Ecrittératures

30 janvier 2023

Aphorisme du jour (192)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 4:32
illustration de l echelle de gris de l homme barbu

Photo de Pixabay sur Pexels.com

*

Affamez un homme et il vous montrera autant ce qu’il est que ce que vous êtes..

29 janvier 2023

Aphorisme du jour (191)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 7:17

2019_025_07_07_00050

(OEuvre de D. Donikian)

*

Celui qui refuse toute soumission aux hommes pour ne répondre qu’aux ordres de Dieu est déjà un démon.

*

26 janvier 2023

Հայերը կամ ինչպես ազատվել նրանցից․․․

Filed under: APPEL à DIFFUSER,ARTICLES — denisdonikian @ 5:59

le-petit-parisien

Անցյալ դարի սկզբին շները վխտում էին Ստամբուլի փողոցներում։ Բարեսիրտ թուրքերի մեղքով, ովքեր դավանում էին մուսուլմանական հավատքին։ Նրանց օգնելու փոխարեն, վնաս էին հասցնում անմեղ ու անպաշտպան արարածներին, որ նշանակում էր Արարչագործությանը վնասել։ Ոչնչացման բազմաթիվ մեթոդներ առաջարկվեցին, դրանցից մեկը գազն էր։ 1910 թվին երիտթուրքերը որոշեցին արտաքսել դրանց Օքսիա կղզի։ Ջրից ու սննդից զրկված շները հոշոտեցին իրար։ Այսպես կարգավորվեց 60 000 և ավելի շների հարցը։ (Տես՝ «Հայկական ցեղասպանության փոքրիկ հանրագիտարանը», Գյոթներ, 2021 թ․, էջ 79, ինչպես նաև՝ Սերժ Ավետիքյանի «Շնային պատմություն» մուլտիպլիկացիոն կինոնկարը)։

Այսօր նույնպես, որոշ մարկանց համար հիգիենիկ մաքրագործումը  բանավեճ է հարուցում։ Դա կարող է փոխաբերություն համարվել հայկական ցեղասպանության հարցում։

Mutatis mutantis (Այն, ինչ պետք է փոփոխության ենթարկվի), այս մեթոդը և մտադրությունը նույնանում են այն հարցի հետ, որ հինգ տարի անց կիրառվեցին հայերի նկատմամբ։ Մաքրագործման ձևին ավելացել էր կրակի ու ջրի ոճրագործական կիրառումը, առաջ ընթանալու մանրակրկիտ վերլուծությունը, մինչև «կմախքայնության» հասնելը և հալածանքի հնարավոր բոլոր միջոցները, ընդհուպ ամենասատանայական գործողությունները, որ մարդ չի կարող երևակայել, թե հնարավոր է իրականացնել մարդու հանդեպ։ Որպես հարգանքի տուրք, այսպիսով, այն կարող է փոխարինվել Արարչագործության արհամարհանքով։ Փաստորեն անանուն դահիճը անհետանում է զոհի առջևից այն ժամանակից, երբ ոճիրը միավորում է անհրաժեշտ միջոցը՝ կիրառելով «բնական» սպանություն կամ քաղաքացիական սպանդ։ Բնական անմեղությունը՝ ոճրագործության զենք դարձրած․ կղզին, ջուրը, կրակը, ուտելու պահանջը և այլն։

Այսօր այն պահին, երբ գրում ենք, նույն մեթոդը և նույն մտադրությունը վեր են խոյանում մեր աչքի առջև իրենց մոխիրներից, այն էլ՝ նույն հայերի դեմ։ Ուրեմն, Օքսիայի մահաբեր մոլուցքի տեխնիկան, որ կիրառում ունեցավ Արցախի հայերի նկատմամբ, նույնքան պարզորոշ ու ահավոր է, ինչ, ընդհանրապես, միտումնավոր կերպով հայերին «շներ» որակելը։ Ոչ մեկին հասու չէ մտածել կարողանալ, որ երեկվա ոճրամիտ տեխնիկան կարող է այսօր նույնպես կրկին կիրառվել։ Մտայնությունների մեջ այսօր ակտիվանում են ծայրահեղ հիշաչարության ատելության չհագեցած մեխանիզմներ, որոնք անհարիր են մարդկային տիպարին։ Հաստատում ենք, որ մենք գտնվում ենք այնպիսի իրավիճակում, որտեղ նախկինները, իրենց ողջ ցեղասպանությամբ, միավորվել են, և չչարաշահելով լեզվական միավորը, ասենք, որ հաստատվում է անհերքելի մի իրականություն։

Վերապրած հայերը քաջ գիտակցում են դա։ Թշվառ արցախցիները, իրենց հայրենասիրական կրքի և մարդկային գիտակցության բաց-գործող վերքն են։ Ոճիրը դեռ ճիչ է արձակում նրանց հոգում՝ խիստ արթուն վիճակում, երբ կարծում էին իրենց տոկունության մեջ այն քնած է մոռացության ստվերում։ Մղձավանջը նորից հառնում է։ Եվ Մեծ ոճրագործները այնքան ուժգին ցինիզմով են տոգորված, որ ոչնչացնել են ուզում այսօր նորից ու նորից նրանց գաղափարները, ովքեր բարձրաձայն, և ուժգնորեն պահանջում են 1915 թվականի ցեղասպանության ընդունումը։ Այն պահանջը, որ պարզապես ուզում է խոսվի պատմական ճշմարտության և անարդարությունների ներխուժման մասին, որ ստեղծում են։

Բայց ներկայիս պահին, առավել ևս վաղը, հայերը իժերի կծիկի մեջ խեղդամահ են լինում։ Որքան Արցախը իր անմիջական պատմությամբ, այնքան էլ Հայաստանի ապագան նույնպես, բայց բոլոր նրանք, ովքեր սփյուռքում են ապրում, իրենց զգում են ահավոր դժվարին կացության մեջ, իրենց երկրի ոչնչացման շոշափելի հեռանկարով։ Եվ ով իմանա՝ գուցե նաև վաղը՝ որպես ժողովրդի։ Որպես ատելության հալածանքներ՝ իժերի կծիկը, որ արձակվում է ատելությամբ առանց ամոթ զգալու, ատահայտում է նրանց իրենց խորամանկություններով ու ստերով, տնտեսական ու ստրատեգիական շահերով, որ նույն նվագն են նվագում ընդդեմ մի փոքրիկ Հայաստանի՝ աշխարհագրական անբարենպաստ վիճակում գտնվող մի Հայաստանի, մի Հայաստանի, որն ամբողջովին մատնացույց է արված՝ զոհ դառնալու։ Այսօր հայերի գիտակցությունն է շնչահեղձ եղել։

Փաստացիորեն, հայկական իրավիճակի քաղաքական բացատրությունից բացի, հատկապես Լեռնային Ղարաբաղի և մասնավորապես, ընդհանուր առմամբ, Հայաստանի գեոստրատեգիական վախից բացի, գոյություն ունի չափագրված մի տարածք, որը խույս է տալիս գաղափարից անգամ և անհնարին է դարձնում խաղաղության հանդեպ տածած ձգտումը։ Դա ախտաբանական այն անդունդն է, որի մեջ ընկղմվել է ամեն տեսակի դիվանագիտություն՝ Հայաստանի և Ադրբեջանի տարաձայնության հետ կապված։ Այն չափով, որչափով, որտեղ գիտակցականության լեզուն հարաճուն ձևով առերեսված է ցինիկ խաբեբայությունների հետ։ Հարցն այն է, որ դեմոկրատական Հայաստանը մշտապես վերջնագիր է ներկայացնում, ձեռք բերելու փոխադարձ համաձայնության հող հոգեհիվանդ տիրակալների հետ։ Ֆոլամուր բժիշկներ՝ այրված հողերի, ողջակիզումների և աշխարհի կործանման հարող խարդախներ։

Այն ժամանակից, ինչ խոսակիցները չեն հենվում ընդհանուր ձևով ընդունված խոսակցության վրա, երկխոսությունը տուժում է՝ անընդհատ շեղվելով իր ճանապարհից։ Եթե մեկը ուղղամիտ է, իսկ մյուսը ստում է, եթե մեկը խաղաղության կողմն է հակվում, իսկ մյուսը պահպանում է իր գիշատչի դիրքը, եթե մեկը որպես զոհ է հանդես գալիս մյուսի ոճրագործությունների մեջ, խաղը նախապես է խարդախվում։ Իրականում բանակցությունների այս տեսակը դատապարտված է նմանվելու խուլերի երկխոսությանը, երբ բառերը չեն ընդգրկում նույն իրականությունը ոչ մեկի, ոչ մյուսի համար։ Եզրակացությունն այն է, որ խորհրդակցության խոչընդոտումը Հայաստանի և Ադրբեջանի միջև, հասցնում է պատմական հողի հասկացությանը, յուրաքանչյուր կողմը տալով այնպիսի իմաստավորում, որ համարում է իրեն հարմարավետ, յուրաքանչյուր կողմը մեղադրելով մյուսին կեղծիքի մեջ։ Հարցն այնքանով է կարևորվում, որքանով սահմանումը մոտենում է այս արտահայտությանը, երբ անընդհատ այդ հարցը դրվում է սեղանին։ Ինչպիսի՞ շարունակականություն է հարկավոր ժամանակի ընթացքում, որ իր հողի վրա ապրող ժողովուրդը կարողանա որակվել այդպիսին։ Հարցը վերաբերելով երկու երկրներին, անհրաժեշտ է դիտարկել, որ մշակութային նշանների չափավորումն ունի իսկություն, ինչպես օրինակ, քարերի վկայումը (գերեզմանատուն, եկեղեցիներ, հուշարձաններ), որոնք ոչ մի կասկած չեն թողնում չհաստատելու, թե այն հողերը, ուր ներկայումս ապրում են հայերը, իսկապես պատկանել են իրենց նախնիներին։ Որքան էլ Ադրբեջանը փութաջանություն է ցուցաբերում ամեն անգամ, երբ կարողանում է, կործանելով այդ վկայումները, ինչպես դա արեց Ջուլֆայում կամ Արցախում։ Կարելի է որոշ ժամանակ ուժ գործադրելով մեռցնել պատմական որևէ փաստ, բայց գալիս է մի ժամանակ, երբ խոսքը տրվում է պատմաբաններին, նշելու պատմությունն այնպես, ինչպես կա։

Ինչպես յուրաքանչյուրին է հայտնի, ամեն տեսակի բռնապետություն կողմնորոշում է գաղափարներն այն ուղղությամբ, որ իրեն հարմար է։ Քարոզչություն, որն աղավաղում է բառերի իմաստը, տալով դրանց քաղաքական արժեք։ Երեսուն տարի շարունակ Ադրբեջանը վարել է ուսուցանելով հակահայկական գրոհում։ Մի ամբողջ նվաստական ճոռոմաբանություն ամուր նստած է մարդկանց գլխում։ Վերափոխել «քաղաքական հողատարածքը»՝ «պատմական հողերով», սա մի օրինակ է միայն հազարավորների միջից։ Հակահայկական իմաստաբանությունը այսօր նյարդայնացնում է ադրբեջանական հասարակությանը։ Նույնիսկ քաղաքական խաղաղությունը չի կարողանա արմատախիլ անել չարիքը, որ խարսխված է ամենախոր կերպով մտայնությունների մեջ։ Ադրբեջանական հասարակությունը երկար ժամանակ մնալու է որպես հիվանդագին հասարակություն, ինչպես թուրքական հասարակությունը։

Ներկայիս անլուծելի խնդիրը, որին դիմակայում են բանախոսությունները, կարող է միավորվել անհնարին «պատմական հողեր» և «քաղաքական հողատարածք» հասկացության հետ։ Ինչ վերաբերում է Արցախին, Ադրբեջանը կարող է ձգտել քաղաքական օրինականությանը, սակայն ոչ՝ պատմական օրինականությանը։ Հայերի համար իրենց պատմական օրինականությունը հափշտակված է քաղաքական օրինականության կողմից, երբ 1921 թվին իրենից գողացել է Ստալինը։ Վերջիններիս ողջ նպատակը իրենց հողերի վրա հնարավորին չափ երկար ժամանակ կանգուն մնալն է։ Մինչև մահ կանգուն մնալ։ Այս ամենից հետո տեսնում ենք, որ Ալիևի աչքին այս հողատածքի նվաճումը ներկայացնում է իր զավթողամոլությունը, եթե ոչ՝ տիրակալ լինելու իր գոռոզամտությունը։ Հայերի համար մարտահրավերը գործում է այլ չափավորմամբ։ Սա արդեն գոռոզամտության հարց չէ։ Սա հգու առկայության հարց է։ Հոգու առկայության կողմից տրված ապացույցը բավական է Արցախը սահմանել որպես պատկանելի տարածք։ Քանի որ հայերը իրենց երկիրը համարում են հոգևոր հասկացության հողատարածք։ Սեփական հոգու հողատարածք։

Ֆրանսիայի հայ բարեկամներիցս մեկը փոխանցեց ինձ այս նամակը, որ երեկ էր ստացել Ստեփանակերտի մի բնակչից։ Ահա վերջին տողերը (ավելի համապատասխան մի թարգմանություն, քան գուգլինն է»․ «Դեկտեմբերի 12-ից 100 տոկոսով շրջափակված ենք։ Ոչ դեղորայք ունենք, ոչ առաջին օգտագորման տարրական իրեր, ոչ բանջարեղեն, ոչ միրգ։ Միայն մի քանի ժամով ենք էլեկտրականություն ունենում։ Շարունակում են գազը կտրել։ Մենք լավ ենք։ Դիմանալու ենք ու հաղթելու ենք»։

Դընի Դոնիկյան՝

Գրող,

Վերջին գիրքը՝ «Հայկական ցեղասպանության փոքրիկ բառարան», Գյոթներ, Փարիզ, 2021 թիվ,

Թարգմ․ Նվարդ Վարդանյան

22 janvier 2023

Les Arméniens, ou comment s’en débarrasser…

Filed under: APPEL à DIFFUSER,ARTICLES — denisdonikian @ 11:11

le-petit-parisien

Au début du siècle dernier, les chiens encombraient les rues d’Istanbul. La faute aux Turcs bienveillants qui adhéraient aux croyances musulmanes. Pour eux, porter atteinte à une créature affamée, innocente et sans défense, au lieu de la secourir, c’était porter atteinte à la Création. Plusieurs méthodes de décanisation furent proposées, dont celle par le gaz. En 1910, les Jeunes-Turcs décidèrent de les reléguer sur l’île d’Oxia. Privés d’eau et de nourriture, les chiens s’entredévorèrent. Ainsi fut réglée la question de 60 000 chiens et plus. (Voir Petite encyclopédie du génocide arménien, Geuthner, 2021, page 79, mais aussi le film d’animation Chienne d’Histoire de Serge Avédikian)

Encore aujourd’hui, aux yeux de certains, ce nettoyage hygiéniste fait débat. Il représenterait la métaphore du génocide des Arméniens.

Mutatis mutandis, la méthode et l’intention seront les mêmes qui s’appliquèrent contre les Arméniens cinq ans plus tard. Au caractère expéditif du nettoyage par l’isolement et la faim, ont été ajoutés l’usage criminel du feu ou de l’eau, le dépouillement progressif jusqu’à la « squelettisation » et tout le train des harcèlements possibles, jusqu’aux plus diaboliques qu’un homme puisse imaginer contre un être humain. A son respect se sera donc substitué le mépris de la Création. De fait, en devenant anonyme, le bourreau s’efface devant sa proie dès lors qu’il réunit les moyens nécessaires pour la mise en œuvre d’un meurtre « naturel » ou d’un assassinat citoyen. L’innocence de la nature  devenue arme du crime : une île, l’eau, le feu, le besoin de manger, etc.

Aujourd’hui, à l’heure où nous écrivons, la même méthode et la même intention surgissent de leurs cendres, sous nos yeux, et contre ces même Arméniens. Or, la technique thanatomaniaque d’Oxia appliquée contre les Arméniens de l’Artsakh est d’autant plus éclairante et effrayante que les Arméniens en général ont été sciemment qualifiés de « chiens ». Nul n’était en mesure de penser que l’ingénierie criminelle d’hier pouvait encore être recyclée aujourd’hui. Qu’une rancœur extrémiste activerait aujourd’hui des mécanismes inassouvis de haine dans des esprits qui ne répondent à aucun autre modèle qu’inhumain. Affirmer que nous sommes dans une situation où tous les prolégomènes d’un génocide sont réunis, loin d’être un abus de langage, constitue une indéniable réalité.

Les Arméniens survivants ne le savent que trop. Les déshérités de l’Artsakh sont la plaie vive de leur passion patriotique et de leur conscience humaine. Le Crime crie en eux encore, bien vivant, alors qu’ils le croyaient endormi dans les ombres oubliées de leur résilience. C’est le cauchemar qui remonte. Et les Grands Criminels ont assez de cynisme pour ravager aujourd’hui encore et encore les esprits de ceux qui revendiquent haut et fort la reconnaissance du génocide de 1915. Cette exigence qui cherche simplement à dire le vrai de l’histoire et l’intrusion des injustices qui la constituent.

Mais à l’heure actuelle, et plus encore demain, les Arméniens sont dans l’étranglement d’un nœud de vipères. Tant ceux de l’Artsakh dans leur histoire immédiate que ceux d’Arménie dans leur avenir. Mais aussi tous ceux de la diaspora qui se sentent en fraternité critique par la perspective palpable de leur effacement aujourd’hui en tant que pays. Et qui sait, demain en tant que peuple. Nœud de vipères tellement les harcèlements de haine, déclarés sans vergogne, les ruses et les mensonges, les intérêts économiques et stratégiques jouent la même partition contre une Arménie petite, une Arménie mal située, une Arménie toute indiquée pour devenir une proie. Aujourd’hui, c’est l’esprit des Arméniens qui est asphyxié.

De fait, au-delà d’une explication politique de la situation arménienne, du Haut Karabagh en particulier et de l’Arménie en général, au-delà d’une appréhension géostratégique de la situation, existe une dimension qui échappe à la raison même et qui rend improbable l’aspiration à la paix. C’est l’abîme pathologique dans lequel est plongée toute diplomatie à propos du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Dans la mesure où le langage de la raison est constamment confronté aux enfumages du cynisme. C’est que l’Arménie démocratique est constamment mise en demeure de trouver un terrain d’entente avec des potentats psychopathes. Des docteurs Folamour, grands faiseurs de terres brûlées, d’holocaustes ou d’apocalypses.

Dès lors que les interlocuteurs ne s’appuient pas sur un langage communément admis, le dialogue souffre d’être constamment dévoyé. Si l’un est de bonne foi et si l’autre ment, si l’un s’engage pour la paix et si l’autre se fige dans une attitude de prédateur, si l’un siège en victime des crimes de l’autre, les dés sont pipés d’avance. En réalité, ce genre de pourparlers est condamné au dialogue de sourds dans la mesure où les mots ne recouvrent pas la même réalité pour les uns et pour les autres. Pour résumer, la pierre d’achoppement des consultations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan porte sur le concept de « terre historique », chacune lui donnant le sens qui lui convient, chacune accusant l’autre de falsification. La question est d’importance tant elle porte sur la définition de cette expression qui revient constamment sur le tapis. Quel continuum dans la durée faut-il pour qu’un peuple habitant une terre puisse la qualifier comme telle ? Concernant les deux pays, force est de constater que le nombre et l’authenticité des signes culturels comme les témoignages de pierre (cimetière, églises, monuments) ne laissent aucun doute pour affirmer que les terres où vivent actuellement les Arméniens sont bien des terres ancestrales. D’autant que l’Azerbaïdjan s’empresse, chaque fois qu’il le peut, de détruire ces témoignages comme à Djoulfa ou en Artsakh. On peut un temps tordre un fait historique par la force, mais vient un temps où il revient aux historiens de dire l’histoire telle qu’elle est.

Comme chacun sait, toute dictature oriente les esprits dans le sens qui lui convient. Propagande qui falsifie le sens des mots en leur donnant une valeur politique. Durant trente ans, l’Azerbaïdjan a mené son offensive anti-arménienne par l’éducation. Toute une rhétorique dépréciative s’est installée dans les esprits. Transformer « territoire politique » en « terres historique » n’est qu’un exemple entre mille. La sémantique anti-arménienne innerve aujourd’hui la société azerbaïdjanaise. Même une paix politique ne pourra déraciner le mal ancré au plus profond des mentalités. La société azerbaïdjanaise restera longtemps une société malade, comme la société turque.

Pour l’heure, la quadrature du cercle à laquelle s’affrontent les pourparlers pourrait se résumer à l’impossibilité d’assembler « terres historiques » et « territoire politique ». Concernant l’Artsakh, l’Azerbaïdjan peut prétendre à une légitimité politique, mais non à une légitimité historique. Pour les Arméniens, à leur légitimité historique fait défaut une légitimé politique qui leur a été volée par Staline en 1921. Tout l’enjeu pour ces derniers est de se tenir sur leurs terres aussi longtemps que possible en vue d’une reconnaissance politique. De s’y tenir jusqu’à ce que mort s’ensuive. On voit par là que la conquête de ce territoire représente aux yeux d’Aliev un défi à son expansionnisme, sinon à son orgueil de potentat. Pour les Arméniens, le défi procède d’une autre dimension. Ce n’est pas une question d’orgueil. C’est une question d’âme. La preuve par l’âme suffit à définir l’Artsakh comme une terre d’appartenance. Car les Arméniens considèrent leur pays comme une terre de l’âme. La terre de leur âme.

Un ami arménien de France m’a retransmis le message, reçu hier, d’un habitant de Stepanakert. Voici ses derniers mots  : « Nous sommes bloqués à 100% depuis le 12 décembre. Il n’y a ni médicaments, ni choses élémentaires, ni légumes, ni fruits. L’électricité nous est donnée seulement quelques heures. Le gaz est toujours coupé. On va bien. Nous résisterons et nous gagnerons. »

Denis Donikian

19 janvier 2023

Aphorisme du jour (190)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 9:39

*

L’homme a des tics. La femme a des tocs. Couple de bric et de broc.

*

chimp-rire

18 janvier 2023

Aphorisme du jour (189)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 4:24

tumblr_oi7qohjm631uvues3o1_500

*

L’homme se lasse. La femme se tasse. L’amour est une impasse.

*

17 janvier 2023

Aphorisme du jour (188)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:00

*

L’homme pisse. La femme repasse. Il n’y a pas d’amour heureux.

*

oiseau animal sauvagine canard

Photo de Ivan Rebic sur Pexels.com

L’ACTU QUI PUE. L’ACTU QUI TUE.

Filed under: L'ACTU QUI TUE — denisdonikian @ 4:52

etoiles drapeau ue union europeenne

Photo de freestocks.org sur Pexels.com

*

(Janvier 2023)

Aux dernières nouvelles, forte de la confiance que lui inspire le « président » de l’Azerbaïdjan, vache à lait du pétrole et du gaz européens, la « présidente » de l’Union européenne, Ursula Von Der Leyen, apitoyée par le sort tragique des 120 000 Arméniens bloqués en Artsakh depuis plus de 30 jours, et dans l’incapacité de se ravitailler, lui aurait demandé de faire un geste d’humanité envers ces malheureux. En réponse, étant donné que les Arméniens ne pouvaient plus faire la cuisine, le « président » de confiance leur aurait coupé le gaz afin d’en donner davantage à l’Europe.

Ursula Von Der Leyen est une femme d’autant plus cultivée qu’elle donne aux mots des sens à géométrie variable. Et cette variabilité n’a rien à voir avec des sautes d’humeur qui seraient dues à des causes organiques ou à des critiques politiques comme celles qu’elle subit depuis qu’elle a qualifié Aliev de « fiable ». Non. Par exemple, à ses yeux Poutine serait un dictateur avec lequel il est impossible de négocier. Mais Aliev, non. Non, je vous dis. Aliev n’est pas un dictateur. Et donc, Aliev ne pille pas son pays. Et donc, il ne met pas ses opposants en prison. Il les tue peut-être, mais il ne les met pas en prison. D’ailleurs, Aliev a le respect des femmes. Surtout quand il s’agit d’une femme arménienne et de surcroît une femme soldat. Quant à mentir ? Jamais. Aliev ne ment pas. Non, Aliev est respectueux de l’histoire. Il ne prétend pas prendre les terres historiques de ses voisins comme étant des terres historiques azerbaïdjanaises, sachant que les Azéris ont habité ces terres bien avant les Arméniens, même s’il leur a pris du temps, beaucoup de temps, trop peut-être, pour venir à cheval des fins fonds de l’Asie jusqu’au Caucase. Bref, pour Ursula Von Der Leyen, Aliev est un homme pétri d’humanité. Mieux : un humaniste qui a le gaz en poupe et le pipeline en proue.

Si pour cette même Ursula Von Der Leyen, qui appartient par sa formation à l’école européenne, il est nécessaire de remarquer que Poutine a tous les attributs du dictateur et qu’Aliev possède toutes les qualités d’un homme de confiance, d’autres qui ont aussi une formation européenne, peuvent prétendre que tous les deux sont des dictateurs, ou que tous les deux sont des hommes de confiance, ou qu’il existerait un autre type de considération qui consisterait à dire qu’Aliev a tous les attributs du dictateur et que Poutine possède toutes les qualités d’un homme de confiance comme pouvait le croire Angela Merkel. (Au passage, si Angela Merkel a accordé sa confiance à Poutine pour sauver l’économie allemande, Ursula Von Der Leyen pouvait se permettre d’accorder sa confiance à Aliev pour sauver l’économie européenne). Toutes ces considérations pour dire qu’acheter du gaz russe est aussi louable qu’acheter du gaz azéri et on ne voit pas pourquoi l’Europe se gèlerait les glaoui pour ça.

Le président Poutine s’est plaint auprès du « président » Erdogan, estimant que les livraisons à l’Ukraine de chars britanniques, français, bientôt allemands et polonais, sans parler de drones turcs, constituent une ligne destructrice adoptée par le régime de Kiev qui s’est lancé dans une intensification des combats avec le soutien des parrains occidentaux. A ce titre il aurait demandé au « président » Erdogan que ces livraisons cessent afin que les Ukrainiens kamikazes se laissent généreusement bombarder sans entrave et sans trêve, comme il le souhaiterait. En contrepartie, outre ses bombes, il enverrait aux soldats ukrainiens des drones iraniens de manière à mettre fin à cette guerre qui n’a que trop duré.

16 janvier 2023

Des CONS et de la CONNERIE (49)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 3:27

photographie de mode de femme mains sur le menton avec du maquillage de paillettes

Photo de 3Motional Studio sur Pexels.com

*

La femme d’un con est toujours une victime : soit elle devient martyre, soit elle accède à une sorte de sainteté.

*

14 janvier 2023

L’île aux chiens

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 4:00

le-petit-parisien

(Le Petit Parisien, 31 juillet 1910)

*

Comme des chiens

Exilés sur une île

Des chiens de ville

Des chiens de rien

Afin qu’ils se dévorent

Pas que quartier

Et que tous les quartiers

Soient ainsi nettoyés

Et que l’île soit l’abîme

De leur exécution et de leur extinction

Par la faim par la soif par le rien

Une île aux chiens

Hurlant à la mer à la mort

Alarmant

De leurs rages dedans

Les nations de l’esprit

Ainsi jusqu’à l’extinction de leurs yeux

Jusqu’à l’extinction de leur chair

Jusqu’à l’extinction de la terre

Afin que l’ogre soit rassasié de crimes

Repu des cris des malheureux

Et afin que leur terre ne leur soit plus que fable

Et afin que leur chair se mêle à tous les sables

Et qu’après tous ces chiens

Il ne reste plus rien

D’arménien

D. Donikian

13 janvier 2023

Des Cons et de la CONNERIE (48)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 3:10

*

Le con est un jouisseur primaire qui fait l’amour à des faims personnelles.

*

pieds de couple amoureux au lit

Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

12 janvier 2023

Cher Lecteur, POLLINIS vous écrit

Filed under: APPEL à DIFFUSER — denisdonikian @ 3:27

Bonjour,

Il y a quelques jours nous vous avons envoyé une vidéo qui explique le fonctionnement des nouveaux pesticides génétiques capables d’interférer avec l’expression des gènes des insectes, et qui pourraient ravager des populations entières d’abeilles, de bourdons, de papillons, s’ils venaient à être utilisés dans la nature.

Malheureusement, le temps presse : aux États-Unis, une demande d’expérimentation sur 81 hectares de champs de pomme de terre dans 11 états a été déposée par une firme qui travaille avec le géant Bayer-Monsanto (1). Au Canada, au Brésil, au Japon, en Nouvelle Zélande, en Australie et bientôt en Chine, les lobbys de ces géants agrochimiques ont minutieusement préparé la législation pour obtenir une mise sur le marché facilitée lorsque leurs produits seront prêts en laboratoire.

Et lorsque nous étions à la COP15 sur la biodiversité à Montréal, nous avons vu ces groupes d’influence à l’œuvre pour tenter de promouvoir les nouvelles biotechnologies dangereuses auprès des décideurs internationaux.

Nous avons besoin de votre aide pour informer des centaines, des milliers, des millions de citoyens sur les dangers de ces technologies, inconnues du grand public et pourtant peut-être bientôt dans nos champs !

Pouvez-vous s’il vous plaît partager notre vidéo d’alerte autour de vous ?


Cliquez sur ces images pour partager la vidéo
sur les réseaux sociaux 

SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur Facebook SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur Twitter SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur WhatsApp
SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur Messenger SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur LinkedIn SILENÇAGE GENETIQUE - Partager sur Telegram

Merci d’avance pour votre aide !

Avec espoir et détermination,

L’équipe POLLINIS

11 janvier 2023

Pierre Djarayan, l’esprit du Mkhit.

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 4:08

photo-du-collc3a8ge

IMG_1629

*

La vie est ainsi faite qu’elle est souvent mal faite, tant les imbéciles, qui se croient avisés en tout, exercent sur les jeunes esprits, à savoir les plus vulnérables, une domination aussi illégitime que stupide en prodiguant des conseils de vie qui ne sont rien d’autre que des conseils à faire de vous un con.

Au collège Samuel Moorat de Sèvres, les plus jeunes étaient chapeautés par un aîné dont la mission était de leur donner du courage quand le « cafard » les envahissait en raison de la froide solitude dans laquelle chaque pensionnaire de province était plongé durant les trois longs mois qui séparaient les vacances scolaires. Il se trouve que mon « responsable », tuteur et ami, durant ces années-là, était Pierre Djarayan, dit Pierrot, dit Djara. Or, durant le premier trimestre 1958, j’étais torturé par les doutes, me demandant si je devais quitter ou non le collège pour intégrer un établissement français dans ma ville de Vienne.

Pierrot qui fit au collège toutes ses années jusqu’au bout, n’aura nullement cherché à m’influencer, me mettant simplement en garde contre les distractions (filles, sorties…) qui m’empêcheraient de travailler, étant entendu que le collège nous mettait, par la force des choses et des murs, à l’abri de toute escapade. C’est ainsi que, le lundi 17 février 1958, j’ai écrit ses paroles sur un bout de papier que j’ai gardé longtemps dans mon portefeuille comme la meilleure marque d’amitié et le meilleur conseil jamais reçus.

pierrot 1pierrot 2

Bien sûr, je n’en fis qu’à ma tête. J’ai quitté le collège. Et ce que Pierrot avait prédit m’est tombé dessus. Il faut dire qu’en perdant ma famille, celle des Mkhit, tout est parti à vau l’eau. Il m’aura fallu des années avant de me ressaisir et de me battre pour m’extirper des conneries ambiantes destinées à me dévoyer d’une manière ou d’une autre. Et pour  me remettre sur les rails, le petit mot de Pierrot m’aura beaucoup aidé.

Voilà… Pierrot nous a quittés ce 9 janvier 2023, mais sa petite graine est toujours dans mon portefeuille, ce petit bout de papier qui sauve et qui me remet à ma table pour mener à bien le livre en cours. Inconsciemment, ses mots font leur chemin et m’épargnent bien souvent de me dérouter pour un oui ou pour un non, même si depuis la leçon fait partie de mes neurones. Quant à mes livres, il me les avait demandés pour sa Maison de la Culture arménienne. Et quelle joie pour moi de retrouver sa voix et de les lui envoyer. Malheureusement, mes années d’errance ne m’auront jamais permis de lui serrer la main.

Mais qu’importe. Je le vois, oh, comme je le vois ! Si grand ! Si fin et si élégant, avec ses grands yeux qui vous perçaient à cœur, ses cheveux noirs toujours bien peignés, son uniforme que je trouvais trop court. Et surtout, je le revois dans le train qui nous emportait tous, pensionnaires de Lyon et de Marseille, pour les vacances de Noël et de Pâques. C’était la fête, les rigolades durant des heures dans notre compartiment, sans oublier cet accent marseillais qui embaumait le wagon. Pierrot, c’est cet accent-là, dans ma mémoire. Mais surtout un garçon très droit, très responsable, soucieux de bien faire. Cela se remarquait au soin qu’il mettait à préparer ses lectures du livre arménien faites pendant les premières minutes de nos repas du soir. Un régal.

Dire d’un homme qui vient de mourir qu’il était un homme accompli est toujours excessif. Mais il y a une sorte d’accomplissement qui se remarque aux yeux de qui la vie est dans le fond une voie à tracer pour le bien de tous. En tant qu’ancien du collège, Pierrot n’a pas failli. Comme Patrick Devedjian n’a pas failli. Ils ont accompli la mission que le Pères du collège avaient semée en nous, cette reconnaissance de nos valeurs et ce devoir de les défendre et de les répandre afin que notre identité, menacée de toutes parts, survive au chaos.

Denis Donikian

10 janvier 2023

Des CONS et de la CONNERIE (47)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 6:16

IMG_1115

( Graphe d’Alain Barsamian)

*

La pire des conneries pour le citoyen d’un pays est d’avoir mis sa vie sous la domination d’un président dont la vie est dominée par la connerie.

*

9 janvier 2023

Ni fève ni couronne

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 6:11

femme dans robe blanche coucher lit

Photo de cottonbro studio sur Pexels.com

*

La chose est entendue : les hommes qui se connaissent en diable chercheront toujours à se faire passer pour des anges. Et pour dissimuler ce qu’ils sont, ils ont l’amour. Si l’on admet, lucidité oblige, que l’amour réunit en un même corps quelque chose de diabolique et quelque chose de divin. L’un n’allant pas sans l’autre, comme la fleur se révèle en naissant du fumier. Reste à savoir qui triomphe à la fin, le quelque chose de diabolique ou le quelque chose de divin. Quand je déclare à Bertha que je l’aime (quelque chose de divin), n’est-ce pas dans l’intention de la sauter (quelque chose de diabolique) ? Un aboutissement qui intervient à la suite d’une longue chaîne de séductions et qui culmine en abêtissements. Côté séduction, Bertha n’est pas en reste. Elle ajoute aux parties remarquables de son corps des éléments qui en rehaussent le prix, orientent le regard ou trompent la victime. Des moyens artificiels dont la mission est de perfectionner le piège qu’elle tend à son prétendant. Large décolleté, jupe courte et collée aux masses, yeux savamment dessinés, lèvres rouge feu, et autre ? Etant entendu que cette symphonie diabolique de subterfuges destinées à animer nos bestialités se substituent momentanément à la raison. L’amour ne se faisant point sans perte de soi et de sens, le corps ne recherchera que cette parenthèse enivrante pour compenser la pesanteur des règles et la géométrie de nos civilités. Car se reproduire exige un vide de conscience. D’ailleurs, les géniteurs s’étonneront toujours de ce qu’ils ont fait, éprouvant à la fois un pincement de culpabilité (quelque chose de diabolique) et le bonheur de s’être dédoublé par un enfant (quelque chose de divin). Ce triomphe du divin sur le coït est d’autant plus patent qu’au paroxysme de la jouissance zénithale, après les lècheries corps à corps, Bertha, catholique en diable, lâche chaque fois dans un souffle un « Ah mon Dieu ! » extatique qui fait exploser la chambre d’un éclatant « Gloria Mundi ». On pourrait m’objecter que cette exclamation divine ne serait pas, loin de là, l’apanage de toutes les femmes, dès lors que la plupart échappent aux croyances monothéistes. Si la Japonaise, habituée à la retenue zénétique, laisse fuser un petit « Rhô ! » de satisfaction étouffée, l’Indienne un « Gourrii Ah ! » chantant, la femme pygmée une sorte de rire brisé net, etc., toutes, dans le fond, reconnaissent que le ugly delicious de la copulation les propulse dans un état second qui frise l’éclair extatique et qui leur fait entrevoir à travers cette fissure de leur corps une sorte de paradis des sens et de l’âme. En tout cas, les femmes appartenant aux peuples dits chrétiens, dès lors qu’elles acceptent de se lâcher, ne trouvent pas de mot plus juste que celui de Dieu pour désigner cette obscure éjaculation du plaisir. Interrogées sur leur pic de jouissance, les Arméniennes, qui appartiennent au premier peuple christianisé, m’auront toujours laissé sur ma faim dès lors manifester sa joie orgasmique sous l’œil de son époux signifierait qu’elle y prennent plaisir. Or, aux yeux de la société arménienne, la femme qui prend goût à la joie des corps ne serait pas loin de la fille de joie. Pour les autres qui osent braver les entraves et pécher contre les empêchements en n’obligeant pas leur corps à la retenue, elles vous avoueront toutes que sous la forte exaspération des sens, c’est une « Asdvadz im ! » qui leur sort des lèvres ? Quelque chose de divin en somme. Dieu ayant le dernier mot en tout, même sur la diabolique de l’amour.

Extrait de : Ni fève ni couronne

Aphorisme du jour (187)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 3:42

femme etre assis salle de bain toilette

Photo de Miriam Alonso sur Pexels.com

*

Si l’homme est condamné chaque jour à se torcher le derrière, c’est pour lui rappeler d’où il vient.

*

5 janvier 2023

Tout tueur sera tué

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 3:25

IMG_1062

( Graphe d’Alain Barsamian)

*

Quand il fut installé sur le fauteuil d’exécution où tant d’autres l’avaient précédé, ce fauteuil qui lui faisait mal aux chairs tellement s’y étaient incrustés, de la tête au pied, d’autres souffrances durcies comme des cailloux, et qu’il s’étendit dans l’attente de ce rien qu’était son heure à venir, sachant qu’il n’aurait plus d’avenir et que le vide était désormais plus probable que tout désir ou projet, les hommes chargés de le préparer le sanglèrent, et même si fortement qu’ils paraissaient conscients du devoir d’accomplir la mission que leur avait confiée la société. Ils le sanglèrent comme on attache une bête à l’abattoir, persuadés que n’importe quel homme, dans une situation aussi désespérée, ne pouvait qu’être pris d’agitation électrique. On lui dénuda les bras en prenant soin de les immobiliser aux poignets. Mais sachant qu’on allait le perfuser, Jeremy Nathan ne fut guère rassuré à l’allure douteuse des garçons qui devaient lui trouver la bonne veine. « Vous savez qu’à l’hôpital les infirmiers s’y sont pris à plusieurs avant d’arriver à me perfuser. J’ai des veines de malade, elles éclatent… Alors, s’il vous plaît, épargnez-moi ce genre de corrida ! » L’un des garçons se mit à lui tâter le bras. Il avait les doigts moites et Jérémy remarqua qu’il suait. « Ça ne passe pas, dit-il en désespoir de cause. » L’autre ne fit guère mieux. Il tremblait comme pour une première fois. Au début, Jérémy serra les dents pour se retenir de crier. Mais cette fois, l’aiguille entra si profondément dans les chairs qu’elle le fit sursauter. Puis son corps se raidit sous la poussée pour se défendre contre cette intrusion. Au bout d’une heure de tentatives infructueuses, les bras de Jérémy furent couverts de taches violettes virant au bleu et au noir. De guerre lasse, on fit venir un anesthésiste de l’hôpital le plus proche. Jérémy, à demi inconscient, sentait pourtant l’odeur d’alcool que le type exhalait de la bouche et se voyait déjà mourir avant d’être tué. Puis dans un sursaut, il se mit à hurler : « Mais, qu’est-ce que vous avez aujourd’hui ? Vous voyez ce que vous êtes en train de me faire ? Bande de bouchers ! Des bouchers, voilà ce que vous êtes ! Pas des techniciens ! Des bouchers ! Et vous êtes en train de foirer mon exécution ! Et dans un pays qui a pourtant une longue expérience de la mise à mort ! Comment en est-on arrivé là ? Tout fout le camp ! Même les exécutions capitales ne sont plus ce qu’elles étaient ! On ne sait plus faire ça proprement ! » Les gars voulaient tous en finir. L’un d’eux savait déjà qu’il avait raté son rendez-vous avec sa Judy et se demandait même s’il la reverrait jamais.

Extrait de : Tout tueur sera tué

4 janvier 2023

Aphorisme du jour (186)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 3:33

*

La démocratie tâtonne. La dictature bastonne.

*

IMG_1080

( Graphe d’Alain Barsamian)

2 janvier 2023

Aphorisme du jour (185)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 8:44

*

Que ton ami d’enfance ne soit pas malheureux de tes malheurs ni ne se réjouisse de tes succès ne doit pas t’empêcher d’être malheureux de ses malheurs ni de te réjouir de ses succès.

*

IMG_1055

( Graphe d’Alain Barsamian)

1 janvier 2023

Barbarus et Barbara ouvrent le bal des vampires

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 3:53

 

mode femme long zone

Photo de Lucas Alves sur Pexels.com

*

Quand Aliyen se portait nu, il portait brave et belle queue. Comme ce soir-là sous l’empire d’un désir qu’il sentit belliqueux. Et donc, cravaté comme un canasson, il était prêt à saillir sa jumelle va-t-en-guerre, dame Aliyena, jambes en delta d’haletante femelle. L’impétrant se brûlait d’impatience, le rut avant la ruée, le prurit avant la purée. Et l’écartelée suait dans sa ruelle à seule faim d’aboucher le bois de son roi aux abois. « N’est-ce pas, rugit le dru, que mon char qui veut son canon en ton con va exploser en petits bataillons ? Car alors, exalté par l’espoir, le peuple nous aimant fera sur toi pleuvoir le pétrole noir en diadèmes et diamants. Et quant à nos voisins, nous saurons leur sucer la moelle avant qu’on les avale. Qu’ils soient chrétiens ou qu’ils soient autres, le vol de nos galops soufflera leurs poussières.Ah oui ! Ah oui ! fit la rombière, acculée à son pieu, et gémissant déjà sous les coups de marée qui n’avaient pas encore démarré. » Mais alors, l’enhardi, nez de buse, œil de sang sous des airs nyctalopes, sauta sur la salope en étalon perçant. La belle au bois géant embrochée au fort de la ruade plia, ploya, pleura sous un train d’estocades. « Ah oui ! Ah oui ! gémissait l’enconnée pour que l’hôte en ébats décuplât ses cognées. « Je vais prendre mon temps pour remettre à mon nom ce con de Kakastan ! – Ah oui ! Ah oui ! – Mon gland sera leur glas. Mon glire sera leur… – Roi Lear ! s’écria Aliyena, tandis qu’à cet instant l’autre eut vit hésitant. – Ah oui ! Ah oui ! répliqua le capiteux décapitant. Nous allons leur montrer à ces chiens qui nous sommes en démontrant surtout qu’ils ne sont plus des hommes. – Ah oui ! Ah oui ! couinait toujours l’avaleuse exaltée. » Ses yeux cléopatriques et son corps léopard dessinaient un grand dard animé non sans mal de délire hannibal. Aliyen suait l’urine pour avoir mariné des ans dans ses projets de crimes. Et son peuple brassé par le mensonge noir de ses hystéries majestiques n’avait plus d’autre échappatoire qu’à bazarder sa vie zombique dans le brasier des abattoirs.

 

Extrait de : Barbarus et Barbara ouvrent le bal des vampires

30 décembre 2022

Solitude de ma sardine

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 4:40

banc de poissons

Photo de Thiago Casst sur Pexels.com

*

Au cœur d’un lit généreux, dans un hôtel clandestin, je tournais et retournais mon destin dans un bain de cauchemars. Un lit béant à dorures, avec des draps qui allaient de soie, dans un hôtel de luxe attifé de luxures. On m’y avait jeté en me changeant de chambre, trois étages plus haut, au niveau, semblait-il, où avaient cours toutes les libertés, jusqu’aux plus libertines. Or, ce lit, comme tous ceux de l’étage, probablement, avait l’étrange vertu de stimuler des fonctions physiologiques autres que celle du sommeil, sinon d’un sommeil mangé par des magies aussi sensuelles que stupéfiantes. J’en eus la preuve quand me tournant sur le côté gauche tout en soulevant mes paupières, j’aperçus deux longues jambes d’une femme hardie autant que radieuse, taillées en un V renversé et qui exhibaient en leur pic un triangle de velours grenat, de ce même velours qui lui couvrait les hauts fors les bras. Quoi, dit la femme, on se gave de sommeil, on se vautre chez les monstres, quand l’air appelle aux jouissances ? J’avais du mal à me reprendre tellement l’invite à la prendre frisait l’inhabitude. Dressée au-dessus de moi, drue comme un pic de saveurs, elle espérait dans ses calculs que j’entrouvris tous ses guichets et ces velours qui avaient l’air de rempart ridicule. Mais quel ne fut mon émoi quand on ne sait d’où venue, une naine apparut, grasse de port en vénus adipeuse, entrant sans y être invitée dans ce cabinet des intimités comme dans un moulin à confesse. La femme n’y prêta guère attention alors qu’il se produisit chez moi une étrange impression d’angoisse. Quoi, me dis-je, entre la naine graisseuse et la grande fine, laquelle au lit me viendra ? A moins que la naine ne me fût envoyée que pour donner plus de prix à l’autre et hâter ainsi la mise en œuvre des besoins. A travers la porte grande ouverte, s’entendaient des éclaboussements rieurs, des jaillissements joyeux, tout un monde affairé au jeu d’un grand embrassement. C’est alors que me fut révélée, à la lumière de ma lampe marquant 7 heures 45, ma solitude de sardine.

Extrait de : Solitude de ma sardine

Aphorisme du jour (184)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 4:36

*

Si l’amour est la grande affaire des humains, la liberté d’aimer est sa sœur.

*

homme amour gens gay

Photo de Anna Shvets sur Pexels.com

29 décembre 2022

Nous avons vécu dans la peur…

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 4:56

IMG_0994

( Graphe d’Alain Barsamian)

*

Nous avons vécu dans la peur

Sous l’empire du sacrifice

Des siècles en espérant le salut

Nous avons vécu sans vie

Le crime au ventre et le ventre en cris

Sous le bruit des galops

La clameur des salauds

Le rire des sanguinaires

Vécu trompés vécu tronqués

Pour que la terre à nous donnée

Sois réduite à nos cendres

Mais les noces viendront

Noces du sang et du sens

Et ceux qui ont violé le Verbe

Sa puissance du Vrai

L’union des siècles de lumière

Les rendra au rang des rats avec la boue

DD

Des CONS et de la CONNERIE (46)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 11:14

*

La seule philosophie du con est le bon vin, la bonne bouffe et les bonnes femmes.

*

hieronymus

28 décembre 2022

L’aube du paralytique

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 10:21

Christ_of_Saint_John_of_the_Cross

 Christ of St John of the Cross Dali, Salvador (1904 – 1989, Spanish) Spain, Port Lligat.

*

Roy marchait le nez dans le caniveau, ce jour-là qui était un lundi mi vert de gris mi chair de poule tandis qu’il s’apprêtait à franchir la porte du magasin où il avait coutume d’acheter fruits autant que légumes vierges de peste et venin. Mais difficile à Roy d’éviter la sentinelle figée, du genre statue de pierre, d’un côté de la porte, et parfois de l’autre. Un gueux d’Europe centrale pourchassé par les calamités politiques et venu s’échouer sur ce parking où s’accumulaient les voitures de simples gens cherchant à se nourrir loin des grandes bâfreries pestiférées. Le pèlerin de misère fixa Roy par en-dessous, tandis que Roy laissait glisser son regard avec la ferme intention d’échapper à la gène d’une confrontation entre un affamé tiraillé par le manque et un tyrannisé aux soucis de santé. En moins de pas que trois, il entrait dans le magasin, libre enfin de ses choix. Mais pas si libre que ça, comme il le croyait. Au moindre de ses achats, l’autre lui mordait le bras. Une part pour moi, qu’il voulait dire. Les courses de Roy se firent de plus en plus infernales. Des rires lui fusaient sous le crâne, grevés d’ironiques remarques, propres à lui entraver le mouvement. Déjà des trahisons lui sabraient le cerveau. Il sentait monter en lui des effluves de générosité et des murmures d’empathie. J’ai bien de la vieille monnaie encombrante qui ferait probablement chez lui un grand feu de joie, se disait-il. Quelle monnaie ? qu’on lui répliquait aussitôt. Tu cherches à cacher dans les plis de ton gras ce billet de vingt euros que tu réserves à une de tes lubies secrètes, je parie ? Et moi qui n’ai rien à me mettre au gosier ! Roy approuva dans sa tête en feignant d’avoir entendu la leçon. La caissière, une Africaine qui se donnait des airs de reine avec des cheveux montés en termitière, semblait avoir perçu une trouble inquiétude avec une certaine pointe de paix sur les lèvres de Roy, dont le cabas pesait le poids de ses lâches finasseries. A peine Roy fût-il dehors que le gueux lui adressa un regard assez dur, propre à lui remonter les bretelles. Roy posa son sac et chercha longuement le billet de vingt euros perdu dans le labyrinthe de son portefeuille. Et au moment fort où il le tendait mollement à l’homme, il sentit monter de sa main une électricité qui lui traversa le bras et qui vint irradier toute sa carcasse. Tellement que tout son corps s’éventra, qu’un chant inaudible vint désassombrir ses chairs. Il oublia un instant qu’il était Roy, marié à Rinette, père de trois enfants : Pier, Bowl et Lucy et d’un chat à poils blancs, noirs et gris nommé Fuki. Et il leva la tête à l’instant précis où du ciel qui se fendait en quatre jaillit un glaive de lumière qui vint baigner sa main donneuse. Sa tête s’épanouit en fleur de cactus, son œil suça des vérités célestes et sa bouche muette fit glouglouter dans sa gorge des ébullitions de joie. C’est alors que, se dirigeant vers sa voiture, Roy crut marcher sur les flaques d’eaux sans même y tremper ses semelles. Tiens ! Tiens ! se dit-il.

Extrait de : L’aube du paralytique

Des CONS et de la CONNERIE (45)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 9:44

*

Le con croit habiter sa maison en ignorant que sa maison hante sa raison.

*

IMG_0984

( Graphe d’Alain Barsamian)

27 décembre 2022

Ma pomme au Panthéon

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 3:52

IMG_1051

( Graphe d’Alain Barsamian)

*

«  Gulem’remi yussa afri der in’kanader me ? » La femme, toison bouclée et robes multiples à multiples à couleurs, sortie d’un trou d’air comme un crabe d’une bulle de sable mouvant me prenait probablement pour l’un des siens à me parler dans sa langue maternelle. « Gulum gulum gar gulum’der », lui répondis-je avec l’aplomb d’un gars de son village. Or, voilà qu’elle paraissait comprendre ce que je venais de merdoyer de la bouche en laissant glouglouter mon esprit sans vergogne. Elle fit quelques pas dans une direction que mes gargouillements semblaient lui avoir indiquée, puis rebroussa chemin l’air fripé par l’inquiétude. « Gour gelde bir sana kom sana », fit-elle comme mettant en doute ma bonne foi. Je m’insurgeai : « Gari kherteri yokha serteri ! », fis-je en exhibant une moue contrariée. Elle ouvrit de grands yeux, puis laissa ses mains fouiller sous ses jupes à la recherche d’une chose qui lui paraissait précieuse. Elle me montra un bout de papier qui portait une écriture à mes yeux totalement hiéroglyphique. « Bir douri ? » me demanda-t-elle. «  Bir douri. Bir douri », fis-je pour la rassurer. Cette fois, elle partit dans la direction opposée à la première. Et c’est comme ça que, toute à son idée, elle traversa la rue. Comme un taureau passant par là un gros camion la percuta. La dame s’étala et son mystère régala de sang le goudron. Les yeux éteints, la bouche éteinte et sa vie qui planait au-dessus, titubant entre le désir de rester pour restaurer et la nécessité de porter l’inconnue dans les nues. « Mais quelle langue parlait-elle ?  me dis-je. Aucune école d’aucun pays ne l’enseignait assurément. Probablement une langue en proie à sa disparition. »

Extrait de : Ma pomme au Panthéon

Aphorisme du jour (183)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 9:10

*

Quelle amitié ne s’abime en amertume, qui espérait que votre ami d’enfance fût aussi l’ami de vos souffrances !

*

IMG_1054

( Graphe d’Alain Barsamian)

26 décembre 2022

Parution imminente en Arménie

Filed under: LIVRES,THEÂTRE — denisdonikian @ 3:34

En édition bilingue chez  ACTUAL ART,  Erevan, 2022,

Travail graphique :  Mkrtich Matévossian

Théâtre :

Le bouboulik de Michel-Ange

Trois grâces

En quête d’apocalypse

*

Layout 1

*

Traduction en arménien de Hasmik Torozyan

Layout 1

Cyclone de sang

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 3:09

 

 

12._reve_cause_par_le_vol_dune_abeille_autour_dune_pomme-grenade

Rêve causé par le vol d’une abeille autour d’une pomme grenade, une seconde avant l’éveil,

de Salvador Dali, 1944, huile sur bois, 51 x 41 cm

*

La charge fut brutale. D’un jaillissement de vapeurs, d’un crachement de cendres, dans mille fracas de roches, surgirent comme des gueules de requins vomissant sur nous des fureurs de tigres et ces tigres eux-mêmes éructant des salves de feu et des laves de sang. Une profusion de férocités bondissant toutes griffes dehors. Et moi, petit corps, j’étais submergé par le brouhaha, serré de toutes parts par le pire et mon âme poussée à sa chute. Toutes ces choses fortes et folles dotées d’yeux exorbités, de crocs en lames d’acier, de serres saillantes et saignantes. Cris, râles, rugissements dans un roulis qui n’en finissait pas d’ébranler le ciel. Nos glas se déglinguaient dans les airs, se jetant des messages d’alerte et de panique, tandis que les grondements s’abattaient sur nos montagnes et sur nos hommes et que les nuages grouillaient par milliers en sacs rouge sang. Bientôt, des sortes de serpents ailés furent lâchés, et d’autres bêtes féroces sortant d’on ne sait quelles tripes de tempête et qui semblaient d’un âge où les hommes commençaient à peine à se former. Des animaux venus des enfers, avec des cornes à mille pics, tels qu’on n’en n’avait jamais vu. Un déluge de sauvageries, une tyrannie d’horreurs qui déferlaient sur la terre que nous habitions, où nous avions semé l’orge et le blé, planté la vigne et édifié des églises. Car cette crue de cruauté survenait avec la fureur des vieux instincts qui font désert de tout. Et nous n’avions à leur opposer que la faiblesse de notre naïveté et de nos engourdissements nés des mollesses d’une vie doucereuse.

Extrait de : Cyclone de sang

Des CONS et de la CONNERIE (44)

Filed under: Des CONS et de la CONNERIE — denisdonikian @ 8:48

*

Si la qualité d’un homme se mesure à l’idée qu’il se fait de la réussite, le con est tout désigné.

*

Numérisation_20221219 (14)

(Aquarelle de Michel Giraud)

24 décembre 2022

Diététique de la force. Diététique de la farce (24)

Filed under: DIETETIQUE de la FORCE, DIETETIQUE de la FARCE... — denisdonikian @ 11:44

*

La viande est un animal qui a souffert et qui vous est offert contre son gré.

*

Numérisation_20220813 (6) copie

( Aquarelle de Michel Giraud)

Diététique de la force. Diététique de la farce (23)

Filed under: DIETETIQUE de la FORCE, DIETETIQUE de la FARCE... — denisdonikian @ 11:20

*

L’homme qui assouvira sa faim sera toujours un homme de pet.

*

Numérisation_20221015 (5)

(Aquarelle de Michel Giraud)

23 décembre 2022

Terre de tyrans (6)

Filed under: TERRE de TYRANS — denisdonikian @ 2:49

*

Des hommes se vouent à nourrir les hommes, d’autres à leur pourrir la vie, les pires à les faire mourir.

*

graffiti-1-yerevan___3-768x1024

(Street art, Erevan, Arménie)

22 décembre 2022

Aphorisme du jour (182)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:16

*

Qui veut sa liberté doit connaître les forces qui la lui volent.

*

Numérisation_20221112 (9)

( Aquarelle de Michel Giraud)

21 décembre 2022

Orages de sang sur jardin noir

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 4:31

IMG_1053

( Graphe d’Alain Barsamian)

*

Mon fils Achot ! Mon fils Achot ! Il est en train de mourir. Vous voyez bien qu’il est en train de mourir. Pjijk djan, faites quelque chose ! Sinon, qu’est-ce que je dois faire, dites-moi ? A peine quatre ans et il souffre ! Mon Dieu comme il doit souffrir ! Laisse-moi prendre ton mal, Achot djan ! Sinon je m’en voudrai toute ma vie. Qu’on l’emmène à Erevan si on ne peut rien faire pour lui ici. Qu’est-ce qu’ils vous disent les médecins de Erevan  pour le sauver ? Vous n’avez plus les médicaments qu’ils disent de prendre ? Et des enfants comme mon Achot, il y en a une dizaine d’autres ? Une dizaine ? Vous avez dit une dizaine ? Mais qui nous empêche de nous rendre dans un hôpital à Erevan ? Qui, que je lui coupe la tête pour sauver mon Achot ? La route est coupée ? Mais je le sais que la route est coupée. Ils pourraient au moins faire une exception pour les enfants ! Qu’ils les laissent passer, Asvadz Im ! Ce ne sont que des enfants ! Pas des guerriers ! Des enfants ! Des innocents qui n’ont rien fait à personne et qui ne demandent qu’à vivre ! Laissez-moi y aller ! Je vais leur parler et ils comprendront ! Qu’ils me traitent de chien ! Peu importe ! Oui, je suis un chien ! Je serai tout ce qu’ils voudront, mais je dois passer avec mon enfant. Je dois l’emmener à Erevan ! Là-bas, il y a des médicaments et on le soignera. C’est mon fils, Achot ! C’est mon Achot ! Mon garçon. Vous voyez bien qu’il souffre ! Il ne porte pas d’arme ! Il ne porte que sa maladie ! Rien d’autre ! D’ailleurs il risque de ne pas tenir jusqu’à Erevan ! Laissez-nous passer, s’il vous plaît ! Je suis son père ! Celui qui lui a donné la vie ! Ne me le retirez pas ! Il faut qu’il vive ! Qu’il soit ce que nous avons toujours été ! Des gens vivant dans ces montagnes, simplement vivants ! Je vous en supplie ! Laissez-nous passer ! Mais laissez-nous passer pour l’amour de Dieu !

Extrait de : Orages de sang sur jardin noir

Aphorisme du jour (181)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 2:34

*

L’homme est la somme des réponses qu’il donne aux questions posées par le hasard.

*

IMG_1074

( Graphe d’Alain Barsamian)

20 décembre 2022

Fuite de gaz

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 5:05

 

toilette cuvette des toilettes tir vertical toilettes

Photo de Magda Ehlers sur Pexels.com

*

Aux toilettes, chez des amis ou des étrangers, le moment le plus redoutable est d’attendre le résultat de la chasse d’eau. Il arrive qu’un reste d’expulsion s’obstine à surnager alors que le gros de la troupe aura réussi sans encombre le passage dans l’au-delà. Chez les Dod, où j’étais invité ce jour-là, une petite étiquette, collée au mur et écrite à la main, portait l’avertissement suivant : « La chasse d’eau tirée n’atteint pas la crotte rebelle ». Aphorisme habillé en proverbe qui donnait le ton de la maison sans manquer de provoquer quelque sourire chez les étrangers de passage comme moi. Hors, assis sur le trône en penseur de Rodin, et tandis qu’arrivaient mes débordements urinaires, me vint à fleur d’anus un petit gazouillis d’oisillon cherchant à sortir de son nid. Puis un autre. « Tiens, me dis-je, serait-ce que je me suis trompé d’orifice ? Rien de probant, en tout cas. » Mais au moment de me lever, mon ventre me lança des signes d’abandon. «  Ah non ! Ce n’est pas ici que tu vas te lâcher ! » J’allais passer outre quand tout à coup je fus vivement rabroué, le cul remis en selle promptement et contre mon gré. Heureux homme qui se déverse selon la seule volonté de ses tripes ! Très vite, je baignais dans le fumet de mes entrailles, reconnaissable à ce souffle de porcherie niellé de gaz nauséeux. J’essuyais mes arrières avec attention, en prenant soin de doubler les feuillets pour éviter d’y mettre les doigts. C’est avec force et conviction que je poussai sur le bouton pour déclencher l’avalanche d’eau qui devait par sa puissance tournoyante pousser mes selles dans le passage propice à leur disparition. Peu après, je dus constater que l’eau n’avait pas accompli pleinement son office. Une crotte flottait, belle au demeurant, moulée comme une demoiselle à la baignade et qui semblait trop goûter à la vie pour s’en aller ailleurs. C’était donc elle, la crotte rebelle dont m’avertissait l’étiquette. Deuxième poussée sur le bouton, chute d’eau, tourbillon… Et toujours la crotte rebelle à faire la planche tranquillement. Sûr que mes hôtes allaient se demander pour quelles raisons je m’attardais et me privais de leur cuisine. A chaque poussée, le bruit de cascade devait probablement les inquiéter, se demandant quel genre de commission j’avais commise pour qu’elle s’obstine ainsi à faire de la rébellion. Qui sait ce que j’avais mangé la veille ? Du liège peut-être ? Du bois ou du polystyrène, qui sait ? Troisième poussée… Attente… Cette fois la sirène avait, semblait-il, bien disparu. Pour en avoir le cœur net, je me penchai sur la cuvette à chercher sous les bulles quelque chose qui fût marron, bien moulé comme une demoiselle à la plage etc. Mais non rien. J’étais soulagé. Restaient les odeurs. Or, comment chasser les gaz intimes sinon avec les mains en guise de ventilateur. Impossible. Ce fut donc pantois et vaincu que je remontai mon pantalon sur mon cul et sortis l’air marri mais le ventre libre.

Extrait de : Fuite de gaz

Aphorisme du jour (180)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 3:08

*

L’homme qui ordinairement a peur de ses peurs et n’est attiré que par ses intérêts ne devient héroïque que s’il trouve intérêt à être attiré par ses peurs.

*

IMG_0991

( Graphe d’Alain Barsamian)

 

19 décembre 2022

Aphorisme du jour (179)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 2:41

 

*

L’homme qui prétend parler au nom de Dieu juge au nom de Dieu et tue au nom de Dieu.

*

IMG_0990

( Graphe d’Alain Barsamian)

 

18 décembre 2022

Définitions hypothétiques, symptomatiques ou poétiques (23)

Filed under: Définitions hypothétiques, symptomatiques et poétiques — denisdonikian @ 4:02

 

*

Aimer : Mettre de l’absolu dans le relatif le temps que le relatif reprenne le dessus.

*

IMG_1050

( Graphe d’Alain Barsamian)

17 décembre 2022

Acharnement judiciaire contre Eren Keskin, avocate turque.

Filed under: ARTICLES,GENOCIDE ARMENIEN — denisdonikian @ 4:00
Tags: , ,

eren_keskin_0

 

Une procédure pénale a été ouverte contre la coprésidente de l’IHD, Eren Keskin, en raison de sa réaction au procès intenté contre Abdülillah Poyraz, le père de Deniz Poyraz, jeune militante du HDP assassinée à Izmir en juin 2021.

Lire la suite sur Armenews d’aujourd’hui :

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=99088

*

Eren Keskin est dans la Petite encyclopédie du génocide arménien (Geuthner, 2021), dont l’auteur n’aura pas eu l’honneur de la moindre invitation aux différents  salons du livre arménien cet automne pour y rencontrer son public. Les peuples ont les démocrates qu’ils méritent et les vieilles ganaches qui les dominent.

 

Démocrates turcs (2)

1 –  Née le 24 avril 1959 à Bursa, Emire Eren Keskin, avocate et activiste d’origine kurde, maintes fois poursuivie, présidente de l’association des droits de l’Homme de la branche d’Istanbul, a cofondé le programme d’ « Aide juridique aux femmes violées ou sexuellement agressées par les forces nationales de sécurité ». En 2002, elle a été accusée par la Sécurité d’État d’avoir soutenu les Kurdes pour l’usage de leur langue en Turquie. Elle a reçu en 2004 le Prix pour la Paix d’Aix-la-Chapelle « pour ses courageux efforts et ses activités en faveur des droits de l’Homme ». En 2005, lui a été décerné le prix Theodor-Haecker , à Esslingen, pour le « courage civique et la sincérité politique ».

 

2  – Dans un article intitulé « Nous sommes tous coupables » (The Armenian Weekly, 20 octobre 2009), Eren Keskin déclare avoir très tôt réalisé vivre sur un « cimetière d’identités ». Après avoir appris, vers 14 ans, qu’elle était kurde, puis, par sa tante arménienne Jozefin, la réalité du génocide, elle a pensé que la mentalité qui avait commis ce grand crime n’était pas du tout restée dans le passé. Estimant que l’idéologie jeune-turque est « l’idéologie fondatrice » de la République d’une Turquie dont le militarisme influence la politique « intérieure et extérieure », elle juge nécessaire de reconnaître le génocide et de payer des réparations pour les dommages subis par les Arméniens, le silence valant approbation du mensonge.

 

scan couv 600dpi

 

14 décembre 2022

Terre de tyrans (5)

Filed under: TERRE de TYRANS — denisdonikian @ 4:17
Tags:

*

Quand la tyrannie pèse où qu’elle soit sur l’humanité, c’est à la conscience dans l’histoire qu’elle s’en prend.

*

IMG_0989

( Graphe d’Alain Barsamian dit l’alpiniste des escaliers) 

13 décembre 2022

Aphorisme du jour (178)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 4:11

*

Qui écrit en vérité finira dévoré par les siens.

*

IMG_1052

( Graphe d’Alain Barsamian)

12 décembre 2022

Aphorisme du jour (177)

Filed under: APHORISMES — denisdonikian @ 5:13

*

L’histoire est l’enfer qui travaille les hommes en quête de Dieu.

*

guerre lettres carte du monde des

Photo de Nothing Ahead sur Pexels.com

11 décembre 2022

Définitions hypothétiques, symptomatiques ou poétiques (22)

Filed under: Définitions hypothétiques, symptomatiques et poétiques — denisdonikian @ 3:48
Tags:

*

The Queen : Femme dotée. Femme de thé. Femme de tête.

*

IMG_0987

( Graphe d’Alain Barsamian)

ZEBRURES…

Filed under: PROSE POESIE — denisdonikian @ 9:43

IMG_1051

*

Sako marchait seul dans ses ruines. Plus de quoi acheter du papier. Ni du blanc, ni du noir. Ses pinceaux étaient devenus chauves, râpés par ses obsessions. Et ses crayons, usés jusqu’au bois. Le geste qu’il avait vif déchirait tout au passage. Il se résigna alors à ramasser des journaux, à tremper dans la boue des cotons tiges qu’il trouvait aux abords des poubelles, pour continuer à traduire en traces visibles les éclairs qui lui zébraient l’esprit. Et un jour, l’éclat lui vint. L’illumination poétique en quelque sorte. Le surgissement de lumière qui perce le plomb des nuages. Mais c’est ça, se dit-il, c’est la privation qui conduit à la création. La censure qui fait l’art. Quand tout m’est enlevé, il me reste ces choses que me donne mon époque. Comme ces anonymes qui prennent les murs pour supports à leurs délires. Où l’homme préhistorique qui jouait avec les bosselures des grottes. Jamais je n’avais travaillé comme ça, poser des signes jaillis de mon état mental sur des pages sagement imprimées de lignes et de lettres régulières. Renouveler l’expérience sur les pages d’un livre, oui, tiens ! Choisir n’importe quel livre et combler chaque page de caractères inconnus et symptomatiques. En somme, juxtaposer une œuvre à une autre. Transformer le réglementé en un dérèglement qui défie tous les sens. Histoire de produire du malaise, de briser des courbes, de faire cru et nu. Se parlant à lui-même ainsi, le dépravé qu’il était devenu vint s’asseoir sur cette étendue de sable qui courait sous Bléneuf, désertée pour cause de froid. Une belle plage bien lisse, que la marée ne tarderait pas à submerger. Brusquement, il se leva. Saisit une pierre et courut comme un fou en direction des vagues. Sa tête fourmillant de lignes et de brisures, il laboura le sable en écoutant ses voix. Puis changea de direction. Aussitôt une autre le poussa dans le sens inverse. Il courait avec sa pierre à la main à déchirer le sable comme un forcené. Puis vint le moment de fatigue. Il n’avait pas vraiment mangé depuis plusieurs jours. Il rejoignit la promenade et du haut de sa vigie, il examina son travail. Des badauds s’arrêtaient pour curiosité, puis repartaient sans s’attarder. Lui resta jusqu’à la nuit. Et quand il réapparut le lendemain au même endroit, son œuvre avait disparu. La marée, comme il s’y attendait, avait tout dévoré et rendu la plage à sa virginité originelle, comme elle avait toujours fait, depuis toujours.

Extrait de : Zébrures

10 décembre 2022

J’attends …

Filed under: PROSE POESIE,Uncategorized — denisdonikian @ 4:49

canal etroit venise quai

Photo de Giuseppe Di Maria sur Pexels.com

*

J’attends de mon œuf qu’il se cuise

J’attends mon bateau pour Venise

J’attends que mon temps passe en caisse

J’attends que l’eau chaude me douche

J’attends ce bon plat pour ma bouche

J’attends que l’insomnie me laisse

J’attends que mon sommeil me pèse

J’attends que mon esprit s’apaise

J’attends que la lune soit rousse

J’attends que mon cheveu repousse

J’attends que la mort me surprenne

J’attends que s’éteigne la haine

J’attends que mon ciel s’illumine

J’attends que soit sage Poutine

J’attends qu’Erdogan se dégrise

J’attends d’Aliev la mort exquise

J’attends de ne plus rien attendre

J’attends la paix immense et tendre

J’attends des amis qu’ils m’embrassent

J’attends des miens qu’ils se décrassent

J’attends que la vie leur revienne

J’attends que leur croix ne soit haine

J’attends de mon chat des caresses

J’attends qu’un sein me mette en liesse

J’attends d’écrire un beau poème

J’attends le mot qui fait problème

J’attends qu’il me dise qu’il m’aime

J’attends dans ma nuit sa fraîcheur

J’attends qu’il taise ma douleur

J’attends de mourir au printemps

J’attends de passer à la caisse

J’attends comme un être flottant

J’attends le messager Hermès

J’attends mon bateau pour Venise

J’attends de mon œuf qu’il se cuise

9 décembre 2022

Diététique de la force. Diététique de la farce. (22)

Filed under: DIETETIQUE de la FORCE, DIETETIQUE de la FARCE... — denisdonikian @ 4:49
Tags:

homme en polo noir de manger sur la table

Photo de Tanya Gorelova sur Pexels.com

*

Une assiette de chef est une œuvre d’art vouée à un avenir de merde.

*

14 juillet 2022

Quel est ton nom ?

Filed under: ARTICLES — denisdonikian @ 5:19

erik-johansson-25

erik-johansson

*

Je m’appelle Denis Donikian. Denis, parce que mes parents, qui n’avaient pas l’esprit inventif, ont suivi la suggestion de ma sœur qui n’avait pas non plus l’esprit très inventif. Mais Denis, c’est joli. Vos proches ne savent pas en général qu’un prénom ne se prononce pas toujours seul. Et qu’il faut qu’il soit en harmonie minimum avec le nom. Mon prénom arménien étant Donabed, je vous laisse deviner pourquoi j’ai horreur de la répétition. Laquelle se retrouve même dans ma date de naissance : 19 mai 19…

 

Un jour, à Erevan, j’ai été présenté à un grand peintre. Imaginez : «  Je vous présente Hagop Hagopian. – Enchanté. Je me présente : Denis Donikian ». Je n’ai pas ajouté Donabed, car je ne suis pas un fêtard, ni l’équivlent d’un Dionysos, dieu de la vigne et du vin. Hagop Hagopian est un grand peintre, mais un peintre répétitif. Ce n’est pas Picasso. Il a un style reconnaissable. Des couleurs reconnaissables elles  aussi. C’est sa marque de fabrique. Lui est en accord avec la répétition qui désigne son identité. De mon côté, j’ai toujours écrit contre toute imitation de moi-même. Mes livres ne se ressemblent pas.

 

Les Français ont du mal à croire que mon prénom se retrouve dans mon nom. Ils pensent qu’ils s’agit d’une erreur ou d’une plaisanterie. Alors, ils disent Donakian. Mais je n’aime pas Donakian.

 

Si je voulais chicaner, je dirais que mon nom est un nom d’emprunt, un nom par accident. Au moment où il s’apprêtait, comme beaucoup d’autres réfugiés, à quitter le Liban pour la France, mon père n’était pas présent lors de l’établissement de son passeport. Un ami, qui ignorait son nom véritable, savait seulement que c’était le fils de Dono. Le préposé aux passeports a inscrit Donikian. Si mon père, qui était boiteux, n’avait pas traîné la jambe, j’aurais porté le nom de Kechichian ou Kechedjian, comme ma tante, boiteuse elle aussi, qui en se mariant avec un réfugié mal-voyant en partance pour l’Amérique, a perdu le sien définitivement.

 

Je n’ai jamais vraiment cherché à savoir ce que signifiait kechich ou kechedj, mot turc. Et il me plaît que la racine de mon nom Donikian ne dise rien à personne, qu’elle ne soit pas rattachée à quelque chose d’immédiatement déchiffrable, comme Dolmadjian, Papazian ou autres.

 

Les nom et prénom mis bout à bout de certains Arméniens de la diaspora renferment toute leur histoire. Et plus précisément leur identité turque, arménienne et française, américaine ou russe…. Si je prends Dolmadjian Bernard, je peux le décomposer en dolma ( mot turc), ian ( désinence arménienne), Bernard ( prénom français). Il ne faut pas être sorcier pour comprendre que les racines arméniennes de Dolmadjian Bernard se trouvent en Turquie et que ses ancêtres ont subi la domination ottomane.  Que sa famille s’est ensuite réfugiée en France. Le –ian d’un tel nom  est donc coincé entre deux cultures. Une culture qu’on abandonne et une culture qu’on adopte. Une culture de harcèlement et une culture de secours. Car l’histoire de cette appellation identitaire est en elle-même une tragédie. Elle évoque un exil, un arrachement. Dolmadjian Bernard porte l’histoire arménienne d’un asservissement et d’une salvation. L’histoire d’une assimilation forcée en Turquie et d’une assimilation feutrée en France. Et notre Dolmadjian Bernard devra vivre avec le sceau de l’opprobre absolu sur son  nom et le sens de son salut relatif dans son prénom. Comme il est dans son nom, son bourreau se rappellera constamment à la mémoire de sa victime. Car le meurtre ne finit pas. Dolmadjian Bernard vit cette culture du mépris qui continue encore à le mépriser et à lui récuser le titre d’homme. Mais Bernard lutte constamment contre ce mépris et constamment doit revendiquer son humanité en la prouvant dans un pays qui le respecte à condition qu’il s’y perde.

 

On pourrait croire que l’histoire de Dolmadjian Bernard s’arrête là. Mais non. L’histoire de Dolmadjian Bernard n’est pas une affaire d’identité administrative. C’est une affaire qui n’est pas réglée. Une affaire d’âme. Son nom, Dolmadjian Bernard ne le porte pas, il le souffre. Il voudrait bien n’être que Bernard, mais il se sentirait amputé. Il s’amputerait de tous ses ancêtres qui ont vécu, souffert et qui ont enduré la mort afin que lui, Dolmadjian Bernard, il soit. Il n’est pas de ceux qui se coupent de leur –ian ou qui change de nom. Aznavour, Henri Verneuil, que sais-je encore. De toute manière, Dolmadjian Bernard sent que ce « Dolmadjian Bernard » est consubstantiel à sa personne. Et cette racine turque dans le fond, il la veut car c’est la laisse qui le rattache au souvenir de sa terre. C’est cette entrave qui le fait aboyer urbi et orbi afin que le chien qu’on a voulu faire de lui retrouve un jour son droit à être un homme à part entière.

 

Une affaire d’âme donc. D’une âme travaillée par le souvenir d’une terre qu’il n’a jamais vue. Car dans le fond, c’est ce paradoxe qui constitue le nœud de son drame. Il est hanté par une terre qu’il n’a jamais vue. Mais il sait que son nom, peut-être, se sentirait apaisé au milieu des paysages que ses ancêtres ont vus, où ils ont souffert et où ils ont péri.

Seulement voilà. Sa vie ne verra pas ce moment des retrouvailles de l’âme avec le sol ancestral. Il le sait. Le sol ancestral a été effacé, néantisé, désarménisé. Le Malatia arménien n’est plus. Le Mouch arménien n’est plus ; ni l’Adana arménienne… Il y a bien une Arménie où pourrait vivre, faute de mieux, Dolmadjian Bernard. Mais ce n’est pas l’Arménie de ses pères. Ce n’est pas l’Arménie qu’ils ont vue, où ils ont souffert, où ils furent assassinés. C’est, comme je l’ai écrit un jour, « une nôtre Arménie ». Ni tout à fait la nôtre, ni tout à fait une autre.

 

Dès lors, Dolmadjian Bernard n’a pas d’autre patrie que son drame.

 

Denis Donikian

 

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :