Ecrittératures

RELIRE LES ARTICLES

RAPPEL DE CERTAINS ARTICLES

1915, mon amour…

Diaspora. Foi et entropie (1) Rien ne se perd. Tout se métamorphose…

Diaspora. Foi et entropie (2) Mort d’un journal, mort de la pensée

Diaspora. Foi et entropie (3)Parler la langue pour qui et pourquoi ?

Diaspora. Foi et entropie (4) Oxymore d’une Eglise nationale.

Diaspora. Foi et entropie (5) L’écriture dans le noeud de la fin.

Quel est ton nom ?

Notes sur l’exil

La démocratie par le feu

Tracteurs et détracteurs

L’Etat immoral

Mémorial Eros 1915

Pour Nikol Pashinyan

Je suis un écrivain mort

Sauveurs et naufragés

Les caves d’Etchmiadzine

La rosée Aznavour

La double peine du génocide

Quel est ton nom ?

L’Arménie au coeur

Longue vie au peuple arménien

Marche et rêve

Arménie, nouvelle donne

L’honneur ultime de Serge Sarkissian

Les avatars du négationnisme turc

De la passion patriotique (1)

De la passion patriotique (2)

De la passion patriotique (3 et fin) 

Le chewing-gum arménité

Une histoire de damier arménien

Entretien avec Ara Baliozian

Les seins de ma mère et autres perversités

Vient de paraître : Le vardig de medz mayrig

Les Arméniens sont-ils des hommes

Le syndrome de la godasse ou le complexe arménien du number one

Les assassins sont parmi nous

CorrupziaTour à Erevan

Diaspora, culottes et drapeau

Le sein de ma mère et autres adversités

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (1)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (2)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (3)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (4)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (5)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (6)

Grandeur et misère des intellectuels arméniens (7)

Médaillés et médailleurs ( bis repetita)

Kouyr Martha

Aznavour se rebiffe, moi aussi ( deuxième)

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :