Ecrittératures

20 août 2009

Sagesse du désert : texte du 20 août

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:15
Tags:

marmite_557

.

S’il y a du feu sous la marmite.


Une frère demanda à abba Poemen : « Dis-moi une parole ». Et il lui dit : « Tant que la marmite est sur le feu, une mouche n’y peut  toucher pas plus qu’une autre bestiole. Mais quand la marmite est froide, alors elles s’y posent. Ainsi en est-il du moine : tant qu’il persévère dans les pratiques spirituelles, l’Ennemi ne trouve pas le moyen de le faire tomber ».

In Sagesse du Désert, 365 textes des pères du désert rassemblés par le Père Benoît Standaert, obs ( Editions de Solesmes)

19 juillet 2009

Sagesse du désert : texte du 19 juillet

Filed under: Uncategorized — denisdonikian @ 2:40
Tags: ,

choucroute

Abba Poemen disait : « L’Esprit de Dieu n’est jamais entré dans une maison où il y a le plaisir et les délices »

*

In Sagesse du Désert, 365 textes des pères du désert rassemblés par le Père Benoît Standaert, obs ( Editions de Solesmes)

13 juillet 2009

Sagesse du désert. Texte du 14 juillet

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 7:31
Tags: , , , , , ,

sinai bis

La colombe n’a pas trouvé où se poser

Alors qu’il résidait dans les régions inférieures,  abba Arsène y était importuné par la foule, aussi jugea-t-il bon de quitter sa cellule. Sans rien emporter, il alla trouver ses disciples de Pharan, Alexandre et Zoïle. Alors il dit à Alexandre : « Embarque et remonte le fleuve », ce qu’il fit. Puis il dit à Zoïle : «  Viens avec moi jusqu’au fleuve et cherche-moi une barque qui descende jusqu’à Alexandrie, puis tu remonteras, toi aussi, le fleuve pour rejoindre ton frère ». Zoïle, bouleversé par cette parole, garda le silence et c’est ainsi qu’ils se séparèrent. Le vieillard descendit donc dans la région d’Alexandrie et tomba gravement malade. Ses serviteurs se disaient l’un à l’autre : « L’un de nous aurait-il peiné le vieillard et c’est pour cela qu’il se serait séparé de nous ? » Mais ils ne trouvaient rien dans leur conscience et ne voyaient pas qu’ils lui eussent jamais désobéi. Guéri, le vieillard dit : « Je vais aller vers mes Pères ». Remontant  alors le fleuve, il arriva à Pétra où se trouvaient ses serviteurs. Comme il était près du fleuve, une jeune esclave éthiopienne vint toucher sa mélote. Le vieillard la rabroua, mais la fille lui dit : « Si tu es moine, va-t-en dans la montagne ».À ces mots, le vieillard pénétré de componction se dit en lui-même : « Arsène, si tu es moine, va-t-en dans la montagne ». Là-dessus, Alexandre et Zoïle se présentèrent à lui, et comme ils se jetaient à ses pieds, le vieillard lui aussi se précipita à terre, et tous pleurèrent. Le vieillard dit : « N’avez-vous pas vu que j’étais malade ? «  Ils répondirent : « Si ». Alors le vieillard leur dit : « Pourquoi n’êtes-vous pas venus me voir ? » Abba Alexandre dit : « Ta séparation d’avec nous n’a pas été comprise et beaucoup n’en ont pas été édifiés, disant : « S’il n’avait pas désobéi au vieillard, il ne les aurait pas quittés  » ». Il leur dit : « Maintenant les gens vont dire : « La colombe n’a pas trouvé où poser ses pattes et elle est revenue auprès de Noé dans l’arche » ». (Gn 8,9). Et ainsi ils furent consolés et Arsène demeura avec eux jusqu’à sa mort.

*

In Sagesse du Désert, 365 textes des pères du désert rassemblés par le Père Benoît Standaert, obs ( Editions de Solesmes)

Propulsé par WordPress.com.