à la discussion… C’est une injonction à rentrer dans le rang !

La résistance s’organise

Face à un tel mépris des pouvoirs publics, qui n’hésitent plus à donner dans l’arnaque intellectuelle ou à multiplier les conflits d’intérêts, la voie de la désobéissance est notre seule alternative.

Malheureusement, les parents dissidents s’exposent à des poursuites judiciaires, et les enfants non-vaccinés se verront refuser l’accès aux crèches (entre autres) !

C’est pourquoi, que vous soyez parent ou non, je vous invite à signer notre grande pétition pour montrer à cette élite corrompue combien nous sommes face à eux.

Faites-leur comprendre que les Français ont la tête dure, et qu’ils ne laisseront pas leurs enfants se faire empoisonner sur ordonnance !

Bien à vous,

Eric Müller

 


Cette lettre vous a plu ?

Recevez mes prochaines lettres Néo-nutrition directement dans votre boite. C’est gratuit ! Inscrivez-vous ici.

 


 

[1] Actualités – INSERM
[2] Comment Matignon tente de sortir la ministre Agnès Buzyn d’un embarrassant conflit d’intérêts, Étienne Girard – 19/10/2017
[3]11 vaccinations obligatoires : l’INSERM s’engage pour la transparence scientifique, Dr. Philippe Montereau, 18/12/2017
[4] Vaccins. L’Inserm assure qu’ils sont efficaces et sûrs pour les enfants
[5] Aluminium dans les vaccins: Les conclusions de chercheurs français dévoilées

Publicités

Un commentaire »

  1. Je l’avais déjà signé 👍
    Et pendant ce temps notre dictateur « assume » 🤡😂😜 avec sa tronche de 1er de la classe 😡
    Mais à propos…ça veut dire quoi au juste « assumer » ?

    Commentaire par Alain BARSAMIAN — 13 janvier 2018 @ 12:52 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :