Ecrittératures

11 juin 2021

HALTE AUX TUEURS D’ABEILLES !

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 4:12

Madame, Monsieur,

Le piège se referme :

Alors que l’industrie agrochimique pourrait remporter une victoire écrasante (1) auprès des institutions européennes qui scellera le sort de milliards de pollinisateurs et l’avenir même de nos productions alimentaires…

… la France, par un tour de passe-passe et à grand renfort de communication, vient d’accepter implicitement cette manœuvre : elle prétend s’opposer aux lobbys et s’occuper du déclin des pollinisateurs, mais ne prend pas les mesures indispensables et urgentes pour interdire les pesticides les plus toxiques sur le territoire national !

L’extinction des pollinisateurs indispensables aux cultures et des insectes sur lesquels repose l’ensemble du vivant – oiseaux, poissons, mammifères…– atteint des niveaux plus qu’alarmants : il y a urgence à les protéger, quoi qu’il en coûte à ces multinationales milliardaires qui bradent notre environnement et l’avenir alimentaire de toute la population pour faire fructifier – tant qu’elles le peuvent encore – leurs profits mirobolants.

Aidez-nous à créer un raz-de-marée d’indignation dans tout le pays, pour montrer au gouvernement que les citoyens français refusent cette compromission insupportable avec les lobbys, et que nous exigeons au contraire une protection urgente des pollinisateurs indispensables à la vie sur Terre !

► J’INTERPELLE LA MINISTRE BARBARA POMPILI

Un tiers des abeilles et des papillons, et près de la moitié des bourdons, sont en déclin en Europe(3), et au niveau mondial 40 % des insectes sont menacés d’extinction (4), majoritairement à cause de la contamination généralisée de leur environnement par des pesticides et intrants chimiques de synthèse qui leur sont fatals (5).

Nos jardins, nos cultures vivrières, nos forêts : plus de 80 % des plantes dont nous avons besoin pour survivre dépendent de ces précieux insectes pour leur reproduction (6).

Les scientifiques et institutions internationales comme la FAO dressent des projections de plus en plus sombres d’un avenir sans pollinisateurs, où notre alimentation reposerait sur quelques productions céréalières, et où pommes, cerises, tomates ou courgettes deviendraient un luxe inaccessible à la majorité d’entre nous… (7)

Allons-nous attendre d’en arriver là pour nous indigner du gâchis et des dangers engendrés par des années de laxisme et de clientélisme(8) qui permettent aux grandes firmes industrielles d’obtenir toujours un report de ce qu’elles savent être indispensable au sauvetage et à la préservation des pollinisateurs, à savoir le retrait de l’environnement de tous les pesticides responsables de leur extinction ?

Ce déclin catastrophique et funeste pour les générations à venir est encore réversible – ce n’est qu’une question de volonté et de priorité politique !

Et de capacité à agir en urgence, pour empêcher la dissémination supplémentaire de centaines de milliers de tonnes de tueurs d’abeilles dans l’environnement dans les mois et les années qui viennent.

Malgré nos efforts et la ténacité de notre équipe, les jours et les nuits passés à rédiger des argumentaires techniques pointus, les rendez-vous pour convaincre les autorités et les responsables politiques… les lobbys sont en train de remporter la manche à Bruxelles.

Et alors que nous pensions pouvoir compter sur la France pour contrecarrer cette mainmise des lobbys au niveau national, et avons participé avec espoir à l’élaboration du « Plan pollinisateurs » (9) qui sera annoncé demain par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili…

… nous venons de découvrir qu’il ne s’agit que d’une gigantesque opération de communication, qui prévoit quelques mesures bénéfiques pour protéger les pollinisateurs et restaurer leur habitat… pour mieux éviter de s’attaquer aux intérêts des lobbys des pesticides et à la cause principale de l’extinction des insectes et de la biodiversité ordinaire ! (10)

À quoi servira de payer des plantations de fleurs en bordure de champs pour nourrir les abeilles, ou des haies pour leur donner le gîte si les pesticides s’accumulent dans les sols et les plantes jusqu’à les transformer en piège mortel pour les pollinisateurs qu’on y aura attirés ?

On le sait et une pile d’études scientifiques, de méta-analyses, de rapports, le montre (11) : on ne peut pas espérer enrayer l’effondrement des pollinisateurs sans retirer de l’environnement les pesticides qui leur sont mortels, et qui se sont accumulés depuis des décennies à tel point que même les réserves naturelles sont polluées ! (12)

Aidez-nous à exercer une pression implacable sur le gouvernement : si la ministre de la Transition écologique prétend vraiment protéger les abeilles et les pollinisateurs sauvages, alors elle doit d’urgence imposer un coup d’arrêt aux pesticides toxiques pour les pollinisateurs.

► J’INTERPELLE LA MINISTRE

Et ce n’est évidemment pas en trouvant des soi-disants « compromis » (13) pour faire semblant d’agir contre les pesticides, en pénalisant non pas l’industrie mais les agriculteurs à qui le « Plan pollinisateurs » du gouvernement veut imposer de traiter leurs cultures seulement quelques heures avant et après la tombée de la nuit, qu’on peut espérer enrayer le déclin des butineurs :

>>> non seulement de nombreux pollinisateurs nocturnes comme les papillons sphinx ou bombyx, les paons de nuit, la lithosie complanule, la zygène des bois ou la chrysope verte aux longues ailes translucides, et les insectes qui nichent au sol comme les osmies ou dans les bois morts comme les gros xylocopes noirs, seront directement impactés… (14)

>>> mais les produits dispersés sur les fleurs des arbres fruitiers traités pendant la nuit seront toujours présents (15) quelques heures plus tard lorsque bourdons, abeilles, syrphes et autres pollinisateurs diurnes viendront se régaler de leur nectar, et leur accumulation dans les sols et les eaux pendant de longues années après traitement viendra s’ajouter à la saturation en pesticides de notre environnement ! (16)

Il faut amorcer dès maintenant la décontamination de l’environnement des pesticides responsables de l’extinction des pollinisateurs : c’est ça, un véritable « plan » pollinisateurs !

Faites pression sur la ministre Barbara Pompili en lui envoyant un message direct et urgent avant la présentation du « Plan pollinisateurs  » dans quelques jours :

► J’INTERPELLE BARBARA POMPILI

Notre équipe sera présente à la séance de présentation officielle avec la ministre : chaque message qu’elle aura reçu d’ici là dans sa boîte mail sera un appui supplémentaire pour monter au créneau, et donnera une légitimité accrue à nos arguments.

S’il vous plaît, prenez quelques secondes pour envoyer votre message d’interpellation à la ministre Barbara Pompili, et partagez cet email autour de vous pour mobiliser vos proches :
ensemble, obtenons les mesures urgentes et nécessaires qui permettront d’épargner des milliers d’espèces d’abeilles, de bourdons, de papillons, de syrphes, et d’autres butineurs indispensables à la vie sur Terre.

Merci par avance pour votre action.

Bien cordialement,

L’équipe POLLINIS

Pour accéder au système d’interpellation directe de la ministre Barbara Pompili, cliquez ici

Références

  1. « Tests abeilles » : l’agrochimie s’attaque à 3 notions clés – POLLINIS 11.2020

    Bruxelles inclut les pesticides dans la « mortalité naturelle » des abeilles – POLLINIS 11.2020

    Protection des pollinisateurs et pesticides : l’Europe fait fausse route – POLLINIS 02.2021

    POLLINIS interpelle la Commission sur la révision des « tests abeilles » – POLLINIS 11.2021

    Homologation des pesticides : Bruxelles doit protéger réellement les pollinisateurs – POLLINIS 03.2021

  2. Plan pollinisateurs, axe 5

  3. 31 % des espèces de papillons de jour sont en déclin en europe

    Van Swaay, C., Cuttelod, A., Collins, S., Maes, D., López Munguira, M., Šašić, M., Settele, J., Verovnik, R., Verstrael, T., Warren, M., Wiemers, M. and Wynhof, I. 2010. European Red List of Butterfies Luxembourg: Publications Office of the European Union.

    36,8 % des espèces d’abeilles documentées en Europe sont en déclin

    Nieto, A., Roberts, S.P.M., Kemp, J., Rasmont, P., Kuhlmann, M., García Criado, M., Biesmeijer, J.C., Bogusch, P., Dathe, H.H., De la Rúa, P., De Meulemeester, T., Dehon, M., Dewulf, A., Ortiz-Sánchez, F.J., Lhomme, P., Pauly, A., Potts, S.G., Praz, C., Quaranta, M., Radchenko, V.G., Scheuchl, E., Smit, J., Straka, J., Terzo, M., Tomozii, B., Window, J. and Michez, D. 2014. European Red List of bees. Luxembourg: Publication Office of the European Union.

    45,6 % des bourdons sont en déclin en Europe

    Nieto et al. 2014 (p15)

  4. Sánchez-Bayo, Wyckhuys, 2019. Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers. Biological Conservation

  5. Giorio, C., Safer, A., Sánchez-Bayo, F., Tapparo, A., Lentola, A., Girolami, V., Bonmatin, J.-M. et al. (2017). An update of the Worldwide Integrated Assessment (WIA) on systemic insecticides. Part 1: new molecules, metabolism, fate, and transport. Environmental Science and Pollution Research, 1-33.

  6. Ollerton, Jeff & Winfree, Rachael & Tarrant, Sam. (2011). How many flowering plants are pollinated by animals? Oikos. Oikos. 120. 321 – 326.

  7. « In fact, throughout the world, agricultural production and agro-ecosystem diversity are threatened by declining populations of pollinators. » COP 6 Decision VI/5
    Kevan, P. G. and T. P. Phillips. 2001. The economic impacts of pollinator declines: an approach to assessing the consequences.Conservation Ecology 5(1): 8.

    Aizen et al., 2019. Global agricultural productivity is threatened by increasing pollinator dependence without a parallel increase in crop diversification. Wiley Online Library

    RAPID ASSESSMENT OF POLLINATORS’ STATUS A CONTRIBUTION TO THE INTERNATIONAL INITIATIVE FOR THE CONSERVATION AND SUSTAINABLE USE OF POLLINATORS – FAO 2008

    Smith, Matthew R; Singh, Gitanjali M; Mozaffarian, Dariush; Myers, Samuel S. Effects of decreases of animal pollinators on human nutrition and global health: a modelling analysis. The Lancet VOLUME 386, ISSUE 10007, P1964-1972, NOVEMBER 14, 2015

  8. RAPPORT DE POLLINIS SUR LE BLOCAGE AU NIVEAU EUROPÉEN DES « TESTS ABEILLES » – POLLINIS 05.2019

    PESTICIDES ET POLLINISATEURS : LA COMMISSION ET LES ÉTATS MEMBRES SONT-ILS EN TRAIN DE CÉDER AUX PRESSIONS DE L’AGROCHIMIE ? – POLLINIS 07.2019

  9. Proposition de l’association POLLINIS dans le cadre du groupe de travail sur la protection des insectes pollinisateurs – POLLINIS 04.2019

    POLLINIS propose des pistes pour renforcer le « Plan pollinisateurs » – POLLINIS 03.2021

  10. PLAN POLLINISATEURS : ON ABANDONNE LES AGRICULTEURS ET LES POLLINISATEURS – POLLINIS 12.2020

  11. Voir par exemple (liste non exhaustive) :

    Méta-analyse de la Task Force on systemic pesticides
    Dudley, N., Alexander, S. (2017). Agriculture and biodiversity: a review. Biodiversity 18, 45–49.

    Fox, R., 2013. The decline of moths in Great Britain: a review of possible causes. Insect Conserv. Divers. 6, 5–19.

    Habel, J. C., Samways, M. J., & Schmitt, T. (2019). Mitigating the precipitous decline of terrestrial European insects: Requirements for a new strategy. Biodiversity and Conservation, 28(6), 1343–1360. 
    Harvey, J. A., Heinen, R., Armbrecht, I., Basset, Y., Baxter-Gilbert, J. H., Bezemer, T. M., et al. (2020). International scientists formulate a roadmap for insect conservation and recovery. Nature Ecology & Evolution, 1–3. 
    Ollerton, J., Erenler, H., Edwards, M., Crockett, R. (2014). Extinctions of aculeate pollinators in Britain and the role of large-scale agricultural changes. Science 346, 1360–1362.

    Wilcove, D.S., Rothstein, D., Dubow, J., Phillips, A., Losos, E. (1998). Quantifying threats to imperiled species in the United States.Bioscience 48, 607–615.

    Billaud, O, Vermeersch, R-L, Porcher, E. Citizen science involving farmers as a means to document temporal trends in farmland biodiversity and relate them to agricultural practices. J Appl Ecol. 2021; 58: 261– 273.

    World Economic Forum, “The Global Risks Report 2020”, 15th Edition, 15 January 2020.

    L’environnement en Europe – Etat et perspectives 2020 (AEE 2019)

  12. Hallmann CA, Sorg M, Jongejans E, Siepel H, Hofland N, et al. (2017) More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLOS ONE 12(10): e0185809.

  13. Plan pollinisateurs, axe 5, action 5.1

  14. Impact sur les insectes pollinisateurs – The Task Force on Systemic Pesticides

  15. Macgregor, C.J., Pocock, M.J.O., Fox, R. And Evans, D.M. (2015), Pollination by nocturnal Lepidoptera, and the effects of light pollution: a review. Ecol Entomol, 40: 187-198.

  16. Stehle S, Schulz R. Pesticide authorization in the EU-environment unprotected? Environ Sci Pollut Res Int. 2015 Dec;22(24):19632-47. doi: 10.1007/s11356-015-5148-5. Epub 2015 Aug 15. PMID: 26276274.

POLLINIS Association Loi 1901

10, rue Saint Marc 75002 Paris

www.pollinis.org

6 avril 2021

Séminaire de la Société des Etudes Arméniennes 

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 3:26

Séminaire de la Société des Etudes Arméniennes  / Jeudi 8 avril de 18h à 20h ( et non  de 16h à 18h) 

Séance via Zoom

Inscription pour recevoir le lien vers la réunion : https://zoom.us/meeting/register/tJIpdOmvqDgsGtXlDXIXQtgw5RHyKDDlxgN

Charikleia Magdalini KEFALIDOU

Docteur en littératures comparées, enseignante à l’Université de Caen-Normandie

 

L’identité arménienne à l’épreuve de l’entre-deux : écrire l’arménité en France et aux États-Unis le XXe et le XXIe siècle (D. Donikian, V. Gardon, D. Kherdian, W. Saroyan).

I have had an American environment, boyhood, and education, but my soul is still Armenia’s. I know nothing of my own race, but I have been taught the history of America. I know nothing of my own literature, but I have read Whitman, Anderson, and Mencken. I cannot read my own language, and yet for all that I remain an Armenian: my country begs for my soul. “Be yourself” it cries to me. “Remember Armenia. Be not ashamed. You are an Armenian.”

 

William Saroyan Follow

 

Cette présentation examine les modalités d’articulation et de réarticulation de l’identité arménienne dans l’œuvre des écrivains d’origine arménienne d’expression anglaise et française Denis Donikian, Victor Gardon, David Kherdian et William Saroyan. L’affranchissement d’un des aspects constituants traditionnels de l’identité arménienne, à savoir l’expression littéraire dans une langue autre que la langue arménienne, relève soit de l’impossibilité d’utiliser (parfaitement) l’arménien à des fins littéraires, soit de l’envie de ces écrivains de s’adresser à un lectorat plus vaste et témoigne de leur entre-deux identitaire hérité de l’exil, qui traverse aussi bien leur écriture que leur posture d’écrivain. La présentation, qui porte sur l’intégralité de leur œuvre publiée mais aussi inédite, se focalise sur la manière dont les écrivains en question articulent leur rapport avec le territoire arménien, la langue, la religion, les coutumes et les traditions arméniennes mais aussi sur le travail de mémoire effectué dans leur œuvre, que ce soit celle du génocide arménien ou d’autres évènements traumatiques. En dernier lieu, on s’intéresse à la construction de leur image et de leur ethos d’écrivain ainsi que de leur positionnement dans le champ littéraire français et américain.


Société des Etudes Arméniennes
2 rue de Lille, 75007 Paris
http://etudes-armeniennes.org/   (site en cours de reconstruction)
mailto:contact@etudes-armeniennes.org

2 novembre 2020

ATTENTION, DANGER!

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 6:07

ATTENTION, DANGER!!

S.O.S. DE LA PART DU PEUPLE ARMÉNIEN

Au moment où je vous écris, la guerre fait rage dans le Haut-Karabagh (Artsakh) avec d’horribles conséquences, énormément de soldats et de civils tués, des villes entières détruites.

Aujourd’hui, tout le monde le sait, depuis que la guerre a commencé, l’ennemi a utilisé des armes strictement interdites par les conventions internationales.

Presque tous les pays y compris l’Azerbaïdjan ont signé ces conventions pour s’engager à ne pas utiliser ce genre d’armes et tous ces pays sont prévenus qu’en cas contraire, cela sera considéré comme un crime dont les autorités du pays concerné porteront les responsabilités et subiront de lourdes sanctions.

Pourtant, quelques jours après le début de la guerre au Karabagh, l’Azerbaïdjan a utilisé plusieurs de ces armes interdites, les bombes à fragmentation et cela sur des zones d’habitation causant des morts et des blessés parmi la population civile.

Ceci est un fait, il y a toutes les preuves. Quelques semaines après sachant que notre défense aérienne était affaiblie, l’ennemi utilisa cette fois-ci une autre arme chimique défendue encore plus dangereuse, les bombes au phosphore et encore une fois, il y a toutes les preuves.

Les bombardements ont été fait sur des forêts, on se demande pourquoi, d’autant plus que ces armes sont très coûteuses.

Après l’utilisation des premières bombes à fragmentation, pendant quelques jours, il y eut de timides condamnations, on en a un peu parlé, et cela fut oublié. Je crains que la deuxième attaque des bombes au phosphore ne passe également inaperçu car cela fait déjà trois jours que cela s’est produit et il n’y a aucune condamnation de la communauté internationale.

On peut en conclure que l’ennemi, en les utilisant, avait un seul but :

Voir la réaction des autorités arméniennes, de la diaspora et de la communauté internationale à propos de l’utilisation de ces deux armes dangereuses. En revanche, s’ils avaient utilisé les bombes au phosphore sur la population, il y aurait eu un énorme retentissement dans le monde entier à commencer par la diaspora. Finalement cela n’était qu’un test, voir la réaction du monde entier.

Tous cela nous fait craindre le pire, que la troisième étape sera une attaque avec des gaz de combat en tant qu’arme chimique. Il ne faut pas oublier que l’Azerbaïdjan dispose d’une très grande usine de fabrication d’armes chimiques à Soumgaït. Donc il n’a pas de difficulté pour le produire et l’utiliser.

N’oublions pas que des armements de ce type ont été utilisés par certains pays sur le sol syrien et les responsables n’ont pas été condamnés. Notre ennemi l’Azerbaïdjan protège et utilise les terroristes, c’est un fait reconnu, on peut donc s’attendre à tout de sa part, rien ne les arrêtera.

Il faut s’attendre de leur part à ce qu’ils nient, rejettent la faute sur les arméniens, simulent une attaque de notre part, il faut être prêts à ces éventualités.

Nous ne parlons même pas de la catastrophe humanitaire entraînée par cette guerre. Des centaines de familles d’Artsakh avec enfants et anciens ont été obligés de fuir les bombardements et trouver refuge en Arménie, ils manquent absolument de tout, de logements, d’habits, de médicaments, etc…

Ce n’est plus simplement une question de territoires à récupérer mais un deuxième génocide qui est programmé par la Turquie et l’Azerbaïdjan. Il est bien connu que cette même Turquie qui participe financièrement et militairement à cette guerre, a envoyé 4000 soldats de Daech pour combattre les forces arméniennes.

La petite Arménie et l’Artsakh aujourd’hui sont seuls à faire face à une immense armée turque, ultra équipée et préparée.

Cent ans après le génocide, l’Arménie, premier pays chrétien au monde est en train de subir un autre massacre aux yeux du monde qui reste sourd.

Nous tirons la sonnette d’alarme, toute la communauté internationale, toutes les organisations humanitaires, tous les politiques de tous bords pour qui les valeurs des droits de l’homme ont un sens, qui n’admettent aucun acte fomenté par un état terroriste doivent réagir avec la plus grande fermeté et s’opposer à ce massacre.

En 1915, le monde ne savait pas, aujourd’hui, le monde n’a plus aucune excuse.

 

HAIK SARKISSOV

Ancien juriste auprès du Ministère de la Justice d’Arménie, spécialiste en analyse de crimes et renseignements.

.

.

.

1 novembre 2020

ALERTE GENOCID 15

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 7:26

A la mémoire de Saténig Gostanian récemment disparue

Qui avait Dieu au cœur et l’humour aux lèvres.

 

 

En ces temps où tout revient, comme le Covid 19 qui oblige à un second confinement les Français de toute origine, vu que le virus n’est pas raciste, nous rappelons à nos compatriotes arméniens que le génocide de 1915, un siècle et cinq années plus tard, est en passe de se réveiller chez des jeunes turcs erdoganogrisés vivant en ce doux pays de France où le vin est si bon et les filles si belles.

En effet, une chasse aux Arméniens s’est récemment manifestée à Vienne et à Décines où la population a entendu des cris inhabituels dans les rues du pays de Jeanne d’Arc, Jaurès et Charlie-Hebdo :

«  Où sont les Arméniens ? »

A cette question, la technique du GPS étant impuissante, sinon le sang aurait déjà coulé, les impétrants au grand crime ont dû se contenter de lancer leur slogan dans le vide faute de lancer leur pierre pour contribuer à la construction d’un nouvel édifice dédié à la barbarie bête et méchante.

Dès lors que tout Arménien se sent intérieurement un devoir de se prémunir contre ces poussées de fièvre génocidaire que la Société des Nations civilisées et imbéciles n’a pas su éradiquer, nous recommandons vivement aux Arméniens de s’astreindre à un confinement personnel à l’intérieur du confinement officiel qui sévit sur toute la France. Par exemple, en restant chez soi, et chez soi en s’enfermant dans les toilettes.

Il est fortement conseillé aux jeunes Arméniennes qui devraient se rendre à leur travail ou faire des courses de porter un vardig anti-viol serré à la taille et aux cuisses, fabriqué dans un tissu de haute résistance fait pour décourager les assauts des épis de maïs de tout poil.

Bien sûr, il n’est pas judicieux en ce temps d’auto-défense en Artsakh de porter un masque marqué du drapeau arménien ou de quelque autre signe se rapportant à son identité arménienne. Même le vardig évoqué ci-dessus doit rester d’un blanc virginal.

Comme les personnes âgées sont plus vulnérables, vu qu’elles sont les premières touchées par les meutes de loups en état d’effervescence meurtrière, il leur est recommandé de s’abstenir de fréquenter leur église ou l’épicerie où ils ont leurs habitudes. D’une manière générale, il convient de varier ses itinéraires, comme je le fais moi-même en forêt vu que j’aime le silence et la sagesse des arbres, histoire de me ressourcer et d’oublier ce monde où sévit le parfum noir de la connerie.

Pour mes amis Alain qui se rend souvent à la poste, Antranik qui cultive son jardin, Donig qui fréquente une certaine salle de cinéma, Dzovinar qui manifeste contre les abattoirs, Haïk qui va nager à la piscine des Halles et tant d’autres qui ont passé l’âge des articulations souples et d’un cerveau vif, je leur conseille de s’équiper d’un spray anti-agression et d’une alarme. On ne sait jamais. Mais ne prenez surtout pas l’aboiement d’un chien pour le hurlement d’un loup. Ça pourrait faire des dégâts.

Et c’est ainsi qu’Allah est grand.

Nous allons gagner !

DD

27 octobre 2020

EMPÊCHEZ LES FIRMES DE SACRIFIER LES POLLINISATEURS ET L’ALIMENTATION DE VOS ENFANTS…!

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 6:04

Chère amie, cher ami,

Au sein des plus grandes instances internationales, l’inquiétude grandit; :

avec l’extinction massive et incontrôlée des abeilles et de la majorité des pollinisateurs sauvages, la capacité de production alimentaire mondiale est menacée (1).

D’ici quelques années, il pourrait devenir impossible de savourer une courge ou un concombre, ou même d’obtenir une petite barquette de framboises, de cerises ou quelques pommes (2) autrement qu’en payant à prix d’or (3) ces denrées simples et essentielles dont regorgeaient autrefois nos potagers et nos vergers.

Des projections scientifiques montrent qu’hormis quelques privilégiés qui pourront payer rubis sur l’ongle ces mets devenus rares et précieux, la majorité de la population devra se contenter de céréales et fécules qui n’ont pas besoin de pollinisateurs pour se reproduire, comme le riz ou le blé (4).

Vous pensez que c’est impossible ? 

Les scientifiques du monde entier étudient pourtant de très près ce scénario :

D’après leurs études, les carences en vitamines et les maladies qui découleront de ce régime forcé pourraient causer 1,4 million de décès supplémentaires par an (5), sans compter les conflits pour l’accès aux ressources et à la nourriture qui surviendraient indubitablement…

Déjà :

>>> la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, met en garde contre la chute vertigineuse de la la biodiversité cultivée dans le monde, qui a diminué de 75 % en un siècle, au point d’atteindre aujourd’hui un niveau critique : près des trois quarts de l’alimentation mondiale proviennent de 12 plantes seulement, et les trois principales céréales cultivées – le riz, le maïs et le blé – fournissent à elles seules 60 % des calories et protéines végétales consommées par l’humanité (6)…

>>> Les scientifiques alertent sur le déclin alarmant des insectes : plus de 40 % des espèces mondiales sont menacées (7). Des mesures effectuées sur le terrain, en Allemagne, montrent un déclin de près de la moitié des 561 espèces d’abeilles sauvages, avec des pertes de 75 à 95 % dans le Jura souabe, la Bavière ou la région protégée du Nord-Rhin-Westphalie (8). Au total, le pays a perdu entre 76 et 82 % de sa population d’insectes volants en 27 ans, même dans les zones protégées (9). Un tiers des espèces de papillons européens sont en déclin (10), et la biomasse des insectes de prairie a chuté de deux tiers entre 2008 et 2017, en même temps que les forêts ont perdu 40 % de leur biomasse d’insectes (11). Tout ceci, principalement à cause de l’agriculture intensive et de l’utilisation d’intrants chimiques de synthèse de plus en plus violents (12).

>>> En 2019, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a mis en garde contre le fait que ce déclin se produit à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité : environ 1 million d’espèces animales et végétales dans le monde sont actuellement menacées d’extinction ! (13)

« Nous ne disposons que d’une petite fenêtre pour agir, deux ou trois décennies au maximum » (14), préviennent les scientifiques qui surveillent cette catastrophe.

Pourtant – et c’est insupportable :

Les autorités européennes ont entre les mains depuis sept ans déjà les moyens de renverser la vapeur : un rapport épais et dense élaboré par les meilleurs spécialistes des abeilles et de la toxicologie, une liste complète des moyens scientifiques et des tests à mettre en oeuvre pour connaître enfin la dangerosité réelle, avérée, testée, de chaque pesticide pour les abeilles et autres pollinisateurs essentiels…

… et pouvoir interdire que les molécules les plus dangereuses soient mises sur le marché à l’avenir, et ainsi, tenter de mettre un terme à l’extinction en cours des abeilles domestiques et sauvages, des papillons, des syrphes ou des bourdons indispensables à la pollinisation de plus de 80 % des plantes, fruits et légumes comestibles !

Ces mesures contribueraient très fortement à enrayer le déclin catastrophique des pollinisateurs et à sécuriser la production d’une alimentation saine, diversifiée et de qualité pour nous et nos enfants…

Mais sous la pression des lobbys, ces mesures n’ont jamais été mises en application.

Pire : la Commission européenne et les représentants des Ministères de l’agriculture des pays européens eux-mêmes se sont organisés pour les enterrer !

Après sept années de lutte contre l’industrie agrochimique et ses armées de lobbyistes, au coeur des rouages de l’Union européenne…

…nous sommes en train de perdre ce combat essentiel pour la vie, écrasés par la force et les moyens démesurés de leurs lobbys…

Malgré l’expertise scientifique mobilisée par nos équipes, les nuits entières passées à rédiger des notes et des rapports qui, nous le pensions, allaient convaincre nos décideurs de l’impérieuse nécessité de protéger les pollinisateurs plutôt que les profits à court terme de quelques multinationales…

… en dépit des mobilisations citoyennes, des participations aux conférencessymposiums et des consultations publiques organisés par les autorités sanitaires (15), des rendez-vous à la Commission européenne et avec les députés européens…

… l’industrie est en train de réussir en ce moment même à imposer définitivement sa loi en Europe.

Mais il reste un espoir.

Une ultime façon de contourner la mainmise des firmes sur les procédures de contrôle des molécules déversées en quantités astronomiques dans les champs :

Leur barrer la route au niveau national, en exigeant l’adoption unilatérale en France – comme dans les autres pays européens – de protocoles véritablement protecteurs des abeilles, des pollinisateurs en général, et de la vie !

Aidez-nous à exercer une pression sans précédent au plus haut niveau de l’État : rejoignez dès maintenant la mobilisation, et diffusez cette alerte autour de vous !

 JE REJOINS LA MOBILISATION 

Ce qu’il s’est passé dernièrement à Bruxelles est un véritable scandale démocratique, une insulte envers tous ceux qui tentent, à leur échelle, d’oeuvrer à la protection des pollinisateurs…

…et une mise en danger inadmissible de notre sécurité alimentaire à l’avenir !

Je vous rappelle les faits :

Alors que, depuis 2013, les scientifiques parmi les plus renommés en Europe et dans le monde avaient remis à l’EFSA, l’autorité européenne de sécurité des aliments, une série de recommandations très précises sur la façon dont doivent être évaluées les substances pesticides avant d’être commercialisées à grande échelle en Europe… (16)

… afin de mieux protéger les pollinisateurs en écartant du marché les pesticides les plus dangereux pour eux…

…alors même que tout semblait indiquer que l’agriculture européenne serait peut-être la première au monde à mettre en place une protection ambitieuse mais nécessaire des pollinisateurs à grande échelle

… les plus grandes industries de l’agrochimie, inquiètes des pertes de bénéfices que ces nouvelles réglementations pourraient engendrer, ont mobilisé toute la force et la puissance de leurs lobbys pour torpiller le texte, et affaiblir cette protection. 

Selon leurs propres calculs, plus des deux tiers des pesticides actuellement utilisés dans les champs, et qui déciment probablement sans discernement des millions d’insectes auxiliaires de l’agriculture, ne passeraient pas ces nouveaux tests ! (17)

Les firmes et les grands cabinets de lobbying qu’elles emploient à Bruxelles et dans tous les États européens ont alors mis en place une double stratégie :

>>> d’un côté, user de leur influence auprès des représentants des États membres pour s’assurer que le « Bee Guidance Document » et ses « tests abeilles » soient systématiquement rejetés (18) par un comité obscur mais incontournable dans la chaîne décisionnelle européenne : le SCoPAFF (le Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale). Avec succès : sans caméra ni détail du vote, ce comité a rejeté plus de 30 fois de suite les protocoles proposés par les scientifiques et pourtant validés par l’EFSA et la Commission européenne… (19)

>>> de l’autre, réussir à faire adopter à la place leurs propres objectifs de « protection » des abeilles à miel (20), qui préconisent par exemple d’accepter qu’une molécule puisse décimer 20 % des abeilles d’une colonie (21), et de renoncer à mener des tests de toxicité sur les pollinisateurs sauvages…

… des propositions qui sont sur le point d’être définitivement approuvées par les autorités européennes et les représentants des États membres ! (22)

Pour empêcher les firmes d’obtenir carte blanche pour déverser encore plus de pesticides tueurs de pollinisateursdans les champs européens, précipiter l’extinction des insectes sauvages et amorcer une catastrophe alimentaire mondiale, il ne nous reste plus beaucoup d’options : 

notre meilleure chance de réussir à les stopper tant qu’il est encore temps, c’est d’obliger les responsables politiques français à s’opposer à cette décision européenne inacceptable qui sera bientôt adoptée.

La France est l’un des rares pays qui soutient l’adoption des protocoles proposés dès 2013 par les scientifiques pour mieux protéger les pollinisateurs. 

Ils savent qu’il y a urgence.

La France est l’un des plus gros consommateurs de pesticides en Europe, avec 86 000 tonnes déversées dans les champs chaque année ! (24)

Forcer l’adoption unilatérale de protocoles d’évaluation plus protecteurs des abeilles et autres pollinisateurs en France reviendrait à barrer l’accès à l’industrie à l’un de ses marchés les plus fructueux

… mais aussi à créer un précédent en Europe qui pourra être suivi par d’autres États membres : un à un, nous pouvons faire tomber les bastions de l’industrie des pesticides !

Mais tout cela, à une condition : gagner d’abord la bataille en France.

C’est pour cela que nous vous demandons de signer dès maintenant la pétition, et de transmettre ce message aussi largement que possible.

 J’EXIGE DES #TESTSPESTICIDES 

C’est vital pour notre avenir à tous :

alors que les plus grandes institutions internationales sonnent l’alerte sur la disparition des pollinisateurs et les conséquences dramatiques et imminentes sur notre alimentation et notre capacité à nourrir nos enfants à l’avenir…

… alors que la protection de ces insectes indispensables à la production agricole devrait être la priorité n°1 des politiques publiques…

… il est inadmissible que les institutions européennes décident de faire tout le contraire, et de sacrifier les abeilles, les pollinisateurs et la sécurité alimentaire de toute la population pour sauvegarder les intérêts de quelques multinationales milliardaires !

S’il vous plaît, aidez-nous à créer un raz de marée de protestation à travers le pays, en diffusant ce message d’alerte autour de vous – par email, sur FacebookTwitter ou WhatsApp, ou en postant ce texte sur les blogs et forums que vous fréquentez.

Beaucoup de personnes sont aujourd’hui informées de la disparition inquiétante des abeilles… 

…mais peu sont réellement conscientes du cataclysme alimentaire qui se profile – pas seulement dans les pays en développement mais aussi chez nous en France et en Europe, si on laisse les décideurs publics continuer à défendre les intérêts de l’industrie plutôt que l’intérêt général

Chaque citoyen, individuellement, a peu de chance d’obtenir l’oreille attentive des responsables politiques. 

Mais tous ensemble, unis derrière une pétition de 100 000, 200 000, voire 500 000 ou un million de signaturesnous pouvons peser plus lourd dans la balance que les firmes de l’agrochimie et les millions de budget de leurs lobbys !

 JE REJOINS LA MOBILISATION 

Rejoignez dès maintenant la mobilisation, et sonnez l’alerte autour de vous !

Bien cordialement,

L’équipe POLLINIS

POUR ACCÉDER À LA PÉTITION, CLIQUEZ ICI

 

Références :

  1. « In fact, throughout the world, agricultural production and agro-ecosystem diversity are threatened by declining populations of pollinators. »COP 6 Decision VI/5

  2. Insect Atlas 2020. Heinrich Böll Stiftung & Amis de la Terre Europe p13 : sans pollinisation, déclin de plus de 90% de la production des pastèques, citrouilles et cacao, entre 40 et 90 % de la production de concombres, prunes, cerises, pommes et amandes

  3. Kevan, P. G. and T. P. Phillips. 2001.The economic impacts of pollinator declines: an approach to assessing the consequences. Conservation Ecology 5(1): 8.

    Rapid Assessment Of Pollinators’ Status A Contribution To The International Initiative For The Conservation And Sustainable Use Of Pollinators – FAO 2008

  4. World Economic Forum,The Global Risks Report 2020, 15th Edition, 15 January 2020.

  5. Smith, Matthew R; Singh, Gitanjali M; Mozaffarian, Dariush; Myers, Samuel S.Effects of decreases of animal pollinators on human nutrition and global health: a modelling analysis. The Lancet VOLUME 386, ISSUE 10007, P1964-1972, NOVEMBER 14, 2015 

  6. https://action.pollinis.org/go/18919?aktmid=tm1065494.J45CQD&akid=a13652326.1309488.nIsAp_&t=22&source=confLa biodiversité au service de l’humanité, FAO

  7. Sánchez-Bayo, Wyckhuys, 2019.Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers. Biological Conservation

  8. Insect Atlas 2020. Heinrich Böll Stiftung & Amis de la Terre Europe.

  9. Hallmann CA, Sorg M, Jongejans E, Siepel H, Hofland N,et al. (2017) More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLOS ONE 12(10): e0185809.

  10. Van Swaay, C., Van Strien, A., Harpke, A., Fontaine, B., Stefanescu, C., Roy, D., … & Švitra, G. (2013).The European grassland butterfly indicator: 1990–2011. Published by the European Environment Agency

  11. Insect Atlas 2020. Heinrich Böll Stiftung & Amis de la Terre Europe

  12. Task Force on Systemic Pesticides :impact sur les insectes pollinisateurs

  13. IPBES,Global assessment report on biodiversity and ecosystem services, 2019

  14. La sixième extinction de masse des animaux s’accélère– Audrey Garic, Le Monde 10 juillet 2017

  15. Tests abeilles : POLLINIS face à l’agrochimie au sein du comité consultatif de l’EFSA – POLLINIS 10.2019

  16. EFSA Guidance Document on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees)EFSA Journal 2013;11(7):3295

  17. Miles, M., Alix, A., Becker, R., Coulson, M., Dinter, A., Oger, L., … & Weyman, G. (2018).Improving pesticide regulation by use of impact analyses: a case study for bees. Conference paper. Hazards of pesticides to bees, 13th international symposium of the ICP-PR Bee protection group, October 2017, Valencia (Spain), Julius-Kühn-Archiv, (462), 86-90.

  18. Rapport de POLLINIS sur le blocage au niveau européen des « tests abeilles » – POLLINIS 05.2019

  19. Pesticides et pollinisateurs : la commission et les états membres sont-ils en train de céder aux pressions de l’agrochimie ? – POLLINIS 07.2019

  20. ECPA (2017).Proposal for a protective and workable regulatory European bee risk assessment scheme based on the EFSA bee guidance and other new data and available approaches. , voir en particulier p. 9

  21. Thorbek, P., Campbell, P. J., Sweeney, P. J., & Thompson, H. M. (2017).Using BEEHAVE to explore pesticide protection goals for European honeybee (Apis mellifera L.) worker losses at different forage qualities. Environmental Toxicology and Chemistry, 36(1), 254–264.

  22. Review of the Guidance Document for the risk assessment for bees Supporting document for Risk Managers consultation on Specific Protection Goals for bees– EFSA 22.06.2020. C’est l’approche n°2, qui utilise le modèle algorithmique BEEHAVE partiellement financé par l’entreprise agrochimique Syngenta pour évaluer la mortalité « naturelle » des colonies d’abeilles, qui a été retenue par les Etats membres.

  23. AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évolution de la méthodologie d’évaluation du risque vis-à-vis des abeilles domestiques et des insectes pollinisateurs sauvages dans le cadre des dossiers de demande d’autorisation de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, ANSES Saisine n° 2019-SA-0097 juillet 2019

 

 

POLLINIS Association Loi 1901

10, rue Saint Marc 75002 Paris 

15 octobre 2020

JE BOYCOTTE LES PRODUITS TURCS

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 5:40

Je venais de remplir mon sac de noisettes, quand, au moment de les peser, j’ai jeté un coup d’œil sur leur provenance. Turquie. Brusquement, une sorte d’électricité est venue allumer l’ampoule rouge dans mon esprit, cette ampoule qui diffuse du sang, des cris et des larmes du fond des ténèbres. Non, vraiment, j’ai beau aimer les noisettes, mais là, je ne pouvais pas. Et désormais, je ne pourrai plus pour tous les produits turcs. Même ceux que vendent les magasins arméniens.

22 septembre 2020

Un message de POLLINIS

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 4:36

abeilles ailes animaux apiculture

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Chère amie, cher ami,

D’ici quelques jours, les lobbys des plus grandes multinationales agrochimiques pourront sabrer le champagne :

le plan qu’ils préparent depuis des années dans le secret des couloirs de la Commission européenne et des institutions nationales pour blanchir leurs pesticides tueurs d’abeilles et empêcher toute remise en cause de leurs produits à l’avenir est sur le point d’être définitivement adopté par les institutions européennes.

Sans un soulèvement massif et immédiat de l’ensemble des citoyens à travers l’Europe pour s’opposer de toute urgence à cette prise de contrôle des lobbys au détriment des abeilles, de la biodiversité et de la nature…

… ils pourront non seulement commercialiser dans tous les pays européens de nouveaux pesticides nocifs pour les abeilles et pour les pollinisateurs sauvages

… mais aussi faire ré-autoriser certains pesticides interdits pour leur grande dangerosité envers les abeilles, comme les néonicotinoïdes !

Notre dernière chance de leur faire barrage, c’est d’arriver à mobiliser en urgence des milliers, des centaines de milliers, voire un million de citoyens à travers l’Europe dans les jours qui viennent : s’il vous plaît, signez sans attendre la pétition lancée par POLLINIS, et transmettez ce message le plus largement possible à vos contacts.

 ► JE SIGNE LA PÉTITION 

Comment en est-on arrivé là ??

En 2010, sous la pression des scientifiques et face à la disparition effrayante des abeilles et autres insectes pollinisateurs, l’Europe reconnaît que les tests utilisés pour mesurer les effets des pesticides sur les abeilles avant d’en autoriser la vente et l’utilisation partout en Europe sont devenus complètement obsolètes.

Ils ne permettent plus de mesurer les effets résultant de modes d’action incroyablement subtils et redoutablement efficaces des nouvelles molécules répandues en quantités industrielles dans tous les pays de l’UE.

En application du règlement européen No 1107/2009 qui prévoit que les produits chimiques mis sur le marché ne doivent pas avoir d’« effet inacceptable » sur l’environnement, et par souci de mise à jour, la Commission européenne demande alors à l’EFSA, l’autorité européenne de sécurité des aliments, d’adapter le processus d’évaluation aux dernières connaissances scientifiques :

un groupe composé des meilleurs experts est aussitôt formé, pour élaborer des propositions de « tests abeilles » qui permettraient de s’assurer qu’une plus grande partie des effets potentiellement néfastes des molécules sur les pollinisateurs soit sérieusement évaluée AVANT d’autoriser la vente des produits et AVANT qu’on ne les retrouve partout dans les campagnes, les sols, et les nappes phréatiques… jusque dans nos assiettes et dans l’air que nous respirons !

Ils rendent leurs conclusions deux ans plus tard (1) et proposent la mise au point de nouvelles lignes directrices, le « Bee Guidance Document », basées sur une approche scientifique plus intégrative – pour des tests abeilles vraiment pertinents (2).

Les instances européennes les approuvent… mais pour les grandes industries de l’agrochimie, Bayer et Syngenta en tête, ces nouveaux protocoles d’évaluation signifieraient une perte de chiffre d’affaires monumentale :

ils ont appliqué eux-mêmes ces nouveaux « tests abeilles » dans leurs labos sur plus de 150 de leurs pesticides alors en circulation.

Les résultats sont catastrophiques : 79 % des herbicides testés… 75 % des fongicides… et 92 % des insecticides ne passeraient pas le premier niveau de tests en laboratoire (3) : pour les firmes, les nouvelles lignes directrices impliqueraient donc non seulement d’investir dans de coûteux tests supplémentaires…

… mais surtout, de prendre le risque qu’une grande partie de leurs pesticides ne soient pas autorisés sur le marché européen, car trop dangereux pour les abeilles !

Ces grandes multinationales décident alors de mobiliser toute la puissance de leurs lobbys pour faire pression sur les autorités nationales et européennes, pour :

>>> d’un côté, s’assurer que les « tests abeilles » préconisés par les scientifiques, qui permettraient de mesurer la toxicité réelle de leurs produits sur les abeilles, les bourdons, ou d’autres pollinisateurs indispensables à nos écosystèmes, ne soient jamais mis en application :

le « Bee Guidance Document » et ses « tests abeilles » ont été soumis pour approbation finale plus de 30 fois de suite au SCoPAFF (le Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale), un comité européen réunissant des représentants des États membres, sous la présidence de la Commission européenne. Ils ont été rejetés à chaque fois, sans que l’on puisse savoir pourquoi, et sans caméras, permettant ainsi aux États membres de garder leur vote secret (4).

>>> de l’autre, propulser leurs propres objectifs de protection des abeilles à miel et les bourdons (5) – qui préconisent par exemple d’accepter qu’une molécule puisse décimer 20 % des abeilles d’une colonie (6) ! – et mener un lobbying acharné auprès des autorités européennes pour les faire adopter… (7)

Résultat : après des mois de lutte au coude à coude, au sein des comités consultatifs de la Commission et de l’EFSA (8), et au Parlement européen, entre les lobbys des firmes et les représentants de la société civile… …

… les lobbys sont en passe d’arriver à leurs fins ! En toute discrétion, lors d’une énième réunion du SCoPAFF les 16 et 17 juillet 2020 (9), les représentants des États membres de l’UE qui avaient jusqu’ici refusé de valider les tests abeilles proposés par les scientifiques ont adopté à la majorité la proposition des firmes d’abaisser les niveaux de protection sur les abeilles et les bourdons, et de n’avoir aucun test sur les pollinisateurs sauvages (10).

Un coup de maître pour l’industrie, qui s’assure ainsi un accès illimité au marché européen pour commercialiser de nouveaux tueurs d’abeilles, et qui lui permettra de faire lever l’interdiction des néonicotinoïdes dans tous les pays d’Europe – y compris en France et en Belgique où la législation est encore, pour l’instant, plus protectrice des pollinisateurs…

… mais un recul terrible pour les abeilles et l’ensemble de la biodiversité !

Il nous reste un dernier espoir d’empêcher les firmes d’imposer définitivement leur loi – et leurs pesticides – en Europe : un ultime vote aura lieu le 23 octobre prochain (11).

C’est d’ici là que tout se jouera, dans les couloirs des institutions et dans les ministères nationaux… Et nous avons besoin de la mobilisation de chaque citoyen qui se soucie des abeilles et du système alimentaire que nous lèguerons aux générations futures, pour peser une dernière fois de toutes nos forces face aux lobbys.

S’il vous plaît, prenez quelques minutes pour ajouter votre signature à la pétition pour l’adoption immédiate de tests abeilles qui permettent de préserver les pollinisateurs et l’ensemble de la chaîne alimentaire face aux pesticides les plus toxiques, et diffusez ce mail autour de vous pour rallier un maximum de personnes supplémentaires.

 ► JE SIGNE LA PÉTITION 

Si nous laissons, aujourd’hui, les multinationales de l’industrie triompher au détriment des abeilles et de toute la biodiversité

… s’essuyer les pieds sur des années de combat des apiculteurs qui voient leurs colonies s’effondrer, des scientifiques qui alertent sur les conséquences dramatiques de l’extinction des pollinisateurs, et des représentants de la société civile qui oeuvrent à la protection des insectes indispensables au maintien des chaînes alimentaires…

… les institutions démocratiques censées servir l’intérêt général en déduiront que leurs petits arrangements en sous-main avec les lobbys au détriment des abeilles et de la biodiversité n’ont attiré ni l’attention, ni l’indignation de personne.

Ils pourront continuer à travailler main dans la main avec les firmes, signant les yeux fermés les autorisations de mise sur le marché de nouveaux pesticides ultra dangereux pour les pollinisateurs et dévastateurs pour l’environnement…

… et comme pour les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, il faudra encore des années de bataille, des centaines d’études et de constats de terrain, et la remobilisation de millions de citoyens pour obtenir le retrait une à une de chaque molécule ravageuse pour les abeilles domestiques et sauvages…

… alors qu’elles pourraient toutes être immédiatement écartées du marché, si les tests préconisés par les chercheurs et non par l’industrie étaient adoptés !

Alors que près d’un tiers des espèces de papillons européens sont en déclin, avec une chute de 39 % depuis 1990 (12), que près de la moitié des espèces d’abeilles sauvages d’Allemagne sont menacées, et que certaines régions comme la Bavière enregistrent la disparition de près de 3 espèces sur 4 en seulement 10 ans, pendant que la biomasse des insectes de prairie a chuté de deux tiers entre 2008 et 2017 (13)…

… ce chèque en blanc des autorités européennes aux multinationales agrochimiques, pour déverser massivement dans la nature et dans les champs des pesticides destructeurs pour les pollinisateurs, ne laissera aucune chance de survie à ces insectes indispensables, menacés d’exctinction imminente !

C’est pour cela qu’il est vital de réussir à exercer une pression citoyenne colossale sur nos institutions européennes, dès maintenant, pour montrer que les citoyens sont au courant des tractations honteuses qui ont lieu actuellement et qui mettent en danger les pollinisateurs pour sauvegarder les profits des multinationales, et que nous refusons ce dévoiement inacceptable de nos institutions publiques :

Aidez-nous à mettre nos institutions au pied du mur, et démolir le plan de l’industrie avant qu’il ne soit trop tard !

SVP, rejoignez dès maintenant la pétition, et transmettez ce mail le plus largement possible autour de vous : utilisez les réseaux sociaux, les blogs et forums que vous fréquentez, ou transférez simplement ce mail à votre carnet d’adresse.

 ► JE SIGNE LA PÉTITION 

Il nous reste peu de temps pour contrecarrer le plan des lobbys pour imposer définitivement leurs tueurs d’abeilles en Europe, et nous devons jeter toutes nos forces dans cette ultime bataille : merci par avance pour votre mobilisation cruciale !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman
Délégué général

POUR ACCÉDER À LA PÉTITION, CLIQUEZ ICI

Références :

  1. EFSA Panel on Plant Protection Products and their Residues (PPR). (2012).Scientific Opinion on the science behind the development of a risk assessment of Plant Protection Products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees). EFSA Journal, 10(5), 2668.

  2. EFSA Guidance Document on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees) EFSA Journal 2013;11(7):3295

  3. Miles, M., Alix, A., Becker, R., Coulson, M., Dinter, A., Oger, L., … & Weyman, G. (2018). Improving pesticide regulation by use of impact analyses: a case study for bees. Conference paper. Hazards of pesticides to bees, 13th international symposium of the ICP-PR Bee protection group, October 2017, Valencia (Spain), Julius-Kühn-Archiv, (462), 86-90.

  4. RAPPORT DE POLLINIS SUR LE BLOCAGE AU NIVEAU EUROPÉEN DES « TESTS ABEILLES » – POLLINIS 05.2019

  5. ECPA (2017).Proposal for a protective and workable regulatory European bee risk assessment scheme based on the EFSA bee guidance and other new data and available approaches. 39p., voir en particulier p. 9

  6. Thorbek, P., Campbell, P. J., Sweeney, P. J., & Thompson, H. M. (2017). Using BEEHAVE to explore pesticide protection goals for European honeybee (Apis mellifera L.) worker losses at different forage qualities.. Environmental Toxicology and Chemistry, 36(1), 254–264.

  7. PESTICIDES ET POLLINISATEURS : LA COMMISSION ET LES ÉTATS MEMBRES SONT-ILS EN TRAIN DE CÉDER AUX PRESSIONS DE L’AGROCHIMIE ? – POLLINIS 07.2019

  8. TESTS ABEILLES : POLLINIS FACE À L’AGROCHIMIE AU SEIN DU COMITÉ CONSULTATIF DE L’EFSA – POLLINIS 10.2019

  9. EU countries meet to thrash out the scientific basis of bee protection – A. Neslen, E. Wax, E. Anderson – POLITICO 16.07.2020 (sur abonnement)

  10. Review of the Guidance Document for the risk assessment for bees Supporting document for Risk Managers consultation on Specific Protection Goals for bees – EFSA 22.06.2020. C’est l’approche n°2, qui utilise le modèle algorithmique BEEHAVE partiellement financé par l’entreprise agrochimique Syngenta pour évaluer la mortalité « naturelle » des colonies d’abeilles et de bourdons, qui a été retenue par les Etats membres et sera définitivement adoptée le 23 octobre prochain

  11. Outline of the revision of the Guidance on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees) (EFSA, 2013) – EFSA

  12. Van Swaay, C., Van Strien, A., Harpke, A., Fontaine, B., Stefanescu, C., Roy, D., … & Švitra, G. (2013).The European grassland butterfly indicator: 1990–2011. Published by the European Environment Agency

  13. Insect Atlas 2020. Heinrich Böll Stiftung & Amis de la Terre Europe

POLLINIS Association Loi 1901

10, rue Saint Marc 75002 Paris

www.pollinis.org

 
 
     
 

 

31 juillet 2020

       L’ IMPENSABLE GRAND BLUFF

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 1:40

 

Catholicos-KAREKINE-II-a-Echmeadzine-Consecration-avec-le-dextre-de-St-Gregoire

Par ARMAND SAMMELIAN

Ce n’était certes pas la Parousie , le retour du Christ sur terre !

Mais le temps de la « ré-sacralisation » de l’église SAINTE-MARIE de NICE par une  Sainte Eglise Apostolique Arménienne ayant recouvré ses esprits , fut un moment de soulagement et de grande espérance .

Ainsi semblait  en avoir enfin décidé son Premier Serviteur , sa Sainteté  KAREKINE II , en nous accordant cette cession de rattrapage , vraisemblablement pour s’acheter une bonne conduite , après dix années  d’un feu nourri d’égarements , d’excommunications , de sujétions et autres habiletés judiciaires par procuration .

Alors  que  Sa Main invisible rendait justice à des azuréens bannis , chacun  mesurait avec satisfaction l’importance de cette nouvelle sanctification , célébrée par le  Très Respectable Primat du Diocèse de France , Monseigneur Vahan  OVHANESSIAN en personne , le dimanche des Rameaux 2019 et destinée à graver dans le marbre une deuxième fois , 90 ans après celle du regretté Monseigneur BALAKIAN , la majesté tutélaire jouée par notre Sainte Eglise Apostolique dans la vie spirituelle des arméniens .

A n’en pas douter , les fidèles niçois y percevaient  naïvement la fin ultime de la dérive  d’une  armée  de jeunes  clercs  boursouflés , vampirisés  par de sombres « Princes de l’Eglise » rassemblés autour d’un mixte de frivolités et d’affairisme et soutenus par quelques sbires infatués  à leur remorque .

Mais qu’importe !

Les niçois étaient convainvus qu’Il était venu le temps , avec la Révolution de Velours , de mettre un terme à ce feuilleton de mauvais goût pour une union sacrée salvatrice , au nom de l’ attachement indéfectible à leur Sainte Eglise, de sa crédibilité  , de sa pérennité et d’un  rayonnement  gravement endommagés .

Sauf que les apparences étaient fabuleusement  trompeuses et qu’il s’agissait d’une cérémonie en trompe-l’oeil , d’un théatre de marionnettes , d’une mise en scène grotesque , une bouffonnerie inimaginable , une mascarade incompréhensible à l’entendement de tout honnête fidèle , une imposture improbable !

On n’est jamais trahis que par les siens !

Pauvre Eglise Apostolique Arménienne !

Pauvre Diocèse de France !

Et pauvre Primat de France !

Les bras nous en tombent tant l’image de notre Sainte Eglise et le statut icônique de son Chef Suprême sont aux antipodes de manoeuvres qui cochent toutes les cases de l’ignoble .

Les fidèles niçois  croyaient en avoir fini avec les fourberies de Sa Béatitude lequel n’en avait pas fini avec eux * !

Nous comprenons seulement maintenant , à l’issue de ce coup de théatre impensable , que la Sainte Messe sanctificatrice des Rameaux 2019 , fruit des négociations secrètes avec les ecclésiastiques les plus prestigieux de notre Eglise n’était , en réalité , qu’une partie  insensée de poker-menteur jouée par des  intermédiaires téléguidés  par sa Béatitude , Grand -Maître Es Grand Bluff , qu’aucun stratagème n’arrête pour satisfaire son idée fixe : soumettre les niçois à sa botte quitte à passer la « ré-consécration » à la trappe et les couvrir de boue pour leur extorquer les clés de leur église !!! 

En effet , 

en jetant un pavé dans la bouillabaisse le 28 juillet 2020 , le tissu d’âneries de Sa petite main gauche diocésaine « pradolesque », chargée de remettre des épices  dans la marmite pour bloquer le retour de l’église Apostolique Sainte-Marie  au sein du Diocèse de France , non-obstant sa ré-consécration officielle suite aux accords passés avec les plus hauts hiérarques ecclésiaux est la preuve indubitable que c’est bien Lui , le Catholicos qui est  toujours à la maneuvre , cette fois par Diocèse interposé , pour forcer la réddition des fidèles niçois , à savoir leur soumission totale à un clericalisme omnipotent tout-puissant .

10 ans que la petite main gauche « pagnolesque » décide sous la dictée d’une Sainteté qui renie aujourd’hui ce qu’elle orchestrait hier !

10 ans que ce courtisan atrabilaire obéit au doigt et à l’oeil à un Saint-Empire Apostolique  carnassier , inlassablement  résolu à s’emparer de tout sans rien partager , au prix  du lynchage communautaire et religieux des fidèles niçois de la Madeleine !

10 ans que ce sinistre oiseau de mauvais augure l’accompagne dans Sa chute en Lui prêtant la main pour faire des citoyens niçois de confession apostolique arménienne une communauté religieuse sur la base de statuts transgressifs dont le seul but est de rompre la collaboration traditionnelle entre clercs et laïcs et instaurer un ordre clérical contraire à l’unité républicaine  !

Bref , l’on sait désormais qu’après avoir amusé la galerie , un commis diocésain , un moment  mis à l’écart de feintes tractations et réactivé par la baguette du Grand Chaperon Noir  , a mission d’asséner de nouveaux coups tordus , en mixant le vrai au faux , assaisonnés d’éléments de langage foireux pour nous empêcher de tourner cette pathétique page  .

En vérité , je vous le dis , la pensée borgne n’a ( forcément ) qu’un oeil lequel  vise immuablement à ramener à marche forcée les paroissiens de Sainte-Marie de Nice au bercail , pieds et mains liés au sein du Diocèse de France de l’Eglise Apostolique Arménienne , sans respect pour aucun des engagements pris par ses obligés , pas moins que deux Srpazan et un mécène roulés dans la farine eux-aussi  (!?) .

Mais c’est mal les connaitre !

Qu’il soit clair que les fidèles niçois de l’église Apostolique Arménienne Sainte-Marie de Nice  restent  impertubablement dans l’attente d’interlocuteurs dignes de ce nom , respectueux , tolérants et bienveillants , prêts  à ré-écrire  , comme convenu lors des pourparlers ayant débouché sur la « re-sacralisation »de leur église, de nouveaux  statuts paroissiaux , en concours avec les prêtres et les autres paroisses , afin de fortifier l’unité de leur Eglise , cette éternelle Passion arménienne  plus que jamais dénaturée et dégradée ; étant entendu qu’en aucune circonstance , leurs statuts paroissiaux ne sauraient leur être imposés par Quiconque mais adoptés majoritairement par les paroissiens eux seuls , réunis en Assemblée Générale régulièrement convoquée à cet effet , une fois leur rédaction commune définitive actée , conformément à la loi de 1901 sur les associations et au principe fondamental de laïcité de 1905 .

Tels étaient les accords , aujourd’hui piétinés , desquels ils ne dérogeront pas !

L’autosatisfecit du E-communiqué** du Diocèse de France en date du 11 février 2020 en atteste irrévocablement .

D’autant que , de surcroît , ils restent  toujours dans l’attente du réveil des paroisses arméniennes apostoliques de France qui ne cessent lâchement de jouer à l’autruche , comme si elles n’étaient pas concernées par l’ostracisme résérvé aux seuls  niçois , elles dont les statuts ne sont pas conformes aux statuts-type paroissiaux  et qui se taisent honteusement , sans lever le petit doigt , afin de ménager le confort douillet de leur petite boutique et/ou protéger le cimetière des éléphants diocésain !

Plus d’une année après cette ré-consécration fêtée dans l’allégresse et bénie  par SAINT-ETCHMIADZINE  à grands coups d’ostensoir et d’encensoir , il nous fallait désigner les ultimes manigances  et volte-faces de cette chronique en eaux troubles afin de dénoncer les  rouages parjures de ce pastis et se préparer à reprendre la lutte , y compris au plan judiciaire ,  contre tous ceux , Maitre et valets , qui rêvent de mettre la main sur nos libertés de citoyens français, notre église , notre presbytère et le Complexe Barsamian , fleurons tant convoités de notre communauté .

Et assurer particulièrement la protection de la laïcité de notre école sous contrat d’association avec l’Etat qui ne saurait tomber dans les mains des religieux pour devenir une madrassah !

A Nice , en tous cas , la foi ne pourra pas triompher de la loi et nous reléguer aux marges de la république en laissant les prêtres s’approprier nos biens les plus précieux , commander , représenter et guider des fidèles considérés comme une minorité confessionnelle à part , comme à l’époque ottomane !

Tels sont les véritables enjeux de ce Grand Bluff tragico-ubuesque qui a oublié que Nice c’est la France  !

Lutter pour redorer le blason terni de la Sainte Eglise Apostolique Arménienne contre ses ennemis de l’intérieur , fussent-ils ses plus hauts représentants , c’est  aussi une Révolution destinée à protéger le premier  Etat chrétien au monde à laquelle  les fidèles niçois de la Madeleine ont pris et prendront leur part .

Pour l’essentiel et pour ceux qui en doutaient , que cela plaise ou pas , en l’église Apostolique  Arménienne  SAINTE-MARIE , 281 boulevard de la Madeleine à Nice , sanctuaire historique ouvert à toutes les bonnes âmes sans exception depuis 1928  en toutes circonstances , pour le meilleur et pour le pire , envers et contre tout , n’a jamais cessé de souffler  l’Esprit Saint , cette chose  impalpable  et indéfinissable , venue Dieu seul sait d’où , qui fait  communier , dans l’amour du Christ  , les vivants et les morts avec Foi , Espérance et  Charité  .

Nos parents bâtisseurs nous l’avaient confiée comme leur Bien le plus Sacré  à préserver pour l’éternité  .

A Nice , nous avons su hier et nous saurons demain en être dignes .

Nous prions le DIEU du ciel , là-haut , qui voit tout , qui sait tout , qui décide de tout , y compris  de notre longue  humiliation , pour que la Sagesse , la Concorde et la Grâce  inspirent les prières , les pensées et les actes de sa Sainteté afin que le Pardon chrétien l’emporte définitivement  sur les petites ambitions et les petits égoismes des  petites élites  qui volent en escadrille en souffrant qu’on leur résiste .

C’est toujours un grand malheur quand le dogmatisme religieux menace la citoyenneté républicaine , quand le droit canon apostolique arménien s’échine à primer la loi , quand le sacré s’abîme dans la cuisine politique et quand l’obscurantisme cherche à supplanter les Lumières  . 

A vrai dire quand l’Avoir cherche à l’emporter sur l’Être …….

                                                      LE  COMITE  AVARAIR  451 

                          Le 30 juillet 2020

* « Tartuffe » de Molière – 1669 :

     « Le scandale du monde est ce qui fait l’offense ,

     Et ce n’est pas pécher que pécher en silence « .

** voir Communiqué E-bulletin du Diocèse de France de l’EAA du 11 février 2020 ( n° 2  vol. 7 ):

« Le Conseil diocésain est heureux de vous informer de la signature le 5 février dernier , des statuts en vigueur du Diocèse de France de l’Eglise Apostolique Arménienne par l’Association cultuelle de l’Eglise arménienne Sainte-Marie de Nice . Dans un courrier adressé au Conseil Diocésain à la même date ( le 5 février 2020 ) , l’Association Cultuelle de l’église arménienne Sainte-Marie précise qu’elle soumettra à l’assemblée générale extraordinaire de ses membres prévue le 1er mars , pour adoption , les statuts proissiaux qui lui avaient permis en 2006 d’accéder à son intégration dans l’Union Diocésaine , dans l’attente des nouveaux statuts diocésains et paroissiaux qui seront proposés par le Conseil Diocésain à l’ensemble des Paroisses de notre Eglise en France . Le Conseil Diocésain salue avec satisfaction ces démarches qui marquent une avancée notoire vers la normalisation de la situation de notre Sainte Eglise apostolique arménienne à Nice « .

26 juin 2020

Aphorisme du jour (10)

Filed under: APHORISMES,APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 10:46

abeilles ailes alveole bandes

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Allégeance aux lobbys vaut nouvel esclavage : esclavage alimentaire, esclavage pharmaceutique, esclavage médiatique, esclavage énergétique, esclavage écologique…

 

*

Madame, Monsieur,

Bayer-Monsanto, Syngenta-ChemChina et les grandes multinationales de l’agrochimie ont mis leurs lobbys en ordre de bataille pour prendre le contrôle des procédures d’homologation et de régulation des pesticides au niveau européen – pour être sûres à 100 % que leurs produits continueront à être vendus massivement dans les pays de l’Union européenne…

…malgré la grande extinction en cours des abeilles et des pollinisateurs essentiels…

…et aux dépens de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire l’ensemble des pesticides tueurs d’abeilles en Europe et dans le monde !

En ce moment même, une réforme de la procédure d’évaluation de la dangerosité des substances actives contenues dans les pesticides, sur les abeilles et autres pollinisateurs, est en cours à Bruxelles : les lobbys de l’agrochimie tentent à tout prix d’y imposer leurs propres protocoles, et face à eux une poignée d’ONG, dont POLLINIS, lutte avec acharnement pour leur faire barrage.

Nous avons besoin de toute l’aide possible pour les stopper avant qu’ils n’obtiennent gain de cause et que cette prise de contrôle par les firmes ne précipite l’extinction massive de la biodiversité et ne compromette la survie des générations à venir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne en cliquant ici, et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

► JE SIGNE LA PÉTITION

Comment en est-on arrivés là ?

En 2010, sous la pression des scientifiques et face à l’extinction effrayante des insectes pollinisateurs, l’Europe reconnaît que les tests utilisés pour mesurer les effets des pesticides sur les insectes avant d’en autoriser la vente sont devenus complètement obsolètes.

Ils ne permettent plus de mesurer les effets résultant de modes d’action incroyablement subtils et redoutablement efficaces des nouvelles molécules répandues en quantités industrielles dans tous les pays de l’Union.

Pour rappel, certaines molécules utilisées comme insecticides sont aujourd’hui, à dose égale, jusqu’à 7 000 fois plus toxiques pour les abeilles que le fameux DDT déjà interdit depuis des décennies !

En application du règlement européen No 1107/2009 qui prévoit que les produits chimiques mis sur le marché ne doivent pas avoir d’effet « inacceptable » sur l’environnement, et par souci de mise à jour, la Commission européenne demande alors à l’EFSA, l’autorité européenne de sécurité des aliments, d’adapter le processus d’évaluation aux dernières connaissances scientifiques et d’adopter des « tests abeilles » plus intégratifs des effets potentiels  – pour s’assurer que les effets délétères des molécules soient sérieusement évalués AVANT d’autoriser la vente des produits et AVANT qu’on les retrouve partout dans les campagnes, les sols, et les nappes phréatiques… jusque dans nos assiettes et dans l’air que nous respirons !

Un groupe composé des meilleurs experts est aussitôt formé.

Ils rendent leurs conclusions deux ans plus tard (1) et proposent la mise au point de nouvelles lignes directrices, le «Bee Guidance Document », basées sur une approche scientifique plus intégrative – pour des tests abeillesvraiment pertinents. (2)

Les instances européennes les approuvent : mais les lobbys de l’agrochimie vont en décider autrement…

Ils ont appliqué eux-mêmes ces nouveaux « tests abeilles » dans leurs labos sur plus de 150 de leurs pesticides en circulation.

Les résultats sont catastrophiques : 79 % des herbicides testés… 75 % des fongicides… et 92 % des insecticides ne passeraient pas le premier niveau de tests en laboratoire (3) : pour les firmes, cela impliquerait non seulement d’investir dans de coûteux tests supplémentaires…

… mais surtout, de prendre le risque qu’une grande partie de leurs pesticides ne soient pas autorisés sur le marché européen, car trop dangereux pour les abeilles à miel ! 

Pour les multinationales de l’agrochimie, ces résultats sont sans appel : adopter une approche intégrative avec  des «tests abeilles » mieux adaptés permettant de mesurer la toxicité réelle de leurs produits sur les abeilles, les bourdons, ou d’autres pollinisateurs indispensables à nos écosystèmes, reviendrait à se priver du jour au lendemain de leur principale source de revenus.

Elles mobilisent alors toute la puissance de leurs lobbys pour s’opposer à l’adoption des lignes directrices :

>> critique de l’approche scientifique utilisée par les experts réunis par l’EFSA, chantage à la délocalisation… financements académiques et scientifiques de grande ampleur pour blanchir leurs produits et abaisser les niveaux de protection… argumentations biaisées sur les menaces bio-invasives, promettant un « retour à une agriculture du Moyen-Âge » et aux grandes famines… infiltration des comités scientifiques et consultatifs qui travaillent avec la Commission européenne et les États membres et qui participent aux décisions concernant les pesticides…<<

Un arsenal de techniques très élaborées, qui leur permet de mettre une pression sans précédent sur les responsables politiques…

Résultat : le Bee Guidance Document et ses « tests abeilles » ont été soumis pour approbation finale plus de 30 fois de suite au SCoPAFF (le Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale), un comité européen réunissant des représentants des États membres, sous la présidence de la Commission européenne.

> Ils ont été rejetés à chaque fois, sans qu’on puisse savoir pourquoi, et sans caméras, permettant ainsi aux États membres de garder leur vote secret. (4)

Il faut se rendre à l’évidence :

Les autorités censées contrôler les pesticides et protéger les citoyens européens se retrouvent impuissantes face aux firmes industrielles désireuses de continuer à vendre leurs produits toujours plus élaborés et dangereux – et engranger le plus longtemps possible les bénéfices colossaux liés à ce commerce.

Ça ne peut plus durer comme ça. S’il vous plaît, signez la pétition européenne et faites-la passer autour de vous à tous ceux qui pourraient se mobiliser.

► JE SIGNE LA PÉTITION

Faut-il rappeler les effets en cascade de cet effondrement de la biodiversité ?

– Chaque année en France plus de 80 000 tonnes de pesticides sont déversés dans nos campagnes ; (5)

– 73 à 80 % des insectes volants ont déjà disparu de nos territoires au cours des 30 dernières années (6) ; la moitié des papillons en vingt ans (7) et les abeilles et autres pollinisateurs sauvages meurent par milliards chaque année ;

– un tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; (8)

– la diversité des plantes à fleurs est en rapide déclin faute de pollinisation sur plus de 80 % des sites étudiés au Royaume-Uni et aux Pays-Bas (9), et une plante sur cinq est désormais menacée d’extinction… (10)

Va-t-on rester les bras croisés pendant que ce cataclysme silencieux se déroule dans nos campagnes, mettant directement en péril la biodiversité et l’avenir des générations futures ?

IL FAUT AGIR VITE !

Pourtant… Le 11 mars 2019, sous couvert d’une mise à jour scientifique, la Commission européenne a demandé officiellement à l’EFSA d’ajuster l’approche scientifique permettant de mesurer l’effet catastrophique des nouvelles molécules de pesticides sur les abeilles et la biodiversité

… et de bien vouloir reconsidérer les niveaux de protection déterminant les seuils de toxicité, afin qu’ils coïncident avec les demandes des firmes agrochimiques elles-mêmes – Bayer-Monsanto, Syngenta-ChemChina, BASF, Dow Agrosciences et autres multinationales qui retirent plusieurs centaines de millions d’euros par an de la vente de ces pesticides ! (11)

C’est une trahison insupportable des autorités censées nous protéger.

Et l’objectif est clair : garantir le plus longtemps possible les intérêts à court terme d’une petite caste de multinationales aux lobbys trop puissants.

Depuis, une réforme est en cours à l’EFSA pour affiner l’approche scientifique et déterminer les critères et les outils permettant d’évaluer la dangerosité des pesticides sur les abeilles et autres pollinisateurs.

Notre équipe, qui fait partie du comité consultatif de l’EFSA en tant que représentants de la société civile, a formulé des recommandations qui reprennent celles émises par les scientifiques en 2013… (12)

… mais de leur côté, les représentants d’intérêts de l’industrie poussent de toutes leurs forces pour affaiblir les niveaux de protection, ce qui faciliterait la commercialisation de leurs produits… (13)

… et qui permettrait peut-être la mise sur le marché et l’utilisation à grande échelle en agriculture de pesticides dangereux pour les pollinisateurs !

Pour que la voix et les recommandations de la société civile pèsent plus lourd dans la balance que les demandes des firmes en quête perpétuelle de nouveaux profits, nous avons besoin de la participation d’un maximum de personnes :

s’il vous plaît, rejoignez dès maintenant la mobilisation pour faire pression sur la Commission européenne et l’obliger à refuser tout affaiblissement des procédures d’homologation des pesticides établies par l’EFSA en 2013

…et d’adopter immédiatement le document d’orientation et ses « tests abeilles », largement recommandé par l’ensemble des EXPERTS SCIENTIFIQUES du monde académique– pour retirer une fois pour toutes les pesticides tueurs d’abeilles de nos territoires avant qu’il ne soit trop tard, et enrayer l’extinction de la biodiversité.

Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant ici !

► JE SIGNE LA PÉTITION

Pas de compromissions, pas de petits arrangements :

Il n’est pas admissible que les autorités censées protéger l’intérêt général se plient aux desiderata d’intérêts privés – au détriment des pollinisateurs, de l’environnement et de l’équilibre de la chaîne alimentaire…

Il est temps de leur rappeler que, dans une démocratie, ce sont les citoyens qui décident, pas les entreprises !

Malgré la force de frappe phénoménale déployée par les lobbys de l’industrie agrochimique, nous, citoyens européens alarmés par le déclin dramatique des pollinisateurs et ses conséquences directes sur nos vies, avons un atout majeur : c’est bien sûr notre nombre.

C’est pourquoi il est si important qu’un maximum de personnes signent la pétition pour l’adoption immédiate des « tests abeilles » qui permettent de préserver les pollinisateurs et l’ensemble de la chaîne alimentaire face aux pesticides les plus toxiques.

► JE SIGNE LA PÉTITION

Si ce n’est pas déjà fait, SVP ajoutez votre signature, et surtout : n’oubliez pas de transmettre cet email le plus largement possible autour de vous.

De trop nombreuses personnes ignorent encore les tractations lugubres qui ont lieu en ce moment même à Bruxelles, et qui pourraient sonner le glas des abeilles et de milliers d’espèces de pollinisateurs sauvages dans les années à venir.

Beaucoup croient qu’on peut compter sur les autorités sanitaires et environnementales pour nous protéger, et garantir la sécurité de nos aliments et de l’environnement.

Malheureusement, cette affaire montre bien les failles béantes du processus, dans lesquelles les firmes les plus puissantes peuvent s’engouffrer à merci pour imposer leur loi – et leurs produits toxiques ! – à tout un continent.

Aidez-nous à diffuser cette info à un maximum de citoyens, pour les alerter sur le coup de force anti-abeilles des lobbys à Bruxelles, et les rallier à nos côtés…

… pour opposer, face aux multinationales agrochimiques qui se pensent toutes-puissantes, une force unie et déterminée de plusieurs centaines de milliers de citoyens  – peut-être même un million, si chaque personne fait l’effort de diffuser ce message autour d’elle.

Alors s’il vous plaît, aidez POLLINIS à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l’Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys de l’agrochimie qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l’avenir même de la nature, pour satisfaire leurs profits immédiats.

Pour que, non seulement le niveau de protection des tests pour l’homologation des pesticides préconisé par les scientifiques en 2013 ne soit pas affaibli, mais que les tests intégratifs qui permettraient une vraie protection des pollinisateurs soient adoptés immédiatement !

Signez la pétition, et transmettez cet email à un maximum de personnes autour de vous.

► JE SIGNE LA PÉTITION

D’avance, merci !

Nicolas Laarman

Délégué général

POUR ACCÉDER À LA PÉTITION, CLIQUEZ ICI

Références :

  1. EFSA Panel on Plant Protection Products and their Residues (PPR). (2012). Scientific Opinion on the science behind the development of a risk assessment of Plant Protection Products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees). EFSA Journal, 10(5), 2668.

  2. EFSA Guidance Document on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees) EFSA Journal 2013;11(7):3295

  3. Miles, M., Alix, A., Becker, R., Coulson, M., Dinter, A., Oger, L., … & Weyman, G. (2018). Improving pesticide regulation by use of impact analyses: a case study for bees. Conference paper. Hazards of pesticides to bees, 13th international symposium of the ICP-PR Bee protection group, October 2017, Valencia (Spain), Julius-Kühn-Archiv, (462), 86-90.

  4. RAPPORT DE POLLINIS SUR LE BLOCAGE AU NIVEAU EUROPÉEN DES « TESTS ABEILLES » – POLLINIS 05.2019

  5. La QSA totale, tous produits et usages confondus, est de 85 876 tonnes en 2018LE PLAN ECOPHYTO EN 2018-2019 EN BREF ,JANVIER 2020

  6. Hallmann, C. A., Sorg, M., Jongejans, E., Siepel, H., Hofland, N., Schwan, H., … & Goulson, D. (2017). More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PloS one, 12(10), e0185809.

  7. Van Swaay, C., Van Strien, A., Harpke, A., Fontaine, B., Stefanescu, C., Roy, D., … & Švitra, G. (2013). The European grassland butterfly indicator: 1990–2011. Published by the European Environment Agency

  8. Inger, R., Gregory, R., Duffy, J. P., Stott, I., Voříšek, P., & Gaston, K. J. (2015). Common European birds are declining rapidly while less abundant species’ numbers are rising. Ecology letters, 18(1), 28-36.

  9. Biesmeijer, J. C., Roberts, S. P., Reemer, M., Ohlemüller, R., Edwards, M., Peeters, T., … & Settele, J. (2006). Parallel declines in pollinators and insect-pollinated plants in Britain and the Netherlands. Science, 313(5785), 351-354.

  10. Willis, K.J. (ed.) 2017. State of the World’s Plants 2017. Report. Royal Botanic Gardens, Kew.

  11. Mandate to EFSA to revise the Guidance on the risk assessment of plant protection products on bees, European Commission 03.2019

  12. TESTS ABEILLES : POLLINIS FACE À L’AGROCHIMIE AU SEIN DU COMITÉ CONSULTATIF DE L’EFSA – POLLINIS 10.2019

  13. ECPA (2017). Proposal for a protective and workable regulatory European bee risk assessment scheme based on the EFSA bee guidance and other new data and available approaches. 39p., voir en particulier p. 9 

  14. PESTICIDES ET POLLINISATEURS : LA COMMISSION ET LES ÉTATS MEMBRES SONT-ILS EN TRAIN DE CÉDER AUX PRESSIONS DE L’AGROCHIMIE ? – POLLINIS 07.2019

2 mai 2020

MESSAGE EXCEPTIONNEL DU PAPE FRANÇOIS,

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 9:40

 

*

En vieillissant et devenant plus sages, nous réalisons lentement que :

– Une horloge de 3000€ marque le même temps qu’une montre de 30€.

– La solitude dans une maison de 70m2 ou de 300m2 est la même.

J’espère qu’un jour vous réaliserez que votre bonheur intérieur ne vient pas des choses matérielles du monde.

Peu importe si vous voyagez en première classe ou en classe  économique, c’est le même tarif si l’avion tombe.

J’espère que vous réalisez que lorsque vous avez des amis et des frères et sœurs avec qui parler, rire et chanter, c’est le vrai bonheur.

Cinq faits indiscutables de bonheur :

 1 – Ne pas éduquer vos enfants à être riches, les éduquer à être heureux,

afin qu’ils voient la valeur des choses et non leur prix.

2 – Mangez votre nourriture comme si c’était votre médicament,

autrement vous devriez prendre votre médicament comme s’il s’agissait de nourriture.

3 – La personne qui t’aime ne te quittera jamais. Même s’il y a 100 raisons d’abandonner, vous trouverez une raison de rester.

4 – Il y a une grande différence entre être un humain et être humain. Très peu le comprennent.

5 – Vous êtes aimés quand vous êtes nés et vous serez aimés quand vous mourrez. Entre les deux cela dépend de vous.

Les six meilleurs médecins du monde:

Lumière du soleil, repos, exercice, régime, confiance en soi et… amis.

Garde-les pendant toutes les étapes de ta vie et profites-en pour une  vie saine.

C’est difficile un être humain :

il ne demande pas à naître, il ne sait pas vivre et il ne veut pas mourir !!!

Le meilleur cadeau que vous pouvez donner à quelqu’unest votre temps et il faut TOUJOURS en donner à la famille ou à un bon ami.

Prenez le temps d’envoyer ce message à au moins un membre de votre famille ou un à bon ami. 

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.