Ecrittératures

18 mars 2014

COSTUMES TRADITIONNELS ARMENIENS

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 2:56
Tags:

19 janvier 2013

L’ABSTRACTION GEONIRIQUE

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 3:19

Qu’est-ce que l’abstraction géonirique ?

Ci-dessous peinture de D. Donikian

( avec l’aimable autorisation de l’auteur)


for homepage

On parle de figuration, on parle d’abstraction… Jamais, semble-t-il, on n’a songé à mêler les deux, ni parlé d’abstraction figurative, ni de figuration abstraite. Et si la nature nous offrait encore ça : des formes appartenant au monde vivant qu’il serait impossible de nommer tant elles échappent à l’ordinaire des objets offerts à nos yeux. Photographies d’écorce (comme celle d’un vieux palmier Livistonia), sinuosités que dessine la mer en se retirant autour du Mont-Saint-Michel, manteaux de laves au sortir d’un volcan, Grand Prismatic Spring du Parc Yellowstone vu du ciel, clichés pris par la sonde Hubble… autant de tableaux vivants proches d’une peinture abstraite.

De fait, le monde obéit à une énergie que certains ont résumée dans une théorie dite du Chaos (turbulences, fluctuations, phénomènes naturels instables…), d’autres dans un système dit de criticalité auto-organisée (avalanches, tremblements de terre, embouteillages…). En peinture, imiter ces phénomènes consisterait à procéder par oscillations aléatoires, à respecter la dynamique des fluides, à laisser s’exprimer la matière.

Considérée de la sorte, la surface du tableau devient le champ clos d’une manipulation productrice de chaos et créatrice de figures mollement délirantes et faussement maîtrisées. L’écoulement des couleurs provoqué par le tangage de la toile entraîne des avalanches, fait varier les tropismes et restitue des graphismes géologiques ou des fonds de cosmos ( on pourrait alors parler d’abstraction cosmonirique). Mais le tableau n’est pas terminé pour autant. Abandonné à lui-même, et tant qu’il n’aura pas séché, il travaille encore au gré des seules combinaisons chimiques qui composent sa matière.

Matière dont nous sommes faits. C’est que le “regardeur” partage avec le tableau une même fraternité organique tant par la forme que par la composition. En lui, forcément, il se reconnaît, comme s’il lisait au gré d’une écriture familière, née du mariage des chromatismes, ses vertiges (fièvres, jouissances, douleurs, incertitudes) aussi bien que des morceaux d’univers en mouvement.

Ainsi, ces “écoulements chaotiques” parvenus à leurs fins, loin de rester figés en une forme définitive et voulue, s’animent au contraire du seul fait que le spectateur sent l’éveil en lui de ses propres facultés oniriques. L’abstraction a la vertu de l’indéfini, comme la terre prend pour nous la figure de nos rêveries les plus vertigineuses.

Voir ICI la version longue de la théorie du géonirisme

Ci-dessous cliché de la NASA

 

Schermata-12-2456268-alle-10.38.32

26 novembre 2011

BLOG PHOTO des BARSAMIAN

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 4:34

Alain et son fils Jean Bernard on effectué LEUR voyage en Arménie en mai 2011. Munis de leur appareil photographique, comme il se doit. Et voilà qu’il en ont rapporté des images époustouflantes de vie comme on n’en trouve peu. Le blog va nous aider à refaire le voyage avec eux. Tout y passe : églises, paysages, gens, autant de clichés qui prennent l’Arménie par surprise et qui effectivement nous surprennent à chaque fois. Comme le voyage s’est effectué au printemps, les verts éclatent vifs, doux ou profonds. Les églises sortent des brumes de l’hiver. Les femmes honorent le printemps en s’habillant pour rappeler la joie qu’il y a à vivre dans un pays en marche vers sa libération. Les horizons ont des profondeurs mystiques. Savourez ce blog, vous n’en reviendrez pas. Autant de photos qui pourraient servir de fond d’écran à votre ordinateur tellement elles vous plongent dans ce haut pays façonné par les dieux et par les hommes.

ARMENIE PERE & FILS

19 novembre 2011

Alain Barsamian: photographe

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 12:18

Au retour d’un voyage d’une dizaine de jours en Arménie, en mai 2011, avec son fils Jean-Bernard, également photographe,

Alain Barsamian nous a rapporté ces clichés somptueux qui parlent d’eux-mêmes.

Haykadzor …  Ani  avec les gorges de l’Akhourian… 

L’église de Ste Hripsimé, une des plus belles de cette 3ème région d’Armavir.

Gyumri, région de Shirak. « Cette ville est impressionnante dans tout son ensemble, elle est touchante, elle est bouleversante. »

« J’ai pris plaisir à voler cette photo entre une voiture et un arbre, celle d’une jeune femme vêtue pour le moins d’une façon très chic, qui se rend on ne sait où… « 

Le Temple de Garni, pour son coté symbolique en souvenir de Tiridate IV.

Région du Syunik. Le bordakar.

Cette pierre sur laquelle les femmes stériles venaient frotter leur ventre pour être fécondes !

Dans le trou de Khor Virab

Noradouz… Le cimetière de khatchkars le plus important d’Arménie. Région de Gegharkunik.

Région de Yerevan « Quoi qu’il en soit c’est le Massis qui aura toujours le dessus. »

Région du Tavush, 9ème région…Le monastère de Goshavank…

Spitak, 6ème région Le Lori. « Lorsque vous réalisez les dates de naissance de ces victimes de 1988, le cimetière de Spitak prend tout son sens » .


Région de Vayotsdzor, 10 ème Région … Un monastère à ne pas manquer, celui de Noravank .

« J’ai préféré montrer une fois de plus une photo volée , le prêtre immuable dans sa soutane séculaire en méditation… »

31 juillet 2010

Les Malatiatsi de Vienne (1953)

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 7:28
Tags: , , ,

A tous ceux qui ne sont plus là et qui ont accompagné notre enfance.

Cette photo regroupe les Malatiatsi qui habitaient pour la plupart le fameux Kemp si bien décrit par Jean Ayanian, aujourd’hui décédé, et présent au deuxième rang ( si on excepte  le rang des enfants) à gauche, en habit militaire. Elle a été prise  à l’occasion du prochain départ pour l’Amérique de Bego Derminassian, de sa femme et de son fils Jacques-Hagop (Jacques se trouve sous le I de ECONOMIQUE, juste au dessus de sa mère et de son père qui occupe le centre du premier rang des adultes)

Tous les adultes des premier et second rangs sont aujourd’hui décédés, à part quelques femmes plus jeunes dont les deux qui se trouvent à l’extrême droite de la photo, l’une étant ma belle-soeur Anahid et l’autre ma soeur, chacune portant leur enfant, respectivement Jacques et Christiane. Parmi elles, à l’extrême gauche, en robe à carreaux près de son époux Aram (décédé), Marie Kulhandjian ( 85 ans aujourd’hui),dont les deux filles sont tout devant à gauche ( la seconde se prénomme Annie et la troisième  Christiane, ainsi que leur jeune frère Gaby  le quatrième)

Au premier rang des adultes à gauche, se trouve le père Donabédian (son fils Marcel est le premier à gauche du dernier rang), puis le père Gaspar ( qui m’a appris à pêcher et qui m’emmenait dans les bois pour chercher des châtaignes), ensuite Madame Ayanian ( avec le dernier enfant d’Aram), la mère d’Aram, et d’un second mariage celle de Jean déjà nommé et de Fernande (troisième à partir de la gauche au dernier rang des adultes)

Au dernier rang à droite se trouve mon frère Michel, portant son premier enfant, Guy, mon père Iskender, et mon beau-frère Maurice ( tous les trois décédés). Ma mère Takouhie est à l’extrême droite, debout.

Jean Ayanian a fait l’éloge dans son livre des grands-mères arméniennes, ici au premier rang, de part et d’autre de Bego, dit Bego Aghpar, qui était très respecté et écouté parmi les Malatiatsi. Je me souviens qu’il avait un oeil de verre.

(Juste au-dessous de Bego se tient le jeune Henri Tachdjian, dont la soeur Louise est la quatrième du dernier rang à partir de la gauche, et la mère au côté droit de Jean.)

Une mention pour les deux frères Tchoboyan ( à l’extrême droite du rang des enfants) et surtout pour leur grand-mère (située juste au-dessus de Daniel Tchoboyan et la troisième dame en noir à côté de ma belle-soeur ). Une grand-mère d’une infinie tendresse et d’une grande beauté.

Ces petites mémés, si discrètes et si actives, qui avaient tant souffert, étaient la douceur même. Une douceur de femme arménienne.
Je suis sous le E final de ECONOMIQUE, entre Jacques Der Minassian à qui je viens d’envoyer la photo, et Marcel Terzyagopian.

La photo  a été prise dans une cour adjacente au Kemp qui servait de jeu de boules et qui aujourd’hui est occupée par un garage.
Derrière le mur du fond passe la fameuse Nationale 7, qui connut les premiers bouchons avec l’afflux des vacanciers partant pour la côte d’azur et qu’on regardait passer avec envie.

Ces gens ont peuplé mon enfance. Ils ont en quelque sorte et sans le vouloir fait mon éducation. J’ignorais encore de quel enfer ils venaient et quels durs combats ils avaient menés pour survivre.
Mais ils étaient dans la paix et dans la bonne humeur.
Je les aime tous, comme s’ils étaient encore le chant discret de mon enfance qui circule en moi avec mon  sang.

29 avril 2010

Un 24 avril à Istanbul

Le matin sur la tombe de Hrant Dink.

******

13 h 3O Gare  de Hardapacha

Manifestation statique et recueillement de la gare où les intellectuels arméniens furent conduits à  la mort, le 24 avril 1915.
La police protège l’autre côté de la gare où il y a une contre manifestation des victimes de l’ASALA …
Vers la fin où deux ou trois manifestant arrivent à venir sur la place pour distribuer des tracts de quatre pages avec les photos des victimes …

La police contient le tout tranquillement … Il y avait autant de journalistes que de manifestants

L’allocution est lue par EREN KESKIN

*****

13h Contre manifestation par le parti de Dogu Parinçek

****

12 h Place Galatasaray, association des mères de disparus.

****

Place Taksim où la manifestation-recueillement a duré plus d’une heure, avec un millier de personnes et une trentaine de contre manifestants  contenue  par la police.

*

Crédit photos : Serge Avédikian

9 mars 2010

Debout les femmes !

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 6:42
Tags: , ,

Soyez résistantes ! Les hommes ont besoin de vous.

Petit palmarès de la muflerie masculine.

En Angleterre

Aux Etats-Unis

En Pologne

En Serbie

En Ireland

En Grèce

*

Désolé, aucune image en provenance d’Arménie. C’est dire…

15 février 2010

La mariée mise à nu ( ou presque)

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 1:21

UNE JOURNEE dans l’ATELIER DE DENIS DONIKIAN

INCURSION DANS L’UNIVERS FANTASTIQUE
D’UN ARTISTE AUX MULTIPLES FACETTES

par Dzovinar Melkonian ( la déshabilleuse. Qu’elle en soit remerciée)

MOTEUR !

Rencontre matinale et concertation entre
Denis Donikian, vedette du jour et Achkhen, camerawoman

Mise au point du plan de travail qui prévoit : prises de vues, interviews et lecture par des comédiens, de textes extraits des oeuvres de Denis.

J’en profite pour promener mon regard indiscret sur les espaces privés, intimes pourrait-on dire …

sur l’étagère un moulage expressif de la main de la maman de Denis ; plus bas je reconnais le bocal et le cerveau de la couverture du livre « Hayoutioun »

surprenante, la collection d’insectes révélatrice de l’intérêt de notre écrivain- poète-plasticien pour l’univers des coléoptères (coleo qui veut dire étui et pteron : aile. En fait les coléoptères ont des ailes en chitine qui servent à protéger les ailes faites pour voler…)

En bonne place, un fac-simile du fameux  « J’accuse » (Lettre d’Emile Zola au président de la République, écrite à propos de « l’affaire Dreyfus ») avec un portrait de Zola par Ernet Pignon-Ernest ; un très beau tableau offert par un de ses amis, le peintre Der Markarian, des croix (à droite, à peine visible, un khatchkar), sous le portrait de Zola celui de sa mère jeune, à droite une petite fille Moï avec sa soeur rappelant les années vietnamiennes  de Denis …

Humour (grinçant) de Denis : « L’épine dans le pied de l’Arménie »…

Aquarelle « Manifestation », avec à gauche le portrait d’Anna interviewée dans Un Nôtre Pays

Ici, chaque objet raconte une histoire … (au-dessus un autoportrait).
Comme le souligne toujours un de mes amis, il faut prendre le temps de regarder une oeuvre, car l’artiste lui en a consacré beaucoup pour transmettre son message

Le premier Mac sur lequel Denis a travaillé Le Peuple Haï.

« J’offre les couleurs à la toile, je les projette, et c’est elle en fin de compte qui décide, par un travail mystérieux qu’elle réalise, de l’aboutissement de l’oeuvre » explique Denis

Tous les intervenants sont arrivés ; Denis a prévu de donner des forces à chacun : rien ne manque ! (Nous avions déjà pas mal grignoté grâce aux « amuse-bouche » à l’attrait desquels il était impossible de résister !)
Notre Denis a préparé de ses blanches mains une marmite pleine de dolmas, un plat rempli de beureks, et son épouse, fait dorer de délicieux nems, et réalisé pour dessert un crumble aux fruits rouges qui a enthousiasmé, bien plus qu’il n’est décent de l’avouer, nos papilles !

Gérard Torikian, Bénédicte Flatet et George Festa

Anh-Dao, l’épouse de Denis, discrète mais efficace nous a abreuvés de café – totalement nécessaire pour retrouver un peu de vivacité après de telles libations !

Gérard Torikian cherche l’inspiration …

… et la meilleure posture pour lire son texte …

sous le regard dubitatif du Maître ..

.. commence la lecture, par Gérard Torikian, d’un extrait de l’oeuvre-totem extrêmement originale qu’est « Poteaubiographie » histoire d’une vie, celle de l’auteur ; on lit de bas en haut ; aucune ponctuation ne vient en aide au comédien. Il lui appartient de trouver ses repères.

autre extrait lu par Bénédicte Flatet

préparation de l’interview de Denis
commentaires levant un peu le voile sur l’univers torturé de ses oeuvres-totem, sur ses créations picturales

En partageant cette journée avec nous, tu nous as confortés dans cette idée que nous avions déjà – ainsi que le développera avec beaucoup d’éloquence George Festa au cours de son interview – celle d’un homme dont la vie et l’oeuvre ont été profondément marquées par un héritage trop lourd. Déchirures, doutes, interrogations, tout est dit pour qui sait voir et lire.

13 décembre 2009

Un ours de DATEV à Berlin

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 7:32
Tags:

Gare centrale de Berlin, décembre 2009. Crédit Photos : Denis Donikian

3 février 2009

Un cercle d’histoires (extrait)

Filed under: GALERIE — denisdonikian @ 8:14

bda1
8
pour lequel les hommes se sont écrabouillé la gueule. On a même vu des religions qui n’hésitaient pas à putréfier le grand air que respiraient les naïfs, les sauvages, les nus, pour les phagocyter avec je ne sais quel écrit torturant. Des livres de grand amour, brandis comme des armes à feu et devenus des instruments strangulateurs. Ainsi partaient les Croisés pour délivrer Jérusalem. Lieux saints, quels crimes en votre nom ! Évangile contre Coran. À Malte, les chevaliers cassaient du turc solimaniote. Ils avaient de l’armure sur leur foi. Sacré Nom de Dieu à défendre, mais qui avait dû battre en retraite d’une île à l’autre en Méditerranée. Pendant ce temps, les rats faisaient leur vie du noir profond des cachots. Ils font toujours leurs courses partout où nous agonisons. La terre avait un éclat de cristal et le temps n’était qu’une vague au milieu des vagues. À présent, il s’agit de savoir comment les hommes vont traiter avec les hommes. Les horloges nous engluent dans le criant de nos machines. Les affairés de l’histoire ferraillent avec les pernicieux qui font les parfaits dans une aérienne stagnation de leur esprit. C’est la lutte roseau contre tempête. À qui saura rendre lumineux l’opaque impersonnel qui nous emboîte dedans et dehors. On croit la science meilleure que les puissances intimes. On croit les puissances intimes meilleures que la science. Ce jour-là nous étions quarante à rouler

Pour lire le commencement et la fin du texte voir Un cercle d’histoires

Propulsé par WordPress.com.