Ecrittératures

25 juin 2017

Ce qui arrive dans votre corps 30 mn après avoir bu un Coca

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 10:37

Unknown

 Lien de l’article : Santé Nature innovation

18/02/2013

5 Stars (note moyenne: 5,0 / 5)

Soleil, chaleur, gorge sèche. Votre main se referme sur la canette en fer-blanc, glacée, et constellée de petites gouttes d’eau. Vous faites pivoter l’anneau du couvercle… « Pshhht ! », c’est le soulagement. Le liquide pétillant s’écoule à flots dans votre gorge. Le gaz carbonique vous monte au nez,vous fait pleurer, mais c’est si bon ! Et pourtant…

Une dizaine de minutes plus tard

La canette vide, vous avez avalé l’équivalent de 7 morceaux de sucre ! [1] En principe, vous devriez vomir d’écœurement [2] Mais l‘acide phosphorique contenu dans la boisson gazeuse masque le sucre par un goût acidulé, donnant ainsi l’illusion de désaltérer. [3]

Après une vingtaine de minutes

Votre taux de sucre sanguin augmente brutalement, mettant une première fois votre organisme à l’épreuve.Votre pancréas s’emballe, sécrète de l’insuline en masse. Celle-ci est malgré tout vitale, elle seule peut permettre de transformer l’énorme surplus de sucre que vous avez dans le sang en graisse, ce que votre corps est mieux capable de supporter. En effet, il peut stocker la graisse, certes, sous forme de bourrelets disgracieux, mais provisoirement inoffensifs, tandis que le glucose est pour lui un poison mortel lorsqu’il est en haute dose dans le sang. Seul le foie est capable de stocker le glucose mais sa capacité est très limitée.

Après une quarantaine de minutes

La grande quantité de caféine présente dans le Coca est entièrement absorbée par votre corps. Elle dilate vos pupilles et fait monter votre pression sanguine. Au même moment, les stocks de sucre dans votre foie saturent, ce qui provoque le rejet du sucre dans votre sang.

Après ¾ d’heure

Votre corps se met à produire plus de dopamine. Il s’agit d’une hormone qui stimule le « centre du plaisir » dans le cerveau. Notez que la même réaction se produirait si vous preniez de l’héroïne. Et ce n’est pas le seul point commun entre le sucre et les drogues. Le sucre peut également provoquer une dépendance. A tel point qu’une étude a démontré que le sucre était plus addictif que la cocaïne. [4] Ce n’est donc pas un hasard si « l’accro » qui s’apprête à boire son Coca est aussi fébrile qu’un narcomane en manque. 

Après 1 heure

Vous entrez en chute de sucre (hypoglycémie), et votre niveau d’énergie, aussi bien physique que mental, s’effondre. Pour éviter cette cascade de catastrophes, la seule véritable solution est de boire de l’eau. 

« Je ne suis pas une plante verte ! »

 

Il est difficile de se remettre à boire de l’eau quand on s’est habitué pendant des années à des boissons sucrées ou du moins composées (café, thé, vin, bière…). On croit ne plus pouvoir se contenter du goût fade de l’eau. « Je ne suis pas une plante verte ! » ; « L’eau, c’est pour les bains de pied ! » s’amuse-t-on à dire à table en empoignant la bouteille de vin rouge. En réalité, le mal est souvent plus profond qu’une affaire de goût.

Les personnes qui rechignent à boire de l’eau sont souvent des personnes qui n’ont pas vraiment soif. Et si elles n’ont pas soif, c’est parce que, généralement, elles manquent d’exercice physique. Lorsque vous avez bien transpiré, au travail ou au sport, boire plusieurs verres d’eau n’est pas seulement une nécessité – c’est un suprême plaisir. Ma prévenante maman m’avait inscrit avec mon grand frère dans un club de judo. Nous étions quarante garnements dans une salle municipale de 30 mètres carrés éclairée au néon et garnie de tatamis, qui n’était aérée que par un étroit vasistas.

Après un intense échauffement où nous devions sauter, courir, puis faire des séries de pompes et d’abdominaux, le professeur nous faisait enchaîner les prises, combats debout et au sol, avant de terminer (c’était le meilleur moment !) par une grande bataille de « petits chevaux » où, monté sur le dos d’un camarade, il fallait précipiter les autres par-terre. A la fin du cours, rouges, soufflants, suants, nous nous élancions vers les vestiaires où se trouvaient, au dessus de grandes vasques attenantes aux urinoirs, des robinets-poussoirs d’où sortait de l’eau chaude mais, en ces moments, si savoureuse !

L’affreuse odeur des latrines n’empêchait aucun d’entre nous de s’en remplir l’estomac avec délice. Les plus pressés appliquaient directement leur bouche sur le robinet, tandis que les autres, plus civilisés, formaient une cuvette avec leurs mains et lapaient sans reprendre haleine le précieux liquide. Je n’ose penser à la quantité de mucus et de microbes qui s’échangeaient à cette occasion. Toujours est-il que je ne me souviens pas avoir jamais bu meilleure boisson que l’eau des cabinets de notre club de judo.

Pourquoi arrêter le Coca

Réfléchissez-y. Après l’effort, vous pouvez aussi avoir envie de boire un Coca-Cola ou une bière bien fraîche, mais vous vous rendrez compte que cela ne vous procure pas un plaisir aussi intense que l’eau. L’eau est le plaisir suprême quand on a vraiment soif, de même que, lorsqu’on a faim, lors d’une grande promenade en montagne par exemple, il n’y a rien de tel qu’un saucisson, qu’on ne touchera plus une fois rentré à la maison et repris le rythme habituel. Mais il n’y a pas que le plaisir. Boire de l’eau réduira votre consommation de toutes les substances néfastes qu’on trouve dans les sodas, à commencer par :

  • l’acide phosphorique, qui interfère avec le métabolisme du calcium, et cause de l’ostéoporose ainsi qu’un ramollissement des dents et des os ;
  • le sucre, facteur de diabète, maladies cardiovasculaires, inflammation chronique, arthrosecancer ;
  • l’aspartame : il y a plus de 92 effets secondaires liés à la consommation d’aspartame, dont les tumeurs cérébrales, l’épilepsie, la fragilité émotionnelle, le diabète ;
  • la caféine, qui provoque tremblement, insomnie, maux de crâne, hypertension, déminéralisation et perte de vitamines.

Sans compter que l’acidité du Coca-Cola est désastreuse pour les dents. Avez-vous déjà remarqué comme vos dents sont râpeuses après avoir bu du Coca-Cola ? Plus acide que le jus de citron, il peut-être utilisé pour décaper les pièces en métal (faites l’expérience de laisser une pièce sale de 50 centimes pendant une demi-heure dans un verre de Coca). L’émail de vos dents devient poreux, jaunâtre, grisâtre lorsque vous buvez souvent du Coca-Cola et c’en est la conséquence. Inutile enfin, de parler des effets sur l’obésité : surtout chez les enfants, la consommation de sodas augmente le risque de 60 %. Il n’y a aucune bonne raison de faire boire des sodas à vos enfants, sauf si vous voulez

  • augmenter leur risque de diabète ;
  • augmenter leur risque de cancer ;
  • leur créer une dépendance au sucre.

Alors voilà une bonne source d’économies en ces temps difficiles : ne plus laisser aucune boisson sucrée franchir le seuil de votre maison. Et réapprendre à boire de l’eau : commencez votre journée par boire un grand verre d’eau, avant même le petit-déjeuner. Vous ferez un merveilleux cadeau à vos reins, eux qui travaillent si dur à nettoyer votre sang toute la journée. Ils seront plus sains, plus propres, et vous vous sentirez en meilleure forme.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources de cet article :

[1] Sugar Stacks beverageshttp://www.sugarstacks.com/beverages.htm

[2] What Happens to Your Body Within an Hour of Drinking a Cokehttp://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2008/01/19/what-happens-to-your-body-within-an-hour-of-drinking-a-coke.aspx

[3] Coca-Cola une boisson dangereuse et cancérigènehttp://www.dangersalimentaires.com/2011/04/coca-cola-une-boisson-dangereuse-et-cancerigene/

[4] Intense Sweetness Surpasses Cocaine Rewardhttp://www.plosone.org/article/fetchArticle.action?articleURI=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0000698

Découvrez en plus ici : https://www.santenatureinnovation.com/ce-qui-arrive-dans-votre-corps-30-mn-apres-avoir-bu-un-coca/#VdDDtut508sEpFXc.99

23 juin 2017

Monsieur le Président : l’ibuprofène tue

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 8:35
Chers amis,
Avez-vous reçu le message ci-dessous de Xavier Bazin ?
Il est en train de faire un malheur sur Facebook et les réseaux sociaux avec plus de 100 000 partages en quelques jours !!
Il révèle que l‘Ibuprofène multiplie par 50 % votre risque de crise cardiaque après seulement une semaine !!
Mais rien n’y fait : l’ibuprofène reste le « traitement » le plus prescrit contre l’arthrose
… alors qu’il existe des remèdes naturels qui suppriment la douleur au moins aussi bien, sans les effets secondaires !
Vous et moi devons absolument nous mobiliser en urgence pour alerter tous nos contacts !
Alors s’il vous plaît, transférez le message ci-dessous à tout votre carnet d’adresse, cela peut-être une question de vie ou de mort.
Demandez-leur aussi de signer notre grande pétition adressée au Président Macron.
Emmanuel Macron est en train de subir le lobbying terrible de l’industrie pharmaceutique – son gouvernement envisage même de rendre 11 vaccins obligatoires.
Alors nous devons absolument faire contre-poids contre le tout médicament chimique qu’on veut nous préparer !
 
Je compte sur vous – et vous pouvez compter sur mon dévouement,
Laura Azenard

 

Ibuprofène : encore PIRE que ce qu’on pensait !

VOIR ICI

17 juin 2017

URGENT, A DIFFUSER

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 6:50

Parents et futurs Parents, LISEZ !

3880359-5832741

Vaccin : ils nous manipulent depuis le début !

Madame, Monsieur,

La nouvelle ministre de la santé veut rendre obligatoires en France 11 vaccins là où il n’y en avait 3.

Ils nous manipulent depuis le début !!

Nous sommes plus d’un million à avoir demandé le retour du vaccin DT-P (diphtérie, tétanos, polio).

Le Conseil d’Etat nous a donné raison.

Résultat : puisque le DT-P ne se trouve plus tout seul…

Ils décident de rendre tous les vaccins obligatoires !!

Les bouchons de Champagne doivent sauter dans tous les sens dans les laboratoires pharmaceutiques. Ça doit pétarader !!

De notre côté, nous avons cru à une plaisanterie de mauvais goût, une provocation gratuite. Cela paraissait fou. Impossible.

Mais c’est dans les journaux, les radios, les télévisions !!

Il faut nous LEVER D’UN SEUL MOUVEMENT POUR DIRE « NON, NON ET NON ! ».

Cette fois, c’est trop. Ils ne peuvent pas à ce point nous marcher dessus, nous écraser !!!

VITE, SIGNEZ LA PÉTITION CI-JOINTE POUR DIRE STOP !!!

TRANSFÉREZ CE MESSAGE PARTOUT AUTOUR DE VOUS !!!

Ils nous testent, pour voir où sont les résistances :

  • Si la loi passe, vous devrez vacciner votre enfant contre onze maladies dont l’hépatite B (potentiellement dangereux et totalement inutile pour la plupart des enfants).
  • Vous devrez donner à vos enfants des vaccins chargés d’aluminium (ces vaccins en contiennent forcément).
  • Vous serez de plus contraint de financer ces vaccins via l’assurance maladie obligatoire. « Le coût d’une telle mesure est estimé à 110 à 120 millions €/an », intégralement remboursé.

C’est de l’argent qui tombe directement dans la poche des laboratoires pharmaceutiques !

  • « Comment peut-on nous prendre à ce point pour des idiots ???!!!! Je suis tellement attristée et en colère. Quel pays !!!… », réagissait un auditeur de RMC ;
  • « Clairement c’est du totalitarisme », réagissait-on sur le site du journal 20 Minutes.
  • « Comment se fait-il qu’en Allemagne ou en Espagne, où les vaccins ne sont pas obligatoires, il n’y ait pas plus d’épidémie que chez nous ?! »

Le problème est que ces réactions, bien que nombreuses, resteront lettre morte sans une concertation, une action citoyenne groupée.

Pour montrer notre nombre et notre détermination, il est indispensable de faire monter le compteur de pétitions au maximum.

Il faut faire barrage démocratique !!!!

Agissez vite ! La Ministre de la Santé va décider avant le 8 août 2017, date butoir fixée par le Conseil d’Etat !!

Elle pourrait bouger dans les jours qui viennent !

C’est l’urgence absolue. Les associations de défense des citoyens n’ont que quelques jours pour :

  • Monter une conférence de presse
  • Réunir un million de signatures ou plus
  • Obtenir audience auprès du Ministère de la Santé
  • Monter les dossiers pour contrer les arguments des labos

Nous sommes démunis face au lobby pharmaceutique qui finance, à coup de millions, des « experts ».

Mais nous avons la solidarité, la force du nombre, l’union de millions de citoyens qui défendent l’intérêt général et la santé de leurs enfants.

Manifestez votre soutien concrètement en signant la pétition en ligne ici : http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

C’est le combat de David contre Goliath. Mais en nous unissant, nous pouvons renverser les puissants !!!!

Cela ne demande rien d’autre de votre part que d’ajouter votre nom à la liste de protestation.

Ne perdez pas une seconde pour signer et la diffuser par tout moyen. Vous êtes notre seul relais.

C’est notre dernière chance de bloquer l’offensive ; sinon, dans quelques semaines, nous pourrions nous réveiller avec l’interdiction de mettre nos enfants dans les écoles si nous ne leur imposons pas leurs onze vaccins obligatoires !!

Derrière, ce sont des milliers, ou au minimum des centaines d’effets indésirables graves qui se produiront. Mathématiquement, c’est une certitude. Cela pourra être chez vous, dans votre entourage, ou dans le mien.

Ne nous laissons pas faire !!!

Intérêt général ou énorme « conflit d’intérêt » avec les labos ?

Il n’y a pas de hasard :

  • Le Président du Comité de Vaccination, le Pr Alain Fischer est en lien étroit avec le laboratoire Sanofi dont il a reçu en 2013 le Prix “Sanofi-Pasteur”;
  • La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu dans le journal Le Parisien que « les industriels allaient gagner de l’argent avec cette mesure ».
  • Elle était au conseil d’administration (« board ») de deux laboratoires très impliqués dans les vaccins, Novartis et Bristol-Meyers Squibb, de 2009 à 2011 ;
  • Emmanuel Macron lui-même a publiquement bénéficié de l’intense soutien pour sa campagne de Serge Weinberg, président de Sanofi, principal producteur français de vaccins !

À peine élus, leur première mesure est de généraliser l’obligation vaccinale. C’est trop gros, c’est trop ÉNORME.

Ne vous laissez pas faire. Signez et faites signer la grande pétition d’urgence !!!

Un grand merci, je vous tiendrai au courant de la suite d’ici peu !!

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

******************************

Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

*****************************

15 juin 2017

Ibuprofen : encore PIRE que ce qu’on pensait !

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 7:57

Santé Corps Esprit de Xavier Bazin

Pour vous inscrire à la Lettre de Xavier Bazin, rendez-vous ici.

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Ce qui est train de se passer sur les antidouleurs et anti-inflammatoires est d’une gravité inimaginable.

On est en train de mettre en danger de mort les millions de personnes âgées qui souffrent de douleurs chroniques.

Vous-même, vous avez une cible sur votre tête, si vous avez des douleurs articulaires qui vous tenaillent (arthrose), des douleurs de dos quotidiennes (lombalgie), ou d’autres douleurs permanentes.

Et si vous n’êtes pas concerné personnellement, c’est forcément le cas d’un de vos proches – un frère, un parent, un ami de longue date – car l’arthrose touche à elle seule près de 10 millions de Français !!

Alors je vous en prie, aidez-moi à agir immédiatement et à faire connaître la vérité partout autour de vous, c’est TRES important !

L’Ibuprofen cause des crises cardiaques dès la première semaine

Une étude scientifique publiée en mai 2017 dans le prestigieux British Medical Journal vient de le révéler : l’Ibuprofen et les autres anti-inflammatoires augmentent considérablement votre risque de crise cardiaque en seulement quelques jours ! [1]

Dès la première semaine, votre risque d’infarctus :

  • Augmente de 48 % avec l’Ibuprofen ;
  • Augmente de 50 % avec le Diclofénac ;
  • Augmente de 53 % avec le Naproxène ;
  • Et de 58 % avec le Nofecoxib !

Notez bien que cette étude est la plus large jamais réalisée sur le sujet, avec près de 500 000 patients étudiés.

Mais attention : vous devez savoir que le lien entre anti-inflammatoires et crise cardiaque n’a rien de nouveau.

En 2004, le VIOXX, un puissant anti-inflammatoire avait été retiré du marché en catastrophe pour avoir causé plus de 30 000 morts par crises cardiaques en très peu de temps.

Mais il y a pire.

Sur le coup, les autorités américaines ont mis sur pied un comité d’experts internationaux pour évaluer l’ampleur des dégâts du Vioxx par rapport aux autres médicaments anti-inflammatoires, type Ibuprofen ou Diclofenac.

Et savez-vous ce que ces experts avaient révélé ?

Que TOUS les anti-inflammatoires sur le marché augmentaient sévèrement le risque de crise cardiaque [2], ce qui a été confirmé depuis par de nombreuses études. [3]

Et savez-vous qui est le plus à risque de mourir terrassé par une crise cardiaque ?

Les personnes âgées, bien sûr… à qui on prescrit pourtant massivement des anti-inflammatoires contre les douleurs articulaires !

Vous allez me dire : d’accord, mais il faut bien soulager la douleur !

C’est vrai… Mais c’est là que l’affaire devient encore plus scandaleuse :

La chondroïtine (naturelle) aussi efficace que les anti-inflammatoires dangereux !

Par un heureux hasard, une autre étude scientifique majeure a été publiée quelques jours seulement après celle sur les anti-inflammatoires – et ses conclusions sont ravageuses pour nos autorités de santé.

L’étude prouve qu’un remède naturel sans le moindre effet indésirable, la chondroïtine sulfate, est au moins aussi efficace contre l’arthrose du genou que les anti-inflammatoires classiques. [4]

Et là encore, vous devez savoir que cela n’a rien d’une annonce nouvelle

… Ce n’est qu’une nouvelle confirmation de ce qu’on savait depuis des années !!

Déjà en 2014, la grande étude « The Moves », présentée en juin 2014 au Congrès Européen annuel de Rhumatologie [5], avait démontré par a + b que ce remède naturel, avec la glucosamine était aussi efficace que les anti-inflammatoires contre les douleurs articulaires… mais sans provoquer de crise cardiaque ni de saignements de l’estomac !!

Aujourd’hui, la situation est claire :

  • D’un côté, vous avez les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) type Ibuprofen ou Diclofénac, qui soulagent la douleur au départ, mais au prix de lourds effets secondaires ;
  • De l’autre, vous avez 2 substances naturelles, la chondroïtine et la glucosamine, qui soulagent aussi bien la douleur sur la durée mais sans le moindre effet indésirable !

Cela paraît simple… mais…

… Savez-vous ce qu’a décidé de faire la Ministre de la Santé de l’époque ???

Marisol Touraine dérembourse le remède inoffensif !!!

En janvier 2015, la ministre de la Santé Marisol Touraine a décidé de dérembourser les remèdes naturels efficaces et inoffensifs – la chondroïtine et la glucosamine.

Oui, vous avez bien lu : elle a décidé de priver les malades les moins aisés d’un remède efficace qui ne provoque pas de crise cardiaque !!!

Les anti-inflammatoires comme l’Ibuprofen, eux, restent parfaitement remboursés et continuent d’être prescrits à tour de bras !

C’est tout simplement incompréhensible !!!

Est-ce que l’objectif était de « faire des économies » sur le dos des patients ?

Mais si c’était ça, pourquoi la même Marisol Touraine a-t-elle refusé de dérembourser les médicaments contre Alzheimer (qui coûtent 130 millions d’euros par an)…

… Alors que la Haute Autorité de Santé venait de déclarer officiellement que ces médicaments étaient inutiles et dangereux et avait demandé instamment au Ministre de les dérembourser !? [6]

On marche sur la tête, il n’y a pas d’autre mot !

Et le pire, le pire…

C’est que Marisol Touraine a récidivé, juste avant de quitter le gouvernement !!!

Mars 2017, Marisol Touraine en remet une couche contre les malades !

Je me rends bien compte que ce que je suis en train de vous dire paraît fou.

Mais c’est la stricte vérité.

Le 24 mars 2017, juste avant de partir, Marisol Touraine a publié un décret pour dérembourser un autre traitement naturel contre l’arthrose.

Il s’agit de la « visco-supplémentation », et cela consiste à injecter une substance présente naturellement dans l’articulation, à savoir l’acide hyaluronique.

C’est un traitement qui donne une grande satisfaction à de nombreux malades… et qui permet d’éviter une surconsommation d’anti-inflammatoires !

Mais voilà, en catimini, en pleine campagne présidentielle, Marisol Touraine a décidé de les « rayer de la carte »…

… Comme si elle voulait laisser le champ totalement libre aux médicaments anti-inflammatoires chimiques vendus par l’industrie pharmaceutique.

Faut-il rappeler que l’Ibuprofen est le second médicament le plus vendu en France, après le paracétamol ?

Faut-il vous préciser que les anti-inflammatoires chimiques rapportent des milliards chaque année à l’industrie pharmaceutique ?

Alors dites-moi, voulez-vous vraiment continuer comme ça ?

Voulez-vous vraiment vivre dans un monde où l’on privilégie les intérêts financiers des multinationales du médicament contre la santé des plus vulnérables ?

Si comme moi vous répondez NON, alors je vous invite à agir avec moi, immédiatement.

Trop c’est trop, interpellons ensemble le Président Macron

Contre cette situation invraisemblable, une femme courageuse a décidé de se lever et d’interpeller le nouveau Président de la République.

Il s’agit de Laura Azenard, elle-même victime d’arthrose de stade 3 à l’âge 40 ans, et qui a témoigné publiquement de l’incroyable efficacité des remèdes naturels.

Je vous retransmets ci-dessous intégralement son appel et vous demande de signer sa pétition et de transférer ce message à tous vos contacts et sur Facebook.

Nous ne pouvons pas nous laisser faire.

Je compte vraiment sur vous pour signer et relayer l’appel de Laura, que voici :

Je m’appelle Laura Azenard, j’habite Lyon et j’ai 44 ans.

J’ai décidé de prendre la parole, parce que la santé de milliers de personnes est en jeu.

Ma vie a basculé il y a plus de 4 ans, lorsque mon rhumatologue m’a annoncé que j’avais une arthrose du genou de stade 3.

Il n’a pris que 10 minutes pour m’expliquer ce qu’est l’arthrose : « une maladie dégénérative, irréversible qu’on ne sait pas guérir ».

Une maladie qui allait m’accompagnait jusqu’à la fin de ma vie.

Je n’avais plus qu’à prendre des médicaments anti-inflammatoires pour soulager la douleur et prier pour que les prothèses arrivent le plus tardivement possible.

Je suis rentrée chez moi abasourdie et une rapide recherche sur Internet m’a achevée. Les commentaires des malades sur les forums étaient désespérants :

  • « je ne dors plus à cause de mes douleurs » ;
  • « je n’ose plus me plaindre, je me sens tellement seul » ;
  • « j’ai été opéré du genou mais ça n’a servi à RIEN je souffre autant qu’avant ».

J’ai alors plongé dans la toute première dépression de ma vie.

Mais après quelques semaines, j’ai décidé de relever la tête, persuadée qu’il existait d’autres solutions.

Je me suis alors tournée vers les médecines douces que je ne connaissais pas du tout.

J’ai découvert la phytothérapie et les bienfaits des plantes, l’aromathérapieet le pouvoir des huiles essentielles, l’hydrothérapie et surtout, et une toute nouvelle façon de m’alimenter.

Ça a été spectaculaire.

Au bout de trois mois, le niveau de douleurs et de raideurs avait déjà diminué.

Et au bout d’un an, j’étais guérie !

J’ai recommencé à courir et à dévaler les escaliers sans la moindre douleur. J’ai même participé à la SaintéLyon, une course de 72 kilomètres, avec 2 500 mètres de dénivelé !

À ce moment-là, j’étais tellement heureuse que j’ai décidé de partager mon expérience à travers un blog et un livre et également des conférences à travers la France.

Ma seule volonté était alors de transmettre un message d’espoir auprès de tous les arthrosiques : « l’arthrose n’est pas une fatalité ! ».

J’ai alors rencontré des centaines d’arthrosiques qui ont vécu la même chose que moi et qui ont obtenu les mêmes résultats que moi, avec les mêmes méthodes.

Rien d’étonnant, quand on sait que ces solutions ont été validées par des centaines d’études scientifiques.

Ce qui est beaucoup plus choquant, c’est que personne ne m’en ait jamais parlé.

Pour des raisons de « gros sous », on prescrit d’abord aux patients des médicaments anti-inflammatoire dangereux, aux effets secondaires graves.

Le gouvernement a même décidé récemment de dérembourser deux thérapies naturelles pourtant efficaces contre l’arthrose, la chondroïtine-glucosamine et la viscosupplémentation.

Voilà pourquoi j’ai décidé d’agir contre ce véritable scandale sanitaire.

Après 65 ans, 75 % de la population est concernée par l’arthrose, cela veut dire que vous avez seulement une chance sur quatre d’y échapper !

Pourtant, personne ne vous dira comment vous soigner et éviter ces souffrances et la dégradation de votre qualité de vie.

Alors même qu’il existe des remèdes naturels efficaces, dont l’efficacité est prouvée, et conseillés par quelques médecins en pointe !

Voilà pourquoi j’ai décidé de lancer une grande pétition à l’intention du Président Marcron, que je vous demande de signer et de partager autour de vous.

Aujourd’hui, tous les patients devraient avoir le droit de savoir qu’il existe des alternatives fiables aux anti-inflammatoires dangereux !

  • Une alimentation hypotoxique riche en légumes et en bon gras, sans lait, sans gluten, sans cuisson à haute température comme l’a décrit le Dr Seignalet guérit l’arthrose dans 84 % des cas, ainsi que d’autres maladies chroniques et articulaires ;
  • Le curcuma, est aussi efficace que l’ibuprofène contre l’arthrose du genou ;
  • Un composé naturel, le MSM (méthyl-sulfonyl-méthane), réduit les douleurs de l’arthrose de 82 %, sans effet secondaire ;
  • L’harpagophytum, une plante africaine a les mêmes bienfaits anti-inflammatoires que les médicaments, sans les effets indésirables.

C’est grâce à ces solutions naturelles que j’ai réussi à me soigner, comme bien d’autres malades bien informés.

Alors je vous en prie, aidez-moi à mettre fin à ce scandale.

Aidez-moi à informer la population, et à redonner espoir aux malades.

Grâce à Internet et aux réseaux sociaux, nous pouvons être des millions à signer une grande pétition nationale et forcer les autorités à agir.

Signez cette pétition adressée au Président de la République maintenant, et partagez-la à tous vos contacts.

Nous ne devons plus nous laisser faire. Nous devons nous révolter en masse et forcer les autorités :

  • À cesser de dérembourser les médicaments naturels qui soulagent,
  • À revoir les recommandations officielles sur l’arthrose ;
  • Et à offrir une vraie prise en charge aux malades, pour leur permettre de guérir.

Il y a urgence !

Nous devons envoyer un message aussi fort que possible au Président Macron, avant qu’il ne soit lui aussi rattrapé par l’influence pernicieuse des lobbys.

Alors signez, partagez, transférer cette pétition, s’il vous plaît !

Je signe la pétition !

Au nom de tous ceux qui souffrent, je vous en remercie.

Laura Azenard

10 juin 2017

L’embrouille du cholestérol

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 6:42

distinguer-bon-cholesterol_0

 

Sur le cholestérol, vous avez probablement entendu tout et son contraire.

On nous dit qu’il y a le bon et le mauvais cholestérol, et puis dans la même phrase on ajoute : « Mais attention, ce n’est pas aussi simple ».

–  Ben oui, mais s’il est mauvais, ce cholestérol, on doit bien le faire baisser, non ?

–  Oui, mais attention c’est plus compliqué que ça…

Le cholestérol, c’est le flou artistique.

Mais ce flou ne serait pas dû au hasard.

D’après le Dr Jean-Paul Curtay, président de la Société de médecine nutritionnelle et auteur d’un dossier de référence sur le cholestérol [1], il s’agit d’une « embrouille médicale » orchestrée au détriment de notre santé.

Selon lui, « l’affaire Cholestérol », aurait été fomentée par un petit groupe de conspirateurs.

Leur objectif : vendre un maximum de statines, les médicaments anticholestérol

Leur problème : ces médicaments sont inutiles et dangereux

Leur solution : brouiller les pistes, faire en sorte que plus personne n’y comprenne rien.

Plus c’est gros plus ça passe, dit-on. Là, vous allez voir, c’est é-nor-me !!!!

À l’origine du « hold-up »

C’est dans une petite ville américaine proche de Harvard, Framingham, qu’a été menée à partir de 1948 une étude de long terme (poursuivie de nos jours) sur les facteurs de risques cardiovasculaires.

Elle a mis en évidence entre 1957 et 1971 quelque chose qui n’est aujourd’hui ni contesté, ni contestable : l’importance de l’hypertension artérielle dans les risques d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral (AVC).

En 1974, cette étude désigne le diabète comme facteur de risque. Et en 1977, le cholestérol. Mais l’étude souligne aussi l’effet protecteur d’un taux plus élevé de cholestérol HDL (High Density Lipoproteins), une nuance qui a été pendant longtemps passée à la trappe.

L’industrie pharmaceutique retient seulement que :

  • L’athérosclérose est due à une accumulation de cholestérol dans les parois artérielles

  • Il faut doser le cholestérol total

  • Le faire baisser s’il est élevé

Trois arguments fallacieux qui vont permettre de vendre un des médicaments les plus rentables de l’histoire : les anticholestérol appelés « statines ».

Un simple chiffre résume l’enjeu : l’anticholestérol Tahor a rapporté 130 milliards de dollars (cent trente milliards !!! je l’écris en lettres tellement c’est énorme) depuis son lancement en 1997… Cela méritait bien quelques arrangements avec la vérité !

Découvrez en plus ici 

9 juin 2017

Nouveau crime contre les plantes !

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 6:38

Chère lectrice, cher lecteur,

J’ai eu les larmes aux yeux en apprenant la nouvelle.

Un herbier français historique, vieux de 230 ans, appartenant au Muséum national d’histoire naturelle a été saisi et détruit par les services des douanes d’Australie au nom de la « biosécurité » [1].


Un herbier français historique, vieux de 230 ans, appartenant au Muséum national dhistoire naturelle a été incinéré par les services des douanes dAustralie au nom de la « biosécurité ».

Cet herbier avait été prêté par les scientifiques français à leurs confrères de l’herbarium de Brisbane dans l’État du Queensland (Australie).

Après de longues procédures administratives, l’autorisation fut accordée. L’herbier français partit pour l’Australie au mois de mars 2017 avec les précautions d’usage pour ce trésor du patrimoine mondial.

Mais voilà qu’en arrivant sur place, « il manquait des documents de quarantaine pour passer la douane [2] ».

Ces exigences ne concernent pas les plantes rares du XIXe siècle. Elles ont été conçues pour éviter l’introduction de microbes et de parasites dangereux pour l’environnement et l’agriculture d’Australie, dans le cadre du commerce international des fruits tropicaux et des animaux vivants !

Qu’à cela ne tienne, « le règlement, cest le règlement ».

Les douaniers estiment que les « papiers ne sont pas en règle ». Ils procèdent sur le champ à lincinération. Ces spécimens irremplaçables de plantes sont réduits en cendre.

« Une perte irréparable »

« Cest une perte irréparable », a expliqué Michel Guiraud, directeur des collections du Muséum [3].

« On a détruit les indices de la biodiversité dil y a deux cents ans, lesquels sont importants quand on veut étudier les changements climatiques. »

Bis repetita

Les douanes australiennes nen sont pas à leur coup dessai.

Elles ont détruit récemment, pour les mêmes raisons absurdes, un herbier contenant de très vieux spécimens récoltés il y a cent cinquante ans sur les sommets de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le long de la côte australienne. Des plantes rarissimes qui nexistent plus aujourdhui [4].

Ces plantes étaient d’une importance cruciale dans une zone de la planète particulièrement concernée par le changement climatique. C’est là, notamment, que se trouve la Grande Barrière de corail, d’une importance vitale pour l’avenir de l’humanité.

Les autorités australiennes rejettent la faute sur les autres

Bien loin de présenter ses excuses, le ministère australien de l’Agriculture et des Ressources en eau a déploré un « événement profondément regrettable », mais s’est empressé d’ajouter qu’il y avait une « responsabilité partagée », car les botanistes français auraient dû « se soumettre aux conditions dimportation [5] » !

Autrement dit, nos chercheurs du Muséum d’histoire naturelle sont supposés connaître la réglementation australienne en matière d’importation de fruits et légumes, et ils n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes si leur herbier a été détruit par les douaniers !

Devant l’absence de protestation de la part de nos représentants politiques, jai créé une page pour manifester directement notre indignation auprès des autorités australiennes.

Nous en avons assez de cette indifférence, de ce mépris pour les plantes qui, rappelons-le, fournissent à l’humanité depuis la nuit des temps son alimentation et ses médicaments (naturels).

Comment les autorités entretiennent la peur et l’ignorance vis-à-vis des plantes

Derrière ces gestes insensés, gravissimes et répétés de destruction, il y a évidemment une ignorance profonde, une peur même des plantes.

Cette peur est entretenue par les autorités, qui ne cessent de chercher à jeter le discrédit sur les plantes médicinales.

Rappelons que, dans la France de 2017 :

  • le décret de Vichy qui a abrogé le diplôme d’herboriste en 1941 na toujours pas été annulé. La France ne compte plus que 15 herboristeries, contre 23 000 pharmacies [6] ;
  • les cueilleurs de plantes sauvages sachant encore récolter a fumeterre, le gattilier, la scrofulaire, la bardane et l’achillée millefeuille, ne sont plus qu’une poignée ;
  • seules 30 plantes sont encore au programme en faculté de médecine, sur plus de 800 000 connues ;
  • il est toujours interdit dindiquer que le fenouil aide à la digestion, que le thym soulage la bronchite, et même que la camomille calme les nerfs et favorise le sommeil !

Persécutions permanentes

Les derniers herboristes en France en activité sont d’ailleurs régulièrement persécutés :

  • l’herboriste Jean-Pierre Raveneau, qui tenait une des dernières herboristeries de Paris, a été condamné l’an dernier à un an de prison avec sursis pour « exercice illégal de la pharmacie en récidive », pour avoir vendu des tisanes et des huiles essentielles [7] ;
  • Michel Pierre, de l’herboristerie du Palais-Royal à Paris, a lui aussi été condamné par un tribunal en 2013. La juge avait bien reconnu qu’il faisait « tout ce qui était en son pouvoir pour se conformer à la loi », mais celle-ci est contre les herboristes et ils sont donc automatiquement hors de la réglementation [8] ;
  • Natura Mundi, herboristerie en ligne des Pyrénées-Orientales, est actuellement harcelée par les agents de la DGCCRF.

L’herboristerie est devenue un métier de kamikaze

L’herboristerie est devenue une profession de kamikaze.

Au moindre prétexte, les stocks sont mis sous scellés. On inflige des amendes aux herboristes, qui doivent en plus s’attendre chaque matin à voir la brigade des fraudes débarquer chez eux et les obliger à détruire leur production.

La moindre mention absente ou excessive sur vos étiquettes, et vous êtes passible de poursuites.

Ce harcèlement est évidemment la cause du recul de la connaissance et de l’usage des plantes médicinales. Avec ce recul, l’ignorance et les peurs montent, et c’est ainsi qu’on en arrive à des catastrophes comme celle commise par ces douaniers qui ont évidemment « cru bien faire » en jetant au feu ces herbiers inestimables.

Faisons entendre notre voix !

Nous en avons assez de ce mépris qui déjà fait trop de mal à l’humanité et à la planète.

Joignez votre voix à la mienne pour exprimer votre volonté de défendre les plantes médicinales, en cosignant la lettre que j’adresse au ministère australien de l’Agriculture et des Ressources en eau.

MESSAGE COLLECTIF ADRESSÉ AU MINISTÈRE AUSTRALIEN DE L’AGRICULTURE ET DES RESSOURCES EN EAU, SUITE À LA DESTRUCTION DE DEUX HERBIERS ANCIENS IRREMPLAÇABLES.

Nos contemporains sont mobilisés par toutes sortes de causes humanitaires, politiques, économiques ou sociales valables.

Mais restaurer le lien entre l’humanité et les plantes est le fondement de tout le reste.

Participez à cette prise de conscience. Aidez-moi à rappeler que le monde végétal est à l’origine de tout. Nos enfants ne doivent pas finir, comme dans Wall-e, avec la dernière plante du monde ayant poussé dans une vieille chaussure.


Le film Wall-e raconte lhistoire dun robot qui sauve une jeune pousse dans un monde qui a perdu tout lien avec la nature. Agissons avant quil ne soit trop tard !

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

*********

Message à Daryl Quinlivan, ministre de l’Agriculture et des Ressources en eau d’Australie

Monsieur le Ministre,

Un herbier français vieux de 230 ans vient d’être détruit volontairement par les services des douanes d’Australie. Il avait été envoyé par des chercheurs français du Muséum national d’histoire naturelle à leurs confrères de l’herbarium de Brisbane.

Un événement similaire s’est produit avec un herbier ancien contenant des plantes rarissimes et parfois disparues récoltées en Papouasie-Nouvelle-Guinée et le long de la côte australienne il y a 150 ans.

Dans les deux cas, cette destruction a été opérée au nom de la réglementation sur les importations de fruits et légumes.

Informé de la situation, vous avez déclaré en substance que les « responsabilités étaient partagées » et que les botanistes français qui avaient expédié cet herbier n’avaient qu’à « se conformer à la réglementation » comme tout le monde.

En tant qu’être humain et en tant que personne connaissant les menaces qui pèsent aujourd’hui sur la nature, je tiens à vous exprimer mon profond étonnement devant une telle absence manifeste de prise de conscience.

Les spécimens anciens de plantes sont des témoins irremplaçables des conditions climatiques d’autrefois, permettant de mieux comprendre les évolutions actuelles et futures, ce qui est de la plus grande importance pour notre avenir collectif.

Plusieurs de ces spécimens de plantes appartenaient à des espèces aujourd’hui disparues que rien ni personne ne pourra désormais restaurer.

Une réaction appropriée aurait été de déplorer l’ignorance du monde végétal et de la valeur de ces documents historiques irremplaçables que sont les herbiers, de présenter les excuses officielles des autorités australiennes aux chercheurs français et, à tout le moins, de tout mettre en œuvre pour que ces catastrophes ne se produisent plus jamais.

Je vous le demande au nom de toute l’humanité, et au nom des générations futures.

En espérant que vous tiendrez compte de notre requête, je vous prie d’agréer, monsieur le Ministre, l’expression de ma plus haute considération.


************

Message TO Daryl Quinlivan, Secretary of the Department of Agriculture and Water Resources, Australia.

A 230-year-old French herbarium has been deliberately destroyed by the Australian Customs Service. This herbarium had been sent by French researchers from the National Museum of Natural History to their colleagues of the Brisbane Herbarium.

A similar event occurred with an ancient herbarium containing rare and sometimes extinct plants from Papua-New-Guinea and harvested along the Australian coast 150 years ago.

In both cases, this was done in accordance to australian regulations fruit and vegetables imports.

Informed of the situation, you stated in essence that « responsibilities were shared », and that the French botanical researchers who had sent this herbarium had to « comply with the regulations » like everyone else.

As a human being and as a conscious citizen aware of the threat on Nature, I would like to express my profound astonishment at this obvious lack of awareness.

Ancient plant specimens are irreplaceable witnesses to the climatic conditions of the past, enabling us to better understand the current and future evolutions, which are of the greatest importance for our collective future.

Many of these plant specimens belonged to species that have now disappeared and that nothing and no one can save.

An appropriate reaction would have been to deplore the ignorance of the vegetable world and the value of these irreplaceable historical documents, such as herbaria, to present the official apology of the Australian authorities to French researchers, and to take all measures necessary to make sure those disasters never happen again.

I ask you this in the name of all mankind, and in the name of future generations.

In the hope that you will take our request into account, I have the honor to present you the assurance of my highest consideration.

6 juin 2017

Lait de vache = poison pour l’homme ?

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 1:18

*

Voir aussi : Le lait, une sacrée vacherie 

29 mai 2017

LA DOSETTE QUI TUE A PETIT FEU

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 4:57

images

 

Alors que nous ne sommes que 2 à la maison qui buvons 3 cafés  par jour, j’ai calculé qu’on amortissait

une cafetière électrique moderne qui moud le grain d’un bon café…  en un peu plus d’un an.

Ces dosettes Nespresso, c’est cher, polluant et dangereux pour la santé. Mais c’est « pratique »

Vive ma vieille cafetière !
INFORMEZ VOS JEUNES et tous les autres ! !
Je suis sûr que votre café aura un autre goût après cette lecture ! ! !
Simplement pour votre information et … Bonne dégustation après tout ça !

Je suis une dosette. Je vous en fais voir de toutes les couleurs !

Le séduisant George Clooney en use avec délectation dans un feutré, idéalisé et fantasmé.

Mes 4 grammes de café sont habillés d’une robe d’aluminium à la couleur de votre choix chacun y trouve son café, selon son goût et son humeur.

Le paradis au bout des lèvres, avec son arôme et surtout sa fameuse mousse !

Le raffinement ! Le luxe à portée de tasse.

4 grammes de café à 0,40 EUR, ça nous fait pour 1000 grammes de café 100 EUR.

Oui, 100 EUR le kilo, c’est le prix du luxe, on ne va pas chipoter, ce serait petit.
Il faut, bien sûr, s’en donner les moyens.

Je ne fais pas dans la dentelle avec mes habits de lumière en aluminium.

J’ai besoin de beaucoup d’énergie électrique fournie par de belles centrales nucléaires ou de très efficaces centrales thermiques.

Pour 1 tonne d’aluminium, j’offre 4 tonnes de rejets sous forme d’arsenic, de titane, de chrome, de plomb, de vanadium, de mercure, bref, de magnifiques boues rouges qui par exemple, grâce à une superbe canalisation terrestre de 55 km, glissent depuis l’usine Altéo de Gardanne jusqu’à la grande bleue.

Et grâce à un autre beau tuyau de 7,7 km, je vais me balader, tenez-vous bien, jusqu’à 320 mètres de profondeur, tout au fond du canyon sous-marin de Cassidaigne dans le magnifique parc des calanques.

Tout ça, donne soif, je bois comme un trou de la bonne eau locale.

J’en suis quelque peu fier, bien sûr, même si mes amis chinois et brésiliens font beaucoup mieux !

Maintenant, je vous invite à faire un petit tour dans la tasse : Avec mes 1 000 tonnes de café par semaine, je suis le roi du marché !

Je fais ce que je veux. Je prends toutes les origines de café au cours le plus bas du moment. Je te mélange tout ça au mieux (au mieux financier, bien sûr).

De toute façon, je m’en sortirai toujours grâce aux arômes ajoutés.

Vous savez bien, cette petite note de noisette si subtile !

Pour la torréfaction, je suis le champion : 1000°C en 90 secondes quand les autres (traditionnels) font avec 200/220 ° en 20 minutes. Et toc, bingo !

Le pompon, c’est la mousse qui persiste plusieurs heures quand les autres ne tiennent que quelques minutes.
Là, la recette est secrète. Je vous en dis un peu, pas tout, juste un peu : un chouia de graisse animale, des additifs top secret, et c’est joué.
D’une manière générale, je me débrouille plutôt bien pour qu’on se souvienne de moi, car, malgré quelques tentatives poussives et gourmandes en énergie et en eau, je ne suis presque pas recyclé.
Comme ça, vous pouvez me retrouver un peu partout sur la planète.
J’aime bien les vortex océaniques, ça marche du tonnerre !
Franchement, « y’a photo » face, par exemple, aux petits producteurs du réseau « équitable » (pour ne parler que de ceux-là, car il y a bien d’autres petits producteurs qui ne font pas partie de ce réseau).

Ils disent, qu’eux vendent 20 EUR le kilo les grands crus de café d’Éthiopie, de Madagascar, du Pérou, d’Équateur, du Honduras… Ils disent aussi que, grâce au « réseau équitable », ils ont un toit, une dignité et qu’ils peuvent envoyer leurs enfants à l’école afin qu’ils soient instruits et qu’ils aient un meilleur avenir…
Mais, ont-ils vraiment besoin de lire, d’écrire, de calculer et de réfléchir alors qu’on le fait pour eux ?

Ah, j’oubliais !… J’ai aussi le record du plus grand taux de Furane.

Là, ne m’applaudissez pas car il arrive qu’on batte des records sans réelle volonté.

Une recherche sur internet vous apprendra que le Furane est une substance organique (produit intermédiaire utilisé dans l’industrie chimique comme solvant pour les résines lors de la production de laques et comme agglomérant dans la fonderie).

Volatile, lipophile et cancérigène pour le foie, le furane double de quantité lorsque le café ingéré provient de capsules plutôt que d’une cafetière classique, selon les scientifiques de l’université de Barcelone.

CAPSULES DE CAFÉ NESPRESSO : UNE DOSE DE CANCER À CHAQUE FOIS !

C’est à prendre ou à laisser

 

( Transmis par Michel Ch. Merci à lui)

26 mai 2017

SOS ABEILLES

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 2:07

tumblr_oh6o3ccd1x1tinz9xo1_500

ALERTE ! La Commission est en train de saboter l’interdiction des tueurs d’abeilles en France !

 

Madame, Monsieur,

Nous devons agir vite : sous la pression des lobbies de l’agrochimie, la Commission européenne est en train de saboter l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles votée par le Parlement français en juillet dernier.

Cette interdiction, annoncée comme une victoire définitive, a été arrachée de haute lutte par les associations, les apiculteurs et les citoyens, appuyés par quelques députés courageux, après des années de bataille au coude à coude contre les lobbies de l’industrie agrochimique, et une pression gigantesque sur les institutions politiques et parlementaires…

C’est une trahison insupportable de tous les principes démocratiques qui régissent notre pays, et une nouvelle preuve s’il en faut de la mainmise de l’agrochimie sur les décisions européennes au détriment des abeilles, de la nature, de notre alimentation à tous et de notre santé.

On ne doit pas les laisser gagner cette ultime bataille !

Faites pression sur les nouveaux ministres de la Santé, de l’Environnement, de l’Agriculture, et sur le premier ministre pour qu?ils résistent aux pressions de la Commission, et défendent la parole donnée aux citoyens !

Signez la pétition, c’est urgent

Le 20 juillet dernier, l’Assemblée nationale et le Sénat avaient adopté la loi « Biodiversité », qui prévoit une interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles à partir de 2018 (1).

Il ne restait plus qu’à signer le décret d’application (2) pour que l’interdiction soit définitivement adoptée – et qu’on arrête dans quelques mois de répandre dans les champs ces substances responsables de la mort de millions d’abeilles et de pollinisateurs sauvages…

Mais pour que le gouvernement puisse le signer, la Commission européenne doit donner son feu vert.

Une opportunité en or pour les multinationales de l’agrochimie, qui se sont engouffrées dans la brèche avec leurs bataillons de lobbyistes, pour convaincre la Commission d’empêcher l’interdiction des tueurs d’abeilles en France ? l’enjeu est énorme pour eux : une interdiction en France créerait un précédent qui pourrait ensuite être étendu à toute l’Europe.

Des milliards de profits en moins pour ces énormes multinationales !

Syngenta, Bayer et consorts ont submergé la Commission d’argumentaires juridiques dénonçant la non-conformité de l’interdiction votée en France avec la réglementation européenne (de manière assez grossière, les tueurs d’abeilles sont autorisés en Europe, donc ils ne peuvent pas être interdits en France…) et de messages d’exploitants agricoles subordonnés, enfermés dans un système agricole 100% dépendant de la chimie (3).

Pas une seule association de citoyens et de défenseurs de l?environnement n’a été consultée !

Résultat : les arguments de l?agrochimie sont repris quasiment mot-pour-mot dans un avis de la Commission européenne envoyé à la France le 3 mai dernier, tenu secret jusqu’ici et auquel nous avons eu accès.

Une véritable honte pour la démocratie !

Les ministres français de la Santé, de l’Environnement et de l’Agriculture, qui portent ce dossier, ainsi que le premier ministre, doivent maintenant répondre à ce sabotage en règle de l’interdiction votée par les parlementaires français.

Nous devons agir très vite, pour les empêcher de lâcher le moindre pouce de terrain face aux lobbies et à la Commission, et les obliger à maintenir coûte que coûte l’interdiction programmée des tueurs d’abeilles en France !

Sinon nos cinq années de lutte acharnée contre les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles seront rayées d’un trait de plume.

Il faudra repartir de zéro, et l’agrochimie aura de beaux jours devant elle pour faire fructifier ses bénéfices au détriment de la nature et du système alimentaire que nous lèguerons aux générations futures.

Sans pollinisateurs, ce sont plus de 80 % des fruits, légumes et plantes que nous consommons au quotidien qui disparaissent…  Ils sont LE maillon-clef de la chaîne alimentaire : ne les laissons pas disparaître sans réagir !

Les nouveaux ministres viennent de prendre leur poste : on ne sait pas encore quel sera leur positionnement vis-à-vis de l’industrie, mais on peut espérer au moins du ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot, après des années de défense de la nature, qu’il entende notre mobilisation !

Il ne pourra pas décider seul, c?est pourquoi il faut mettre tout de suite une pression maximale sur les trois ministres en charge ? Santé, Environnement, Agriculture ? et sur le premier ministre, dès à présent, pour qu?ils résistent à la menace de la Commission européenne et appliquent l?interdiction des tueurs d?abeilles prévue par la loi française !

Ce texte salutaire a été demandé par les citoyens, et adopté par leurs représentants : le sabotage de la Commission européenne est un intolérable déni de démocratie.

Aidez-nous à informer un maximum de personnes à travers tout le pays, et créer un véritable raz-de-marée de pétitions pour obliger les nouveaux ministres à maintenir l?interdiction des tueurs d?abeilles votée par l?Assemblée nationale et le Sénat :

1> Cliquez ici et signez la pétition

2> Transférez cet email à tout votre carnet d?adresses

C?est grâce à notre mobilisation que nous avons obtenu cette interdiction de la part de nos élus. Mobilisons-nous une nouvelle fois pour faire barrage à l?industrie agrochimique, et débarrasser enfin les cultures de ces pesticides qui déciment nos abeilles !

Merci d?avance pour votre action.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

 

JE SIGNE LA PETITION

 

(1) LOI n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages – Article 125 [lien : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=9CA5145946D163E444EBA9907F0A787E.tpdila12v_2?idArticle=JORFARTI000033016345&cidTexte=JORFTEXT000033016237&dateTexte=29990101&categorieLien=id]

(2) Projet de Décret relatif à la définition des substances actives de la famille des néonicotinoïdes présentes dans les produits phytopharmaceutiques [lien : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/b-devpxxxxxxx_-_decret_ce_neonicotinoides.pdf]

(3) Notification Detail – Decree on the definition of neonicotinoid active substances contained in plant protection products / Contributions [lien : http://ec.europa.eu/growth/tools-databases/tris/en/index.cfm/search/?trisaction=search.detail&year=2017&num=39&mLang=FR]

 

19 avril 2017

Action de POLLINIS

Filed under: APPEL à DIFFUSER,L'ACTU QUI TUE,Uncategorized — denisdonikian @ 8:33
CE Bulletin

bouton bulletin ok

Chère amie, cher ami,

La disparition massive des abeilles et pollinisateurs sauvages a beau être connue,…

… l’urgence à stopper cette hécatombe – qui met en danger les plantes à fleurs, la beauté de nos campagnes, les fruits et légumes, la diversité et la sécurité alimentaire – a beau être reconnue,…

… les mesures prises pour protéger les pollinisateurs restent dérisoires.

Quand elles ne sont pas carrément contre-productives.

Témoins, ces programmes de financement par la France et l’Europe de « bandes  fleuries » le long des grandes cultures – théoriquement pour améliorer la nourriture des abeilles qui ne peuvent plus se nourrir tout au long de la saison sur les zones de grandes cultures devenues de véritables déserts biologiques. (1) (2)

Or, il y a désespérément besoin des abeilles sauvages pour polliniser les gigantesques surfaces de colza ou de tournesols gavées de pesticides, et garantir la qualité et la quantité des récoltes. (3)

Résultat :

La « bande fleurie » se transforme en piège à pollinisateurs. Et les terres sont parfois tellement contaminées par les pesticides qu’on en retrouve jusque dans le nectar des fleurs soi-disant semées pour aider les abeilles. (4)

Les décisions aberrantes de ce type sont nombreuses, et ce pour une simple raison.

Elles ont l’apparence d’une solution et évitent aux pouvoirs publics de s’attaquer à la cause principale de la mortalité des pollinisateurs : le déversement massif de pesticides indispensables à l’agriculture intensive (5) (6) et la mainmise de l’industrie agrochimique sur les activités des agriculteurs, les monocultures et la disparition des haies et de la biodiversité.

C’est pour arrêter ces faux-semblants et cette politique de l’autruche dangereuse pour notre avenir à tous, que toute l’équipe de POLLINIS se bat inlassablement.

Dans notre Charte 2017 pour la Protection des Pollinisateurs, nous demandons :

1- L’interdiction de tous les néonicotinoïdes et pesticides tueurs d’abeilles – ancienne et nouvelle génération – pour arrêter d’urgence le déclin dramatique des pollinisateurs ;

2- La protection des droits des citoyens contre les abus de l’industrie agrochimique et le rejet de la Directive Secrets d’affaire qui exonère les multinationales de rendre des comptes sur les substances utilisées dans les champs ou les médicaments ;

3- La garantie que de nouvelles substances toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages ne seront plus mises sur le marché en exigeant des autorités sanitaires une contre-expertise systématique aux études remises par les entreprises agrochimiques pour l’homologation de leurs produits ;

4- L’accélération de la transition vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend en réaffectant les fonds dédiés actuellement pour soutenir à bout de bras l’agriculture industrielle au financement des agriculteurs qui souhaitent évoluer vers une agriculture propre et pérenne.

Ces dernières semaines, nous avons fait feu de tout bois pour soumettre cette Charte, et les arguments qui l’étayent, aux candidats à l’élection présidentielle. Pour qu’ils s’engagent à la mettre en œuvre.

Grâce à la formidable participation des sympathisants de POLLINIS, les candidats ont vu le nombre des électeurs les exhortant à s’engager à défendre les pollinisateurs gonfler inexorablement, semaine après semaine. Deux candidats, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont d’ores et déjà ratifié la Charte. Et d’autres prises de contact sont sur le point d’aboutir.

Je vous laisse découvrir toutes ces informations dans notre Bulletin, en cliquant ici.

bouton bulletin ok

Mais avant, je voudrais juste vous dire deux choses :

Toutes ces actions pour la protection des pollinisateurs et pour une agriculture qui les respecte, nous les mènerons aujourd’hui jusqu’au bout du second tour de la Présidentielle, demain à l’occasion des Législatives, et après-demain auprès de ceux qui feront la politique agricole de notre pays.

C’est pourquoi, par exemple, POLLINIS commence à initier les futurs ingénieurs agronomes à l’importance du contre-lobbying.

Et toutes ces actions, nous les menons uniquement grâce au soutien financier de donateurs comme vous.

Sans vous, sans votre soutien sans faille au combat, rien ne serait possible. Aussi, je tiens à vous remercier du fond du cœur, au nom de toute l’équipe de POLLINIS.

Pour renouveler votre soutien et permettre à POLLINIS d’intensifier ses actions en faveur des abeilles, de l’environnement, et d’une agriculture durable, respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend, vous pouvez faire un don tout en bas de la newsletter en cliquant ici.

Quel que soit le montant de votre contribution, sachez qu’elle sera une aide précieuse pour nous permettre de financer le travail de notre équipe, les grandes mobilisations citoyennes nécessaires pour faire barrage aux lobbies agrochimiques, ou encore les projets de conservation et protection de l’abeille qui ont désespérément besoin de financement.

Je vous remercie par avance pour votre soutien, et vous souhaite bonne lecture de notre Bulletin d’informations !

Nicolas Laarman
Délégué Général
POLLINIS

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.